Après le verbe " aimer ", " aider " est le plus beau verbe du monde

Après le verbe " aimer ", " aider " est le plus beau verbe du monde

Quelle magnifique affirmation ! C'est une citation de Bertha Von Suttner, première femme prix Nobel de la Paix en 1905, pour son combat en faveur de la paix dans le monde.
Cette pensée peut être transformée en actions de bien des façons... en faveur d'un proche, famille ou ami... en faveur d'un voisin... en faveur de la société de bien des manières... Et, en faveur de mon plus proche à moi, épouse, comment vais-je rendre actif, concret, utile envers mon mari, ce verbe " aider " ?

En préliminaire, relisons un texte fondateur de l'identité homme-femme.
En Genèse 1, 27, " Alors Dieu crée les humains à son image, et ils sont vraiment à l'image de Dieu. Il les crée homme et femme. " Ainsi, par cet acte de création conjoint, Dieu le Créateur affirme que homme et femme ont la même nature, tous les deux égaux, à l'image de Dieu.
Puis en Genèse 2, 18, Dieu distribue les rôles de l'un et de l'autre, précise la fonction de chacun. " Je lui ferai une aide qui lui convienne parfaitement. » Le mot hébreu utilisé pour " aide " est " Ezer ", secours. C'est le même mot hébreu qui est utilisé pour parler de l'aide que Dieu donne à l'homme. Dans le Psaume 121, 1 " D'où me viendra le secours ? "... et encore au Ps 46, 2 " Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours ... "
Alors éclate la joie d'Adam " Cette fois, voici quelqu'un comme moi ! Elle tient vraiment de moi par tout son corps. On l'appellera femme de l'homme parcequ'elle vient de l'homme. " Gen 2, 23.

Maintenant, en pratique, dans le quotidien comment vais-je tenir ce rôle d'aide ?

Je pense que la première nécessité est d'avoir une relation profonde avec Dieu et d'accepter et de vouloir être cette aide, ce soutien, ce secours dont l'homme a besoin pour remplir sa tâche d'homme et de chef de famille.

Dans les circonstances de la vie, les choix, les décisions, je reconnais le rôle de responsable de mon mari, et je le soutiens (ainsi, je suis ce " secours " voulu par Dieu pour lui) en apportant ma réflexion, ma perception, mon intelligence de la situation, mon analyse, mes prières.
Il y a dans la Bible l'exemple de Sara qui a mal conseillé Abraham envers Agar. Par contre il en est un positif que j'aime bien, c'est celui de la femme de Sunem qui suggère à son mari de faire une petite chambre haute pour le prophète Elie. Avec son accord implicite, elle prend en charge les travaux pour accueillir l'homme de Dieu (2 Rois 4).

En respectant mon mari en tant que personne, en respectant son autorité, je lui manifeste mon amour inconditionnel. Par mon acceptation, je lui donne la liberté d'être lui-même et ainsi de s'épanouir.
En n'essayant pas de le changer soit en le critiquant, soit en le comparant à d'autres ce qui risque d'avoir pour effet qu'il se replie sur lui-même et qu'il ne communique plus avec moi. Mon désir est de cultiver l'esprit et l'attitude de coeur de la femme de 1 Pierre 3, 4.
Un autre enjeu important : quand je respecte l'autorité de mon mari je deviens un modèle pour les enfants qui apprennent à respecter l'autorité, d'abord celle de leur père, mais aussi toute autorité à laquelle ils seront confrontés dans leur vie.

Dans la réalité de la vie quotidienne, il est des situations où l'acceptation est très difficile, presque impossible, alors seule la prière, la puissance et la grâce de Dieu peuvent me soutenir.
S'il y a des disputes, de la colère entre nous, ce que Dieu veut, et moi aussi, c'est de pratiquer sans me lasser le pardon afin de ne pas laisser détruire notre relation d'amour par l'amertume et les rancunes (Co 3,13).

