Comment annoncer l'Evangile aux enfants N°41

Comment annoncer l'Evangile aux enfants N°41
Les premiers pas de la vie chrétienne

Lorsque la fille de Jaïrus est revenue à la vie, Jésus a aussitôt ordonné qu’on lui donne à manger: évangélisation et édification vont de pair. A quoi servirait de sauver un enfant, si c’est pour le laisser mourir de faim? Quand l’enfant se convertit, il a besoin de notre appui pour développer son amitié avec Dieu. Cette édification peut très bien se faire en parallèle1 avec l’évangélisation. Dès la deuxième session, nous pouvons, lors du message, séparer les enfants en deux groupes: ceux qui ont déjà reçu Jésus comme Sauveur et les autres.

Voici un canevas de plusieurs leçons pour que l’enfant développe sa relation personnelle avec Dieu: louange, requête, intercession, confession et écoute y sont abordées.

1) Dieu m’aime, je le remercie: les dix lépreux.
2) Dieu m’aime, je demande son aide: la veuve importune.
3) Dieu m’aime, je demande son aide pour autrui: le centenier et son serviteur.
4) Dieu m’aime, je lui demande pardon: le fils prodigue.
5) Dieu m’aime, je veux l’écouter: David écoute Dieu à quatre reprises à Qeïla .2

Nous pouvons illustrer ces thèmes au travers des cinq doigts de la main, chacun se levant à tour de rôle.

La main


1) Merci (le pouce)
Lorsqu’on veut montrer qu'on est content ou reconnaissant, on étend le bras, poing fermé, pouce levé: «Merci Seigneur! Merci pour mes parents, mon copain, mes yeux qui voient, mes pieds qui courent...» Le premier mot pour s’adresser à Dieu est merci!
2) S’il te plaît (l’index)
A l’école, on lève l’index comme cela: «S’il vous plaît, j’ai quelque chose à dire.» Avec le Seigneur, c’est la même chose, on peut tout lui dire. Si l’on a peur: «S’il te plaît, protège-moi». Si l’on a mal au ventre. «S’il te plaît, guéris-moi». Même lorsqu’on a perdu sa clé...
Il a promis: «Appelle-moi et je te répondrai.»3
3) Je ne les oublie pas (le majeur)
Voici le doigt du milieu (saisir le majeur avec l’autre main); il est au centre, il est concerné par ceux qui l’entourent. Moi aussi, je peux penser aux autres: mes parents, mes frères et sœurs, ma maîtresse. «Seigneur, aide mon papa à trouver du travail, donne-moi les mots pour parler à ma copine qui ne te connaît pas, aide ma grande sœur à réussir son examen.»
4) Pardon! (l’annulaire)
Voilà le doigt qui porte l’alliance (montrer l’annulaire). Le petit mot qui entretient la paix entre amis et en famille, c’est pardon! Lorsque nous avons demandé pardon à Dieu, il a fait alliance avec nous.
Chaque fois que nous l'attristons, nous pouvons revenir à lui en lui demandant pardon. Il attend que nous lui disions ce qui va de travers: le copain avec qui je suis fâché, le mensonge à mes parents, le CD emprunté et jamais rendu... La paix reviendra, il nous pardonnera et nous aidera à faire la paix avec les autres.
5) Je t’écoute (le petit doigt)
Le petit doigt, c’est pratique pour se nettoyer l’oreille! (faire le geste). «Seigneur, je t’ai tout dit: Merci... S’il te plaît... Je ne les oublie pas... Pardon... A présent je t’écoute: «Que dois-je faire avec ma copine qui me tourne le dos... Avec mon frère qui est jaloux... Souffle-moi une bonne idée pour l’anniversaire de maman... »

Si l’enfant sait lire, nous pouvons lui offrir un Nouveau Testament et lui apprendre à écouter le Seigneur au travers de sa Parole.

Une fois ces fondements posés, nous pourrons nous lancer dans des enseignements bibliques plus élaborés. Apportons aux enfants la nourriture spirituelle qui leur permettra d'entrer dans l'aventure merveilleuse d'une destinée conduite par Dieu.


Mise en page de Marianne Dubois


Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site :
www.carlobrugnoli.net

8 commentaires