Comment annoncer l'évangile aux enfants N°34

Comment annoncer l'évangile aux enfants N°34
Étoffer l’intrigue

Après avoir choisi le héros, ses défis et le style du suspense, nous étofferons l’aventure en lui donnant un cadre, des couleurs, des sentiments.

a. Approfondir le récit

Si l’histoire vient de la Bible, il est toujours bénéfique de méditer le texte pour en saisir le sens profond. Nous découvrirons d’autres perspectives en lisant différentes versions.
– Un enseignant doit en savoir plus que ses élèves. Il lira donc aussi les récits parallèles. Pour l’histoire du lépreux, voir Marc 1: 40-46, Luc 5: 12-16.
– De plus, il se penchera sur le contexte géographique, historique, culturel, médical.
Lorsque Joseph, sur ordre de son père, va prendre des nouvelles de ses frères, c’est un voyage de cent kilomètres qu’il accepte d’entreprendre. Il n’hésite pas un instant. Remarquable obéissance ! Genèse 37 :13
– Une Bible avec une bonne chaîne de références, une concordance ou un dictionnaire biblique peuvent être très utiles.
La guérison du lépreux Matthieu 8:1-4., un récit de quatre versets, peut ainsi devenir une biographie. Voici quelques suggestions de recherche qui nous aideront à mieux la conter:
– Qu’est-ce que la lèpre ? Une terrible maladie de peau contagieuse, bien souvent mortelle. Les membres perdent leur sensibilité nerveuse et sont peu à peu rongés.
– Comment était-elle détectée dans l’Ancien Testament ? Lorsque des taches apparaissaient sur la peau, elles étaient montrées au prêtre. Après une semaine de mise à l’écart, un second examen confirmait ou infirmait le diagnostic. Matthieu 8:1-4.
– Qu’impliquait le fait d’être lépreux ? Il était considéré comme impur et devait habiter en dehors de la communauté. Voir Lévitique 13:47.
– Quelles démarches devait-il faire en cas de guérison? Il devait passer un nouvel examen et offrir un sacrifice. Voir Lévitique 14.

b. Personnaliser le héros

Rien de tel pour pimenter une histoire que de donner un nom, un âge, une profession, une situation familiale aux différents intervenants. Herman Ter Welle, évangéliste hollandais, nous invite à préparer une histoire en fermant les yeux... pour mieux la visualiser. Nous pouvons ainsi imaginer les couleurs, les bruits, les parfums... Les enfants raffolent de ces petits détails.
Nous déterminerons aussi l’action sur le plan géographique, climatique ou culturel. Le lépreux, par exemple, pourrait être père de famille, jeune fiancé ou même adolescent... Tout est envisageable puisque l'Ecriture n’en dit rien. Nous respecterons le texte en précisant que tous ces détails n'y sont pas inclus mais que c’est ainsi que nous pouvons les imaginer.
Le lépreux pourra s’appeler Jonathan, avoir trente ans et être cordonnier. Marié à Ruth, il a deux enfants de trois et cinq ans. L’histoire commence en automne, alors qu'il commence à faire froid...

Les questions suivantes nous permettent d’entrer dans la peau du personnage :

– Qu’a-t-il perdu au niveau de sa profession et de ses revenus ?
– Quels contacts garde-t-il avec sa famille ?
– Où dort-il ?
– Vit-il de mendicité ?
– Se sent-il coupable ou est-il révolté ?
– Comment sa maladie progresse-t-elle ?
– Comment sa famille s’en sort-elle ? Est-elle montrée du doigt ou aidée ?
– Comment Jonathan entend-il parler de Jésus ?
– Quels doutes l’assaillent avant qu’il aille voir le Maître ?
– Comment réagit-il face à sa guérison ?
– Comment réagissent sa famille, ses voisins et ses collègues à son retour ?

Mise en page de Marianne Dubois


Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site :
www.carlobrugnoli.net



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire