Au miroir du passé…

Au miroir du passé…

Au miroir du passé, pour en faire ressortir une source de bénédictions des mains de notre Père.

C'est l'œuvre du Dieu de ton père, qui t'aidera ; C'est l’œuvre du Tout puissant, qui te bénira des bénédictions des cieux en haut, des bénédictions des eaux en bas, des bénédictions des mamelles et du sein maternel  (Genèse 49.25)

En tant que parents, nous portons souvent les fardeaux de nos enfants.

Peut-être que les épreuves ont été particulièrement difficiles cette année pour eux ?

Mais qu’en est-il quand certains de ces fardeaux viennent réveiller en nous, parents, des blessures passées ?

Comment regarder dans le miroir du passé sans se laisser submerger par nos propres émotions quand nous sommes amenés à aider nos enfants au moment présent ? En quoi ce miroir nous apportera-t-il des solutions pour le futur ?

Je n’étais pas consciente de certaines de mes blessures passées jusqu’au moment où l’un de mes enfants a traversé une épreuve…

Pendant un moment de pause à la maison, une image m'est venue à l'esprit : moi, assise, tenant à la main un petit miroir. Je me regardais dedans mais ce n'était pas mon visage que je voyais mais un défilé de petites scènes qui passaient au ralenti, des moments passés avec des joies, des réjouissances, des fous rires, des colères, des soupirs, des attitudes incertaines... avec un arrêt sur image.

J'étais intriguée sans vraiment comprendre. C’est alors que le Saint Esprit intervint. J'entendis :

« Ce que tu vois est une rétrospective de ton passé, et là où il y a arrêt sur image, ce sont le souvenir des ressentis, les blessures intérieures du temps, les peines et les échecs... » 

Après avoir entendu cette douce voix, la voix du bon berger, Il m’emmena sur ce champ de bataille émotionnelle où je me suis revue quand j’étais toute petite, affrontant sans aucune aide le rejet et les souffrances scolaires.

Une grosse sensation me montait à la gorge ; je me suis mise à sangloter, à verser chaque larme de tout ce qui était resté enfoui en moi. Les yeux fermés, les joues mouillées, mes lèvres murmuraient : « Tu me connais, Tu es là… ». J’étais cœur à cœur avec mon Père.

Me laissant porter par Sa présence, Il me libérait du poids accumulé des émotions, des mensonges de l’ennemi.

Les versets me revenaient à l’esprit : Il est celui qui a transformé l’eau en vin ; Il est celui qui a multiplié les sept pains et les petits poissons.


Quand on reçoit Sa parole, elle nous console, elle transforme nos sens dans la lumière de la vérité, nous remplit et nous nous retrouvons fortifiés et nourris.

Il est Jésus, ému de compassion pour la foule. 

Puis, je ressentis un soulagement des fardeaux portés au quotidien dans mon rôle et mes responsabilités en tant que parent.

Le Seigneur connaît notre sensibilité, Il a vu ce qui nous a affligé, Il sait mieux que quiconque qui nous sommes et Il sait être attentif à chaque détail comme nous le faisons pour nos enfants.

Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain ? (Luc 11.11).

Il sait ce que nous avons traversé, et avec une attention particulière, notre Père vient souffler sur les lumignons qui fument encore.

Je L’entends me dire : "C'est sur le passé que je vais te resynchroniser pour en faire ta victoire d'aujourd'hui. Ainsi, tes pensées renouvelées, ta vie telle un témoignage impactera celle de ton enfant."

C'est la bénédiction de l'Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d'aucun chagrin (Proverbes 10.22)

Aujourd’hui, si vous aussi, en regardant dans ce miroir de votre passé, vous prenez conscience des blessures qui ont laissé des séquelles sur votre âme, venez dans Sa présence pour recevoir votre restauration.

Le début d’année est l’occasion de vous regarder, non pas avec crainte, mais avec l’assurance de Sa main sur vous. Il vous conduira au-delà de ce que vous pouvez faire ou voir. Il ouvrira pour votre foyer et pour vous-même des portes que nul ne pourra fermer.

N’hésitez pas à prendre ce moment à part avec le Saint-Esprit, il vous surprendra. 

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

12 commentaires