Je lui fais confiance. Il a besoin de ma confiance pour s'épanouir et accomplir son rôle dans le foyer. De mon côté, je suis digne de confiance, étant compréhensive, encourageante, bienveillante, tendre, aimante.
La confiance permet une relation plus profonde et intime. Par exemple, s'il y a désaccord dans une décision difficile, après une sincère et vraie concertation, un échange de reflexions, la décision est " in fine " prise par le responsable, le mari. Il en assume la responsabilité devant Dieu.

L'homme est sensible aux charmes de la femme. Avec simplicité et modestie, je soigne mon " look ". Je suis sensible à ses désirs et besoins sexuels. Dans le respect, la compréhension et la communion qui s'expriment par l'union de nos corps, notre relation trouve son plein épanouissement pour la joie de chacun.

Mon mari a des défauts comme " tout un chacun ". Il est important que je me fixe plutôt sur ses qualités et je les lui dise. Si je traverse une période où je n'en voie plus, j'essaie de repenser à ce qui m'a attiré chez lui quand nous nous sommes rencontrés et aimés.
Je suis attentive à apprécier ce qu'il fait, à l'encourager, à le complimenter, à le remercier. Je suis reconnaissante et je lui dis combien je l'apprécie. Cette " bénédiction " que je lui donne déborde sur moi et me remplit de joie.

J'utilise mon amour et mes dons pour créer un foyer chaleureux et ouvert sur les autres dans lequel il fait bon vivre et dans lequel chacun aime passer du temps.
Par ailleurs, de temps en temps, j'essaie aussi de réserver et d'organiser des moments privilégiés où ensemble, en tête à tête, nous échangeons sur des situations que nous vivons. Je l'écoute, je le laisse aller jusqu'au bout de sa pensée, et peut-être, selon son tempérament, je le stimule à s'exprimer. J'apprends ainsi sur lui-même, ses sentiments, ses réactions.
Ce sont des moments de dialogue bénéfiques pour l'un et l'autre.

Et chaque jour, je l'aime et je lui rappelle que je l'aime.

Je dirai que, dans l'aide qu'une épouse est pour son mari, ce sont des fondamentaux qui jalonnent notre chemin ensemble. Ils se déclinent et s'enrichissent selon la situation, la personnalité et la créativité de chacunes.
Aider est une relation dans laquelle fonctionne l'échange donner-recevoir.
Une aide selon le plan de Dieu contribue au bonheur du couple qui est pour l'un et l'autre source de joies et de plein épanouissement dans toutes les dimensions de l'être.
Pour terminer, voici un bel exemple d'une femme de la Bible aimante et aimée par son mari qui nous laisse un modèle dynamique d'aide.

" ... une femme courageuse (ou de valeur)...
Son mari a totalement confiance en elle...
Elle lui fait du bien tous les jours de sa vie et jamais du mal...
Son mari est un notable qu'on respecte...
Elle respire la force et la dignité, et elle regarde l'avenir avec confiance.
Elle parle avec sagesse...
Ses enfants lui font des compliments devant tout le monde,
Son mari la félicite...
La femme qui respecte le Seigneur, elle seule est digne de louanges
"
Proverbes 31, 10 à 31

En partenariat avec www.famillejetaime.com



6 commentaires
  • Vignon Ida Chantal Noufionsou Il y a 2 années, 1 mois

    Merci Hélène pour ce beau message. Que le Seigneur m'aide à une aide réelle pour mon époux.
  • parade Il y a 10 années

    Merci Seigneur pour ce texte qui a pour moi ,beaucoup de valeur et je vais le suivre à la lettre car "Hélène",tu as été inspiré par L"Esprit du Dieu vivant!Alors ,je dis merci "Famille je t"aime"!Merci Mon Dieu de tout ce que tu me donnes ..j"apprécie chaque moment qui passe ! Un couple est fait pour s"entendre et se communiquer ,s"aimer et s"aider mutuellement..!La confiance est très importante dans un couple ....et je désire être la femme "aimante et aimée" ! Gloire à Dieu! Alléluia!
  • Sandrine Marina Gaba Okei Il y a 10 années, 4 mois

    Merci Seigneur pour ce beau message. Aide nous à ne pas regarder à nos défauts mais plutôt à nos qualités. Aide nous à toujours nous rappeler des premières heures de notre Amour.
  • Afficher tous les 6 commentaires