Benjamin

Benjamin

Le 25 octobre de l’année 2005 a été pour moi une année inoubliable, celle de la naissance de mon petit garçon Benjamin…Seulement, cette naissance plutôt inattendue n’était pas vraiment dans mes plans ! Et pourquoi cela ? Benjamin avait hâte de découvrir le monde, je suppose car il n’a pas voulu attendre le 3 décembre pour pointer son joli petit nez…

Sa naissance à été l’occasion pour moi de voir la puissance de Dieu à l’œuvre !

Juste après l‘accouchement, voila pour moi le temps tant attendu de prendre mon nouveau né dans les bras, mais malheureusement je ne le peux, car mon bébé est en détresse respiratoire, né à 34 semaines, je ne peux que voir mon bébé dans les bras de la sage femme qui s’empresse de le mettre dans les soins intensifs. Mon précieux bébé combat pour respirer, il est tout bleu…

Je ne peux me réjouir pleinement, ce bébé, ce cadeau est passé sous mes yeux , j’ai déjà presque oublié son visage… je ne peux le voir que plus tard,. Nous sommes séparés par cette couveuse, et tous ces tubes, combien il est tout petit ,mon ange, et combien je souhaite le prendre dans mes bras , le couvrir de baisers , toucher sa peau. Combien c’est difficile ! Le docteur nous dit par la suite que son nez a quelques problèmes et c’est pour cela qu’il ne peut respirer normalement, ses poumons n’étant pas développés a terme ne lui permettent pas de fonctionner sans oxygène. Le conduit dans sa narine gauche est très étroit . Chaque jour c’est la même chose, le docteur ne pourra se fixer que lorsque mon bébé sera assez fort pour avoir un x-ray. Chaque jour, j’espère enfin le prendre dans mes bras mais je ne le peux. Je dois attendre 6 longs jours pour enfin le serrer dans mes bras…

Après deux très longues semaines d’attente, nous sortons enfin, mais je ne peux encore être de retour chez moi car le bébé doit rester proche de l’hopital. C’est une merveilleuse nouvelle mais aussi une épreuve nerveusement parlant car le bébé est encore sous oxygène, il n’a besoin que du minimum, nous avons des coussins d’oxygène (un tube est relié de son nez au coussin)  et un moniteur pour surveiller les battements de son cœur.. Nous passons des nuits blanches car nous sommes toujours aux aguets pour surveiller sa respiration.

Deux semaines passent encore avant que je ne puisse rentrer chez moi….

Notre joie est voilée par le fait que nous devons 27.000 euros à l’hôpital. Mon assurance ne prend pas en charge les couts engendrés par une naissance prématurée au delà du plafond de remboursement accordée à la Maman. Comment va-t-on faire pour payer cette somme incroyable ?!

Entre temps toujours à Pékin, nous recevons un coup de téléphone notre maison vient d’être inondée, jusqu’aux genoux !

Guillaume me laisse avec mes trois enfants et fait une heure de route pour découvrir les dégâts… Nous devons laisser la maison ouverte pour éviter la moisissure et l’humidité.

 Guillaume s’entretient avec la personne en charge de la surveillance, les gardes vont se relayer pour surveiller la maison… Mais nous étions loin d’imaginer la suite : deux jours après nous apprenons que nous nous sommes faits cambriolés ! Et surprise !!! par un des gardes qui emporte la valeur de 6000 euros de biens.

Deux semaines passent encore avant que je ne puisse rentrer chez moi… Le Directeur financier de l’hôpital nous appelle pour nous dire qu’il a lui-même entreprit de faire des levées de fonds pour nous aider mais qu’il restait 5000 euros à trouver. Le matin du «Thanksgiving » (Action de grâce : fête nationale Américaine mise à part pour remercier Dieu de ses bénédictions) nous recevons un email de l’église Times Square Church de New York qui souhaite nous donner la somme de 5000 euros pour aider avec la note d’hôpital ! Une amie d’Hong Kong avait parlé de notre besoin à l’une de ses amies à New York qui a elle-même passé le message au Pasteur de la Mission de l’église qui a décidé de nous aider. 

Quelle belle façon de débuter cette journée consacrée à remercier Dieu. Nous appelons le Directeur Financier pour lui dire que la dette est payée entièrement.

Je conclue ce merveilleux témoignage avec le verset que Dieu m’a donné ce matin là :
"Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre, selon qu'il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; Sa justice subsiste à jamais. Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu. 2 Corinthiens 8,9;12

1 commentaire