Sommes-nous grands ?

Sommes-nous grands ?

Je demande aux enfants s’ils ont « des sujets de prière ». Léna (six ans) réplique aussitôt : « Moi je voudrais qu’on prie pour que mes parents me permettent de garder mon portable dans ma chambre pendant la nuit ! »

Bien entendu, je tente de lui expliquer qu’elle est encore petite, que la Bible lui demande d’obéir à ses parents, qu’ils savent ce qui est bon pour elle, etc. Mais Léna objecte : « Mais moi, JE ME SENS GRANDE ! »

Je souris en entendant cette petite fille, haute comme trois pommes, affirmer haut et fort son indépendance, et pourtant, n’exprime-t-elle pas, au fond, la tendance innée de notre nature humaine ?

Le problème, c’est que NOUS NOUS SENTONS GRANDS. Nous ignorons les dangers que nous courons. Nous ne voulons pas admettre que notre Père céleste nous fixe des limites pour notre bien. Tels des conducteurs téméraires et inconscients, nous piaffons devant ses feux rouges, ses stops et ses sens interdits. Nous ne réalisons pas qu’ils nous sont tous donnés pour notre bien, pour notre sécurité. Nous voulons aller où nous le souhaitons, et sans attendre ! Tels des fils prodigues, nous nous emparons des bénédictions divines et nous fuyons loin de notre Père pour dilapider notre précieux héritage… Quitte à lever ensuite le poing contre lui en lui reprochant haut et fort nos malheurs…

NON, NOUS NE SOMMES PAS GRANDS. Mais nous avons un Dieu tout-puissant, en qui nous pouvons nous réfugier en toute confiance ! Ses bras sont toujours prêts à nous accueillir. « Ô Dieu, tu ne dédaignes pas un cœur broyé et humilié » (Psaume 51.19). Qu’attendons-nous pour venir (ou revenir) à lui ?

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
2 commentaires
  • MichelineDongmo Il y a 2 mois, 2 semaines

    Merci pour cette belle exhortation. Il n'est pas toujours aisé de réaliser que nous sommes si petits si fragiles si vulnérables et que seul DIEU peut nous protéger. Alors laissons Le nous diriger et nous conduire vers ce que Lui a préparé pour nous dans son amour infini
  • rozange Il y a 2 mois, 2 semaines

    Bien entendu, je tente de lui expliquer qu’elle est encore petite, que la Bible lui demande d’obéir à ses parents, qu’ils savent ce qui est bon pour elle, etc. Mais Léna objecte : « Mais moi, JE ME SENS GRANDE ! » Le problème, c’est que NOUS NOUS SENTONS GRANDS. Nous ignorons les dangers que nous courons. Nous ne voulons pas admettre que notre Père céleste nous fixe des limites pour notre bien. Tels des conducteurs téméraires et inconscients, nous piaffons devant ses feux rouges, ses stops et ses sens interdits. Nous ne réalisons pas qu’ils nous sont tous donnés pour notre bien, pour notre sécurité. Nous voulons aller où nous le souhaitons, et sans attendre ! Tels des fils prodigues, nous nous emparons des bénédictions divines et nous fuyons loin de notre Père pour dilapider notre précieux héritage… Quitte à lever ensuite le poing contre lui en lui reprochant haut et fort nos malheurs… NON, NOUS NE SOMMES PAS GRANDS. Mais nous avons un Dieu tout-puissant, en qui nous pouvons nous réfugier en toute confiance ! Ses bras sont toujours prêts à nous accueillir. « Ô Dieu, tu ne dédaignes pas un cœur broyé et humilié » Qu’attendons-nous pour venir (ou revenir) à lui ? Amen!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!