Dans l'intimité de la famille Lazare

Parmi les intimes de la famille Lazare, se trouvait un ami de marque: Jésus. Il partageait leur intimité. L'intimité est le cercle fermé, la vie privée, le cercle étroit d'amis proches. Plongeons un instant dans l'intimité de la famille Lazare.

Nous lisons Luc 10/38-42 ; Jean 11/1-44

Ce récit nous raconte que Jésus, en chemin, va rendre visite à Marthe et à sa sœur Marie. Nous savons que Jésus était attaché à cette famille, on le verra manifester sa compassion dans un autre passage des écritures. En lisant ce texte, on peut supposer que Jésus est arrivé à l’improviste, et, visiblement, dérange un peu les plans que Marthe a établis pour la journée. Jésus peut désirer nous rencontrer et nous inviter à la prière, ou vouloir nous parler au travers de Sa Parole à un moment où nous avons prévu autre chose. Cela nous dérange un peu, car ce n’est pas à cette heure-là que nous avons coutume de le faire. «Seigneur, écoute, je dois sortir le chien, et ce tas de linge à repasser... après, je ne pourrais plus le faire !! ». La priorité de Marthe, c’est son travail, et non Celui qui peut lui donner la force et la joie de le faire d’une autre façon, sans se plaindre comme elle le fait au verset 40. Marie, elle, a su gérer ses priorités et profiter de la présence de son ami. Elle ne veut pas laisser passer un tel moment. C’est compréhensible pour une maman et épouse d’adopter l’attitude de Marthe, la journée passe tellement vite ! Il y a tant d’occupations, tenir la maison propre et bien rangée, les allées et venues à l’école, les cours de musique, de sport, le travail etc. On se promet de prendre un temps dans la journée pour s’isoler et être tranquille afin de rencontrer notre Sauveur. Mais le flot des activités nous emporte et nous ravit ces minutes tellement précieuses. Nous pouvons passer des jours, des mois et plus, sans réagir et laisser notre intimité s’éteindre à « petit feu », et devenir comme Marthe, presque irritée de la présence de Jésus. Cela devient une corvée, ou, « IL FAUT que je prie ». Ce n’est plus un rendez-vous de père à enfant, mais un devoir de conscience.

Cette famille n’est-elle pas composée de 3 personnes ? Mais, où est Lazare ? Lui, il est « carrément » absent ! La visite de son ami ne semble peut-être pas si importante que ça, ou alors ses occupations sont prioritaires. Lorsque notre Dieu veut nous visiter alors que nous ne l’avons pas planifié, c’est souvent pour des raisons bien précises. En pleine nuit, Il va nous donner des instructions ou des plans pour faire face à certaines difficultés. Il va nous révéler la bonne « méthode » à utiliser pour obtenir des résultats dans notre service, ou atteindre les âmes à sauver. Dans la journée, Il va nous presser de prier pour un membre de notre famille en grand danger. Il y a de nombreux témoignages de personnes qui ont arrêté sur le champ leur activité, afin d’intercéder sur la demande de Dieu pour quelqu’un qui courait un risque, et la prière a été exaucée ; des vies ont été sauvées. Peut-être veut-Il simplement nous remplir de son Saint-Esprit, nous remplir de sa paix, de sa joie. Il y a des rendez-vous importants à ne pas manquer !

Lisons maintenant le chapitre 11 du livre de Jean, l’histoire de cette même famille qui passe par le deuil. Cette fois, il s’agit bien de Lazare, mais tout va mal, il est mort des suites d’une maladie. Ses deux sœurs sont dans la douleur. Jésus semble être arrivé trop tard. Quel genre de foi manifestent-elles lorsque Jésus arrive ? Pourtant, elles ont fait la bonne démarche en demandant son aide, puisqu’elles savent qu’Il est le Tout-Puissant !  Notre niveau d’intimité va se révéler au moment de l’épreuve. Marthe et Marie vont faire le même reproche à Jésus : « Si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ! ».

Notre relation avec le Sauveur est-elle empreinte de la même attitude ? « Si tu es mon Dieu, pourquoi ceci, pourquoi cela, m’aimes-tu vraiment, pourquoi cela m’arrive-t-il, tu bénis les autres et moi, alors… ? Notre communion doit transformer notre foi et la faire grandir, les difficultés peuvent parfois y contribuer. Dieu va nous enseigner à être humbles et à dépendre de LUI. Au verset 22, c’est ce que Marthe va faire par ses paroles, reconnaissant la toute puissance de Jésus. Marie, elle, va se précipiter vers son ami (versets 29 et 31) et se mettre une nouvelle fois à ses pieds. Lorsque nous sentons que Dieu veut nous visiter, n’attendons pas, mais promptement allons vers Celui qui peut nous apporter des paroles de consolation et de vie. Attendons-nous à Lui, et recevons ce qu’Il  nous promet. Certes, cette épreuve était dure, mais je suis sûre que Marthe et Marie ne l’ont pas regrettée, car leur foi en a été bouleversée !

Lazare, lui est au tombeau, sans vie. Son corps est entouré de bandelettes. Peut-on encore espérer quelque chose ? Oui ! Jésus l’a dit : « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu ».

Ta vie spirituelle est-elle au tombeau, paralysée par les bandelettes de l’activisme, de la routine, du désespoir… ? « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu » ! C’est encore possible, car Dieu est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Tu as besoin de connaître une résurrection comme Lazare, une nouvelle rencontre avec Celui qui a autorité pour redonner la vie. Tout a changé pour cet homme, la vie a triomphé de la mort, la lumière des ténèbres du tombeau. Jésus aimait cette famille, Il a pris du temps pour se déplacer, et venir les secourir. Malgré leurs reproches et leur incrédulité, Il a tout de même agit ! Jésus est en route pour te rencontrer aujourd’hui. Bien que tu dises qu’un jour tout va s’arranger, et que tu repousses sans cesse ce rendez-vous par honte d’avoir failli, c’est maintenant que tu peux être touchée et secourue. Encore incrédule ? Crois, ce que Jésus va demander au Père pour toi, lui sera accordé (verset 42). Laisse-le délier tes bandelettes, afin que tu puisses revenir librement vers LUI et retrouver ton intimité. Ne laisse surtout pas, si tu as du travail qui t’attend, passer cette occasion, ta vie sera transformée. Vite ! C’est l’heure du rendez-vous !

1 commentaire