Avancer “propre”

Avancer “propre”

Le ménage de printemps est l’occasion de faire de surprenantes découvertes. En vidant un placard, j’ai découvert un jour un monceau de boîtes à lunch sales, moisies, certaines étaient même encore pleines de nourriture…en voie de décomposition avancée. Toutes les semaines, une de mes petites filles mangeait à l’école et je lui donnais son pique-nique. En mère pétrie de bonnes intentions, je remplissais son sac de choses « bonnes » pour la santé : salade de haricots verts, sandwich tofu-pain complet, yoghurt maison, compote sans sucre, etc. Mais bien entendu, la tentation était rude quand les petites copines déballaient leur repas : pizza, chips goût barbecue, pouding chimique, et sucreries vert fluo. Ma petite n’avait jamais osé me dire qu’elle n’aimait pas ce que je lui donnais, alors elle grappillait dans les repas des copines, et cachait soigneusement au fond de son placard les restes de mes « affreux » menus-santé. Plutôt que d’avouer, elle camouflait, et laissait pourrir derrière ses caisses à jouets.

Cacher et laisser pourrir…voilà une tactique qui a fait ses preuves : ni vu, ni connu ! C’est le réflexe courant quand quelque chose ne va pas. On n’ose pas avouer, alors on camoufle et on passe à autre chose. Quand on ne règle pas un problème, il est peut être loin des regards, caché dans un coin de notre cœur, de notre conscience, mais il est toujours là et il pourrit tranquillement. Cacher n’est jamais la solution. La Parole de Dieu nous encourage à tout avouer à notre Sauveur : nos malaises, nos dérapages, nos sentiments peu glorieux, nos pensées tordues, les choses dont on n’est pas fier. Rien n’est caché devant Sa face, et ce n’est absolument pas de notre intérêt de continuer notre route comme si de rien n’était. Avec le Seigneur, on avance « propre » ou on n’avance pas. Salomon nous dit (Proverbe 28 :13) que « celui qui cache ses transgressions ne prospère pas ». Alors ce n’est pas la peine d’essayer d’aller plus loin tant que le problème n’est pas réglé. Régler un problème, ce n’est pas le « déguiser » pour le justifier, ce n’est pas tourner la page avec désinvolture, ce n’est pas s’auto-punir en se tenant à l’écart de son assemblée ou de la présence de Dieu ; régler un problème, c’est le confesser sans délai avec un cœur sincèrement repentant. L’épître aux Hébreux nous encourage à faire cette démarche, serrant dans notre cœur cette promesse qui n’a pas de prix : « Nulle créature n’est cachée devant lui » (Heb 4 :13), et Jésus le Fils de Dieu sait exactement où nous en sommes, il «compatit à nos faiblesses, car il a été comme nous tenté en toutes choses, sans commettre de péché.» Alors « approchons-nous avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins ». Hébreux 4 : 13-16. Ce n’est que comme ça que nous avancerons, il n’y a pas d’autre moyen, et quel soulagement de savoir qu’il peut TOUT voir, TOUT entendre, et TOUT pardonner !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire