Demander et faire

Demander et faire

Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. (Jean 14.13-14).

Nous approchons le Père au nom de Jésus Christ. Nous ne pouvons pas accéder au Père sans le Christ. En dehors du Christ, le Père serait envers nous un feu dévorant. Nous plaidons sur l'expiation parfaite, sur la justice parfaite et sur l'obéissance parfaite du Fils qui nous ont été imputés et qui sont devenus nôtres. Nous approchons le Père par la prière. Dans Jér. 33.3 nous lisons, "Invoque-moi, et je te répondrai; Je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas". Jérémie, enfermé dans la cour de la prison, recevait quasi le même commandement, avec la même promesse, que ce que nous avons dans notre texte. Faire vient après demander. Tu demanderas, et Je ferai, mais Il ne fera pas tant que nous ne demandons pas. C'est ma prière et le désir de mon cœur que des prisonniers spirituels, enfermés dans une lourdeur d'esprit, puissent crier à Lui pour qu'Il les délivre de ces problèmes.

Analysez le Notre Père. "Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié". Que le nom du Père soit glorifié, cela devrait être la première requête de chaque moment de prière.

Ceux qui sont sous la domination du péché sont incapables de voir la beauté de « Celui qui a été blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; Celui sur qui le châtiment qui nous donne la paix est tombé et dont les meurtrissures sont notre guérison » (Esa 53.5). Certains n'ont pas appris à voir comment le péché détruit l'union et la communion entre l'homme et Dieu. La condition du cœur de celui qui est spirituellement aveugle nous est décrit dans la parabole de Luc 19.14: "Mais ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire: Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous".

Le mot nom vient du Grec « onoma » qui identifie aussi autorité. Cela veut dire, que si vous venez au Père dans un abandon inconditionnel à l'autorité de Son Fils, qu'Il vous donnera ce que vous demanderez. Dommage que par nature l'attitude du cœur soit de dire que nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Cette rébellion doit être brisée.

L'Evangile revêt deux aspects. D'un côté c'est un appel à toute l'humanité. Nous le voyons dans Prov 8.4, "Hommes, c’est à vous que je crie, Et ma voix s’adresse aux fils de l’homme". C'est l'appel vers l'extérieur de l'Evangile, l'appel qui rencontre un rejet partout dans le monde. Pro 1.24 nous le montre, "Mais je vous appelle et vous refusez mon invitation; je vous tends la main et personne n’y fait attention" (BFC). Ce même principe, nous le retrouvons dans Luc 14.18, "Mais tous unanimement se mirent à s’excuser. Le premier lui dit: J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir; excuse-moi, je te prie".

La véritable prière, c'est une inclinaison du cœur. Nous lisons dans Esa 43.22, "Ce n’est pas à moi que tu as fait appel; tu t’es plutôt lassé de moi, peuple de Jacob" (BFC). Regardez également dans Esa 64.7, " Il n’y a personne qui invoque ton nom, Qui se réveille pour s’attacher à toi: Aussi nous as-tu caché ta face, Et nous laisses-tu périr par l’effet de nos crimes". Même les enfants de Dieu, dans un état rétrograde, ne prient plus. Lorsqu'un froid s'est installé dans l'âme, cela a toujours commencé dans le lieu secret de la prière. La prière nous laisse froids quand nous sommes devenus indifférents envers le Seigneur.

Dans les premiers versets du livre de Jonas nous lisons que le Seigneur avait envoyé une grande tempête et que l'équipage faisait tout son possible pour sauver le navire. Jon. 1.6 dit, "Le capitaine du navire s’approcha de lui et l’interpella ainsi: "Que fais-tu là? tu dors? Lève-toi donc, appelle ton dieu au secours! Il se souciera peut-être de nous, lui, et ne nous laissera pas mourir" (BFC). Ces païens imploraient déjà leur propre dieu. Ils jetaient par-dessus bord tout ce qu'ils pouvaient dans le but de sauver le navire, mais pendant ce temps-là, Jonas, dans la quille, dormait tranquillement. Jonas fuyait le Seigneur. Il était dans une condition de rétrograde.

