David guéri et restauré (2)

David guéri et restauré (2)

En tant que chrétien, trop souvent le soleil se couche sur nos échecs et nos blocages, et notre croissance ne s’effectue pas comme prévu. Un handicap est l’absence de guérison intérieure, celle du passé et du présent. S’attaquer seul à ce géant se soldera par une rémission passagère ou une défaite. Tout confier au Seigneur, c’est réussir et éradiquer le problème. Esaïe 53:5 nous encourage dans ce sens. En l’absence de guérison spirituelle nous transportons des séquelles dans notre comportement : vie de couple, professionnelle et relationnelle.

Le Seigneur peut et veut nous guérir de nos blessures et nos plaies encore à vif. Dieu seul sait où nos échecs résident. Il veut nous accompagner à les faire disparaître, en faisant de nous des acteurs de notre bonheur. Jésus est venu pour proclamer aux captifs la liberté et aux prisonniers la délivrance.

David a eu accès à sa restauration, il va cependant tenter trois attitudes, sans que son problème soit réglé. La banalisation, qui est la mise en conformité aux normes imposées à notre mental par l’état d’esprit qui gère le monde. C’est trouver des raisons peu convaincantes, voir caduques, pour justifier attitudes, propos et l’absence de loyauté vis à vis de notre engagement chrétien.

David devenait de plus en plus fort. Saül, à cause de ses compromis, allait en s’affaiblissant. David, comme nous l’avons vu, en confessant son égarement retrouvera son statut d’homme selon le coeur de Dieu et Dieu le rétablira. Loin de nous la banalisation. Le refoulement consiste à expulser dans le subconscient une erreur avec ses conséquences qui ne tarderont pas à réclamer réparation. Tel Moïse qui tue l’Egyptien et l’enterre dans le sable, la pluie transportera le sable et le corps sera découvert par tous y compris par Moïse et ses adversaires.

En ce qui concerne David, il fera, dans un accès de colère, le dénombrement pour lever une armée en vue d’une guerre désavouée par Dieu. Il recevra le rapport après 9 mois et 20 jours, mais pendant ce temps il refusera de s’interroger sur son opposition à la volonté de Dieu. Un jour il va sentir battre son coeur d’une manière plus intense, il reconnaît son erreur et cherche le Seigneur, avoue son état d’insensé et une fois de plus l’homme selon le coeur de Dieu va se réfugier dans les mains de Dieu et sauvera sa vie.

En reconnaissance, il offrira des sacrifices d’actions de grâce, goûtera guérison et restauration, il ne procédera plus au refoulement, mais osera la transparence dans l’amour et l’obéissance à la parole de Dieu. David tentera la compensation qui consiste à faire, à donner sans régler un problème sous-jacent il va jeûner, prier, s’apitoyer sur lui même. Erreur : Dieu ne regarde pas à ce qui frappe les yeux mais au coeur et aux mobiles qui animent le coeur. Il connaissait ce texte, mais ne trouvait pas opportun de l’appliquer dans sa situation.

Un exemple dans les évangiles, la prière du pharisien qui s’imagine qu’en donnant il pourra leurrer Dieu ! Un problème caché amené à la lumière trouvera le chemin qui mène au coeur de Dieu et il en résultera : guérison et restauration. Sans attendre acceptons la transparence et disons-lui.

Tu prépares pour moi l’allégresse et la joie pour mes os que tu as brisés, pour qu’ils se réjouissent en toi. Psaumes 51:10

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires