David le bien aimé

David le bien aimé

David, l’homme debout, celui qui tombe, qu’on retrouve à genoux, l’homme nouveau, debout, plus fort, plus humble, plus beau aux yeux de Dieu.
Suite à un échec, on n’est pas autorisé à siffler la fin de la partie, ni à l’abandonner.

David s’exprime dans le psaume 39:6 : « Ma vie est comme un rien devant toi, tout homme debout n’est qu’un souffle ».

Une sculpture a retenu mon attention, il s’agit de deux gisants identiques, à la différence l’un est debout et l’autre couché.
Ce qui frappe en premier le regard, c’est celui qui est debout, splendide, courageux. On imagine qu’il n’est jamais tombé ou à l’inverse qu'il est souvent tombé et s'est toujours relevé.
On porte ensuite l’attention sur celui qui est par terre, couché : le malheureux que lui est-il arrivé !? Va-t-il se relever ? Il le faut, il le peut …

On peut lire dans le psaume 119:28 : « Mon âme pleure de chagrin, relève-moi selon ta parole ». La grâce est agissante, elle produit la foi, la volonté et la capacité de se relever animé d’un réflexe surnaturel, alors le gisant se relève pour glorifier l’auteur du miracle qui s’est investi par amour pour son racheté. Il ne brise pas le roseau froissé, il n’éteint pas la mèche qui brûle encore, il ramène le bateau jusqu’au port abrité des vents dominants et des fortes marées pour le caréner en vue d’un prochain voyage.

Celui qui est ainsi relevé peut interpréter son retour à la vie comme un don, un signe de Dieu, un encouragement, car pour se remettre dans la course, il faut être debout.
Rien n’est fini, tout peut recommencer, celui qui est avec nous est plus fort que celui qui veut nous abattre.

Paul s’exprime ainsi : « Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber » (1 Corinthiens 10:12). L’exploit vécu avec Dieu nous permet de toujours progresser et nous grandit à ses yeux.

Dans ce sens Salomon a écrit une prière ainsi formulée :

« Ne me donne ni pauvreté ni richesse.
Accorde moi le pain qui m’est nécessaire,
de peur que dans l’abondance je ne te renie,
que dans la pauvreté, je ne dérobe
et ne m’attaque au nom de mon Dieu ».

Proverbes 30:8-9

En un mot : « Que je ne tombe pas ». AMEN !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires
  • FB.cleo.agbede Il y a 4 années, 9 mois

    « Ne me donne ni pauvreté ni richesse. Accorde moi le pain qui m'est nécessaire, de peur que dans l'abondance je ne te renie, que dans la pauvreté, je ne dérobe et ne m'attaque au nom de mon Dieu ». Proverbes 30:8-9
  • YannRubby Il y a 4 années, 9 mois

    Amen frère Silas ! Et je rejoins ce Proverbe "Ne me donne ni pauvreté ni richesse. Accorde moi le pain qui m'est nécessaire, de peur que dans l'abondance je ne te renie, que dans la pauvreté, je ne dérobe et ne m'attaque au%