Par contre, l'appel à prier au nom du Fils de Dieu en se soumettant à Sa volonté et dans un abandon à l'autorité qui est dans Son nom, dépend de l'œuvre efficace du Saint Esprit. Cet appel, c'est un appel à l'intérieur.

Luc 14.23 dit, "Et le maître dit au serviteur: Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d’entrer, afin que ma maison soit remplie". Voilà un appel réel qui s'accompagne d'une compulsion, le rendant urgent. Voilà l'œuvre de la grâce.

Lorsque le Seigneur crée un cœur nouveau, Il y met un désir nouveau, c'est là que la prière naît. La véritable prière ne naît que lorsque l'œuvre de la grâce met dans le cœur un nouveau désir, c'est à dire quand le moi est crucifié, quand tout du moi est coupé net et lorsqu'on se soumet à l'autorité du Christ.

Il ne nous est pas simplement conseillé ou recommandé de prier; il nous est ordonné de prier, même à des moments inopportuns, non de façon endormie, paresseuse, mais avec insistance. Phil 4.6 dit, "Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces". Notre supplication doit s'accompagner d'actions de grâces parce que la gratitude est une véritable expression d'insuffisance.

Toutes nos prières doivent être adressées au Père dans le nom de Son Fils. 1 Th 5.17-18 dit, "Priez sans cesse.

Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ". Le Père n'agréera nos prières que si nous venons à Lui dans le nom de Son Fils, avec un cœur qui se soumet inconditionnellement à la volonté de Dieu, sous l'autorité de Jésus-Christ.

La promesse " tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai" s'applique dans toute épreuve que le chrétien peut rencontrer. Quand il semble que le Seigneur s'est retiré et lorsque nos péchés nous accablent il convient de crier comme David dans Ps 61.1-2, "O Dieu! écoute mes cris, Sois attentif à ma prière! Du bout de la terre je crie à toi, le cœur abattu; Conduis-moi sur le rocher que je ne puis atteindre! " Son désir le plus cher c'était d'être conduit au Rocher, le Seigneur Jésus-Christ. Conduis-moi au Christ, voilà sa prière.

Chaque fois qu'on se trouve enclin aux choses de ce monde on encourt le risque d'être amené dans ce genre de prison spirituelle. Ps 106.15 dit, " Et il leur donna ce qu’ils avaient demandé, mais il envoya la consomption dans leurs âmes" (DRB). Quand nos cœurs se refroidissent pour la prière et s'intéressent davantage aux choses du monde nous récolterons une froideur et une pauvreté dans l'âme. David plaidait sur ce qui est promis dans notre texte chaque fois qu'il constatait cette pauvreté de son âme. Dans Ps 86.6-7 il dit, " Eternel, prête l’oreille à ma prière, Sois attentif à la voix de mes supplications! Je t’invoque au jour de ma détresse, Car tu m’exauces".

Il nous faut demander avec la foi de recevoir. L'incrédulité chuchote, "A quoi ça sert de faire appel au Seigneur?" Si souvent Satan va essayer de nous convaincre que ce problème est trop insignifiant ou trop en rapport aux choses du monde. J'ai eu cette expérience de commencer à prier pour quelque chose qui concernait ma vie de tous les jours et d'entendre Satan essayer de me dire, Si tu pries pour le salut, le Seigneur t'écoutera mais Il ne t'écoutera pas si tu pries pour des choses qui n'ont pas de valeur éternelle ou qui sont d'ordre inférieur.

