Comment annoncer l'Evangile aux enfants N°39

Comment annoncer l'Evangile aux enfants N°39
Soyons brefs (suite)

Une illustration

Suite à un débat sur son autorité, Jésus raconte l’histoire des deux fils. (Matthieu 21:23-32) Il se sert de cette parabole pour avertir les sacrificateurs que péagers et prostituées les devanceront dans le Royaume. Pourtant cette allégorie semble insuffisante, car le Maître en ajoute une autre sur le même thème, celle des vignerons. Il la conclut avec ce commentaire: «C’est pourquoi le Royaume vous sera retiré et donné à une autre nation.» La colère des prêtres montre bien que, cette fois-ci, ils ont saisi le message.

Nous pouvons, à l’exemple de Jésus, clore une histoire par une illustration ou un bref témoignage, qui souligne le thème principal.

Suite à l’histoire du serviteur impitoyable :

Sophie raffole du collier de perles de sa mère. Profitant de l’absence de cette dernière, elle parade avec le superbe bijou devant le miroir. Le temps passe vite, soudain maman est de retour ! Paniquée, Sophie cherche maladroitement à se défaire de sa parure. Catastrophe ! Le fil casse et toutes les perles s’éparpillent sur le sol. Maman est sur le seuil de la porte, le regard triste. Sophie pleure à chaudes larmes. Maman la console, l’assurant de son pardon. Pendant ce temps, le petit frère a déchiré un dessin de Sophie. Lorsqu’elle s‘en aperçoit, Sophie hurle qu’elle va casser tous ses jouets ! Maman arrive à temps pour l’arrêter ! «Sophie, je t’ai entièrement pardonnée pour le collier. Toi aussi, tu dois pardonner à ton petit frère.» (1)

Un verset

Saul de Tarse est en route vers Damas pour y détruire les communautés chrétiennes. Il est arrêté par une éblouissante vision. Devenu aveugle, il est conduit à Damas où il recevra la guérison et une nouvelle vocation. (Actes 9 ) Il deviendra l’apôtre des non-juifs. Comment répercuter un tel changement ? Nous vous proposons ce verset: «Jésus a dit: Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie». (Jean 8:12) Nous pourrons alors interpeller l'auditoire: «Et toi, où veux-tu marcher?» Parfois un exemple vécu (colère/douceur, mensonge/honnêteté... ) peut appuyer cet appel.

Après le récit de Zachée, nous pourrions nous appuyer sur cette parole de Jésus: «Il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison.» (Luc 19:5b) Il y a toutes sortes de maisons sur la terre. (On peut dessiner ou montrer un igloo, une hutte, une tente, etc., et laisser les enfants découvrir le nom de ces habitations.) Mais notre vraie maison, où nous habitons tout le temps, c’est... (laissons-les chercher). C’est celle de notre corps! Certaines maisons sont blanches, d’autres noires ou jaunes. Le Seigneur les aime toutes. Il voudrait venir dans chacune d’elles pour y vivre. Le Seigneur te connaît et il t’aime. Il veut venir habiter chez toi et devenir ton ami. Veux-tu le faire entrer dans ta maison maintenant?

Un court moment de prière

L’histoire d’Acan montre qu’il est possible de céder à la tentation du vol, tout en faisant partie de l’armée du Seigneur. ( Josué 7:21) C'est malheureusement un problème fréquent chez certains enfants. (2)
 – Seigneur, je veux faire partie des enfants honnêtes.
 – Je sais que tu m’aimes et qu’avec toi, j’ai tout ce dont j’ai vraiment besoin.

Résumons

1. Avant de construire une histoire, choisissons quels principes nous voulons transmettre aux enfants.

2. L’histoire est l’enveloppe vivante qui souligne, appuie et transmet la vérité.

3. Au cœur de toute intrigue se trouve un héros relevant des défis. Si nous voulons que l’auditoire se passionne, ses épreuves doivent rejoindre celles du public. Nous lui donnerons une identité et étudierons son milieu ambiant. Nous devons l’adopter pour le faire adopter.

4. Nous écrirons le scénario sous la forme d'un plan schématique afin de bien nous en souvenir et être à l’aise en le racontant.

5. Nous créerons une introduction pour capter l’attention de l’enfant avec une question, une image, une petite anecdote...

6. La conclusion sera brève et incisive. Nous ferons le parallèle entre les péripéties de l’histoire et le vécu de l’enfant pour l'inciter à mettre le message en pratique.

Et maintenant, à vous de jouer ! Les meilleures histoires sont celles qui ont été maintes fois racontées. N’oubliez pas de les répertorier dans un «écrin» que vous pourrez consulter, améliorer et prêter. A ce sujet, Comment développer votre communication, paru dans la même série, permet de créer son matériel de communication.

(1) Anecdote racontée par Claire-Lise de Benoit

(2) Il est bon d’inviter ceux qui ont déjà volé à venir en parler après la réunion.


Mise en page de Marianne Dubois

Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site :
www.carlobrugnoli.net



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires