Comment annoncer l'évangile aux enfants N°25

Comment annoncer l'évangile aux enfants N°25
Les chants

En chantant, les enfants confessent la vérité à haute voix. Cela a un puissant impact à la fois sur leur vie et sur le monde spirituel qui les entoure: «De la bouche des enfants et des cris des nouveau-nés, tu fais jaillir la louange qui confond les adversaires.»Ps. 8 :3 De plus, les paroles se gravent dans leur cœur. Le Saint-Esprit pourra, au moment opportun, les leur rappeler.

Dans notre choix, réfléchissons à trois niveaux :
– les paroles,
– le rythme,
– la participation des enfants.

1. Les paroles

Certains animateurs ont coutume de seulement se laisser guider par l’inspiration du moment, sans vraiment réfléchir au thème. Pourtant, quand les chants sont bien choisis, ils nourrissent les enfants, les enseignent et renforcent le thème central.
Avant d’entonner, il est judicieux d’expliquer les mots difficiles. Une bonne introduction permet de semer des graines de vie. Parfois, il suffit de lancer une question. Après quelques réponses, soulignons la vérité qui est reprise par le chant.
Les enfants chanteront avec plus de conviction si cela rejoint leur vécu: «C’est vrai, Mathieu était malade mais nous avons prié pour lui et il est avec nous ce matin. Chantons: «Merci, ô merci Seigneur.» Ces témoignages flash peuvent rappeler comment on a retrouvé son chemin, réussi un examen, affronté un chien méchant, restitué un objet volé et surtout comment on a connu le Seigneur.

2. Le rythme

Un tempo bien rythmé met de bonne humeur. Nous pouvons commencer avec un style gai, puis enchaîner avec des chants encore plus vifs et toniques. Il y a ainsi un crescendo. Vers la fin, nous entamerons un decrescendo pour ramener les enfants au calme et les préparer à écouter. Le dernier chant sera doux et pourra être chanté assis. Bien entendu, ces remarques ne sont pas des lois, mais des principes pour nous aider.

3. La participation des enfants

Les gestes qui accompagnent une mélodie permettent à l’enfant de s’investir dans le chant. Une farandole ou une danse plus élaborée créent un esprit de corps. Certains enfants n’aiment pas danser mais jouent d’un instrument; pourquoi ne pas les laisser exercer leur talent ? Encourageons les initiatives ! Les enfants aiment participer. La règle suivante se confirme : «J’entends et j’oublie, je fais et je comprends.» Au travers du chant, les enfants sont actifs, ils com-prennent, littéralement ils prennent avec eux la vérité exprimée. Laissons-les proposer un chant ou montrer les gestes aux autres. Repérons ceux qui ont des qualités pour diriger le groupe. Si les chants sont écrits sur des panneaux, ils deviendront plus attractifs si les enfants peuvent les décorer. Si nous utilisons un rétroprojecteur, nous pouvons confier les transparents à l’un des jeunes participants.

Mise en page de Marianne Dubois


Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site :
www.carlobrugnoli.net

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

4 commentaires