Nous voyons ce même principe chez l'apôtre Paul dans 2 Cor 12.7, "Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir". Une écharde peut être si petite qu'il faut une loupe pour la voir alors qu'elle occasionne en même temps bien du désagrément. Cela ressemble être une si petite chose pour les autres. Ils le trouvent dérisoire et se demandent comment vous pouvez en être affecté. Mais cela ne veut pas dire que cette chose est trop insignifiante pour consulter le Seigneur à son égard. Même si cela semble être une si petite chose, il faut qu'on aille en parler au Seigneur.

Le Père se glorifie dans Sa condescendance pour les futilités de notre vie. Le Seigneur nous dit que deux passereaux sont vendus pour un sous et qu'aucun d'entre eux tombe à terre sans la volonté du Père. Le Seigneur nous dit que même pas un cheveu tombe de notre tête en dehors de la volonté du Père. Le Père prend note des petites choses tout comme des grandes. Dans Ps 55.22 nous lisons, " Rejette ton fardeau sur l’Eternel, et il te soutiendra; il ne permettra jamais que le juste soit ébranlé" (DRB).

Beaucoup de choses nous renvoient à la plénitude qui est dans le Seigneur Jésus-Christ. Nous lisons dans Jér 33.8, " Je les purifierai de toutes les iniquités qu’ils ont commises contre moi, Je leur pardonnerai toutes les iniquités par lesquelles ils m’ont offensé, par lesquelles ils se sont révoltés contre moi".

Le Père donnera l'Esprit du Christ à ceux qui le Lui demandent. Parfois nous constatons combien de place ce monde occupe dans notre cœur, et nous réalisons le besoin pour que le Saint Esprit pénètre profondément dans notre vie, dans notre âme. Alors il nous faut demander, mais demander avec foi, en croyant que nous allons recevoir.

Luc 11.11-13 dit, " Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson? Ou, s’il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent". Avec la même certitude que vous, méchant que vous êtes, vous ne donnerez quand même jamais un scorpion à un de vos enfants qui vous demande un oeuf, votre propre Père céleste donnera le Saint Esprit à ceux qui le Lui demandent.

Les promesses du Seigneur nous sont souvent attribuées avant même que nous demandons. Eze 36.37 nous dit, " Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici encore sur quoi je me laisserai fléchir par la maison d’Israël, voici ce que je ferai pour eux; je multiplierai les hommes comme un troupeau". Il nous faut demander, avec foi, croyant, et dans une soumission totale à l'autorité de Christ.

Voyez les bénédictions promises qu'il nous est dit de demander dans Eze 36.25-29, " Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois".

Est-ce que cela veut dire que je dois attendre jusqu'à je puisse croire que le Seigneur a ôté tous mes péchés avant qu'il me soit permis de demander ? Non, nous Lui demandons qu'Il le fasse. Lorsque nous constatons la corruption qui reste dans notre cœur, nous avons besoin de demander d'être purifié.

"Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. Je vous délivrerai de toutes vos souillures. J’appellerai le blé, et je le multiplierai; je ne vous enverrai plus la famine". Il va expier nos péchés et nous libérer de la puissance du péché. Ces promesses sont là, mais IL veut qu'on les Lui demande.

Ces promesses s'accompliront à cause de Son nom et non parce que nous le méritons. Le Seigneur a un but à cela, c'est que le Père puisse être glorifié dans le Fils. Eze 36.22-23 dit, " C’est pourquoi dis à la maison d’Israël: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Ce n’est pas à cause de vous que j’agis de la sorte, maison d’Israël; c’est à cause de mon saint nom, que vous avez profané parmi les nations où vous êtes allés. Je sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d’elles. Et les nations sauront que je suis l’Eternel, dit le Seigneur, l’Eternel, quand je serai sanctifié par vous sous leurs yeux". Parfois nous réalisons comment nous avons contribué à faire critiquer le nom de Dieu.

Toutes ses bénédictions, temporelles comme spirituelles, nous sont promises afin que "le Père soit glorifié dans le Fils." Eze 36.30 dit, "Je multiplierai le fruit des arbres et le produit des champs, afin que vous n’ayez plus l’opprobre de la famine parmi les nations". Des bénédictions temporelles, afin que Son nom soit glorifié.

