David renonce à la vengeance

David renonce à la vengeance

David renonce à la vengeance et accorde le pardon à Saül pour l’amener à se ressaisir, à se repentir ainsi qu’à une raison saine et un comportement humain. La condition dans laquelle David se trouve n’est pas la plus favorable pour ce genre de démarche, il est dans l’inconfort et l’insécurité permanente, alors que lui et son armée font route vers Jérusalem.

Harcelé et poursuivi par Saül, David, qui poursuit son chemin, s'est réfugié dans une caverne. Saül n’est pas très loin de lui (1 Samuel 24: 4-5) cependant David ne portera pas la main sur lui ; mais pour signaler sa présence toute proche dans ces lieux il coupera un morceau du vêtement de Saül. A une autre occasion il lui confisquera à son chevet sa cruche et son épée ! Convaincu par Dieu, David décide de ne pas se venger, il a prié et c’est dans le psaume 57 du verset 1 à 3 que l’on constate l’état d’esprit qui l’a amené à procéder ainsi.

La vengeance est la solution la plus violente et odieuse ; refuser d’y recourir c’est démontrer à son adversaire la part de noblesse qui nous anime et l’inviter à faire de même, la leçon portera et plus tard le miracle aura lieu : Saül reconnaîtra ses égarements et ses mauvaises intentions envers David.

La conscience de David se traduit par ces paroles adressées un jour à Abischaï : ne détruis pas ! (1 Samuel 26: 9). Abigaïl dira à David : « Ne détruis pas, pardonne ». Dans le psaume 57 : 1 et le psaume  59: 1 et 2 David en fait son crédo en ces termes : Je ne détruirai pas, toi seul Seigneur me fera justice ; fais grâce et pardonne à ceux qui m’offensent et t’offensent.

En qualité de chrétiens nous sommes amenés à pardonner à une épouse infidèle, à des enfants ingrats et injustes ou à des collègues peu délicats ... Pardonner c’est participer à la remise de dette que Dieu exerce à notre égard, à notre restauration intérieure et à celle de l’offenseur. Pardonner c’est donner quelque chose à quelqu’un qui ne le mérite pas. C’est Jésus qui nous enseigne de faire ainsi.

En refusant de se venger David ne s’est pas mis au niveau de Saül l’offenseur, mais au dessus de lui pour lui montrer le chemin à prendre pour sa libération. En pardonnant, David a abandonné son droit de rendre le mal pour le mal qu’on lui a fait. Pardonner est un acte profond et libérateur pour celui qui l’accorde et celui qui le reçoit. David nous enseigne que déjà il s’identifiait à l’acte salutaire accordé à tous les pécheurs, acte unique qui les justifie aux yeux de Dieu. Être pardonné n’efface pas la responsabilité de nos actes. David le rappellera à Saül dans le but de le ramener à la notion de la justice Divine car il y a une récompense pour le juste (Psaume 58:12)  Saül reconnaitra la démarche de David à son égard comme venant de Dieu en ces termes cités dans 1 Samuel 24:17,18. En pleurant il dira « Tu es plus juste que moi qui te voulais du mal ! ».

Et Jésus de nous enseigner en ces mots « Et toi fais de même pardonne et exerce la miséricorde »  Luc 10:31



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

2 commentaires
  • FB.zakloulou Il y a 6 années, 10 mois

    Merci pour ce beau texte édifiant. Que DIEU nous aide à mettre tout ceci en pratique pour sa seule Gloire. Béni sois-tu Silas !!!
  • lerdami Il y a 6 années, 10 mois

    Bonjour, Très bon texte. Me permettrai-je une simple remarque ? Vous dites Silas : ‘’En qualité de chrétiens nous sommes amenés à pardonner à une épouse infidèle, à des enfants ingrats et injustes.’’ C’est juste mais incomplet et litigieux. Il eut été bon de dire ‘conjoint’ au lieu - d’épouse-. Mais chaque femme aura corrigé et complété. -enfants ou parents- ingrats Merci pour cette pensée.