Nous sommes exhortés à nous souvenir de notre indignité. Par la prière et avec des actions de grâce nous faisons connaître nos requêtes au Père, dans le nom de Son cher Fils, et la véritable action de grâce est en fait un humble acquiescement de notre indignité. Eze 36.31-36 dit, " Alors vous vous souviendrez de votre conduite qui était mauvaise, et de vos actions qui n’étaient pas bonnes; vous vous prendrez vous-mêmes en dégoût, à cause de vos iniquités et de vos abominations". Parfois c'est quand les plus grandes bénédictions viennent de la part du Seigneur que nous réalisons le plus amèrement la nature pécheresse de nos voies.

Nous avons besoin de demander que le Seigneur ôte toutes nos iniquités et qu'Il les jette derrière Lui dans la mer du pardon éternel. Plus nous prenons conscience de nos voies pécheresses, plus nous voyons la beauté du précieux sacrifice de Christ. "La terre dévastée sera cultivée, tandis qu’elle était déserte aux yeux de tous les passants".

Le Seigneur est glorifié aussi, non seulement par notre rédemption, non seulement en nous purifiant de péchés mais aussi en nous soutenant dans ce dont nous avons besoin dans la vie. "Et l’on dira: Cette terre dévastée est devenue comme un jardin d’Eden; et ces villes ruinées, désertes et abattues, sont fortifiées et habitées. Et les nations qui resteront autour de vous sauront que moi, l’Eternel, j’ai rebâti ce qui était abattu, et planté ce qui était dévasté. Moi, l’Eternel, j’ai parlé, et j’agirai".

Le Père est glorifié dans Son amour condescendant, d'abord en donnant Son Fils, ensuite en mettant le salut à disposition de si indignes misérables et, finalement, aux yeux du monde, par Sa façon de pourvoir pour Ses enfants, par tous ce qu'Il leur donne.

L'épreuve de notre foi est aussi certaine que la promesse sur laquelle est basée notre foi. Quand le Seigneur le dit, Il le fera. IL va éprouver notre foi pour voir si nous croyons qu'Il fera. Il a prédit à Abraham qu'il aurait un fils, mais il a dû attendre vingt ans. Regardez aussi comment la foi de Daniel fut éprouvée dans Dan 2.13, " La sentence fut publiée, les sages étaient mis à mort, et l’on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr". Daniel a convoqué une réunion de prière parce qu'il savait que tout à ce qu'il demanderait au nom de son Sauveur, Dieu le ferait . Dan 2.17-18 dit, "Ensuite Daniel alla dans sa maison, et il instruisit de cette affaire Hanania, Mischaël et Azaria, ses compagnons, les engageant à implorer la miséricorde du Dieu des cieux, afin qu’on ne fît pas périr Daniel et ses compagnons avec le reste des sages de Babylone".

En réponse à ces prières de foi, le Seigneur a "effectivement "fait". Dan 2.19 dit, " Alors le secret fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit. Et Daniel bénit le Dieu des cieux". En agissant de la façon qu'il l'a fait, il a glorifié Dieu. Avez-vous remarqué la merveilleuse harmonie entre ce verset et notre texte ?

Lorsque le Seigneur Jésus a guérit les dix lèpres, un seulement revenait pour glorifier Dieu. Combien de fois nous demandons, nous recevons et mettons cela dans nos poches, comme si c'était un dû ? Combien de fois est-ce que nous nous retournons pour donner gloire à Dieu, non seulement dans notre lieu de prière secret mais aussi en témoignant devant les saints et le monde, et en confessant que le Seigneur a répondu favorablement à notre requête, et ce afin que Son nom soit glorifié, car c'est pour cette raison qu'Il répond nos prières.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire