Dieu, les Enfants et Nous.

Dieu, les Enfants et Nous.

Depuis de nombreuses années, je consacre une grande partie de mon ministère à des groupes de personnes que j’aime et qui, selon moi, méritent un investissement majeur de notre part à tous. Ce sont les enfants et les adolescents. La raison de mon intervention auprès de cette population, hormis mon appel personnel, vient de l’importance que Dieu leur accorde.

Les évangiles de Matthieu, Marc et Luc, relatent qu’un jour, Jésus entend ses disciples discuter secrètement entre eux. (Mt 18 : 1 à 5; Mc 9 : 33 à 37 et Lc 9 :46-48). Ils se demandaient : qui est le plus grand et le plus important? Ils savaient très bien que c’était préférable pour eux que le maître ignore leur questionnement.

À cet instant, Jésus appelle un petit enfant et le place au milieu d’eux. Les différents textes parlent d’un petit enfant, d’autre d’un enfant. On ne sait pas l’âge de cet enfant, mais, une chose est certaine : il devient le centre d’attention !

Cette courte narration illustre bien deux principes simples mais non simplistes, de la profondeur du respect que Dieu porte aux enfants.

Les enfants sont au cœur de la passion divine

Dieu porte une attention particulière aux enfants, et ce, depuis l’Ancien Testament (AT) jusqu’au Nouveau Testament (NT). La Bible entière repose sur certains concepts comme le respect de la veuve, de l’opprimé, de l’orphelin. Les prophètes ont fait du message divin leur cri de bataille (Mi 6 :8; Jr 5 :28; Ml 3 :5).

Dans le récit d’Agar et de son fils Ismaël en proie à la mort dans le désert (Gn 21), l’auteur prend la peine d’écrire que la mère s’éloigne de son fils afin de ne pas le voir mourir. Elle se met alors à pleurer. Jusque là, rien d’anormal. Toute mère normalement constituée aurait le même réflexe. Le verset suivant fait toutefois contraste (21 :17) : «Dieu entendit l’enfant crier, du ciel l’ange de l’éternel appela Agar … N’aie pas peur, Dieu a entendu l’enfant crier là-bas.» C’est la mère qui pleure, mais c’est l’enfant qu’Il entend crier. Bien évidemment, Dieu a aussi entendu Agar et il est intervenu.

À plusieurs reprises dans le NT, Jésus prouve qu’il aime la présence des enfants, Luc ajoute : des bébés en parlant de petits enfants. C’est dans l’évangile de Marc (10 :13 à 16), que notre Seigneur dit: «Laissez les enfants venir à moi».

Ce texte de Marc est rempli de mots lourds de compréhension. Lorsque les disciples, ceux-là même qui devaient connaître le cœur du Seigneur, font des reproches aux gens qui ont amené les enfants, il se produit une scène rarement vue : Jésus s’indigne !

Les empêchements que les disciples ont essayés de créer, et qui semble, fonctionnaient très bien jusque là, ont poussé Jésus à une certaine exaspération. Comme s’il leur disait : « Allez, vous devriez déjà avoir compris mes chers disciples. Laissez les enfants venir à moi, leur Royaume appartient à ceux qui sont comme eux.» Loin de nous de faire comme les disciples n’est-ce pas!

Les enfants sont si précieux au cœur de Dieu qu’ils ont une valeur intrinsèque particulière.

Les enfants ont une grande valeur aux yeux de Dieu

Inspirés de Dieu par le Saint-Esprit, les différents écrivains de la Bible ont valorisé l’identité des enfants.

Le psalmiste déclare que les enfants sont la récompense que donne le Seigneur (Ps 127 :3). Il va même un peu plus loin en avançant que des fils nombreux rendent un homme heureux. D’ailleurs, le psaume 127 figurait parmi les chants entonnés pendant le pèlerinage annuel vers Jérusalem. Le peuple de Dieu en avait compris la profonde richesse. Nous aussi.

À partir des Psaumes, David a composé des chants sublimes. Qui ne connaît pas le psaume du bon berger (23), affirmant qu’au milieu de la vallée de l’ombre de la mort, aucun mal n’est à craindre. On peut penser aussi au 150e et tous ses instruments louant Dieu.

Dans le Psaume 8 aux versets 2 et 3, David déclare : « O Seigneur, notre Maître, que ta renommée est grande sur toute la Terre ! Ta majesté surpasse la majesté du ciel.» Quelle belle poésie! Et continuant sur son envolée lyrique «Mais c’est la voix des petits enfants, des tout petits enfants, que tu opposes à tes adversaires.» Et ce n’est pas terminé : «Elle (la voix des enfants) est comme un rempart que tu dresses pour réduire au silence tes ennemis les plus acharnés.»

La valeur des enfants, de leurs voix remue le Dieu du Ciel qui surpasse en majesté tout ce qui existe. Sincèrement, ce n’est pas le psaume le plus lu, ni le plus cité. Il n’en demeure pas moins que notre Seigneur désire entendre la voix de ceux-ci car elle offre une mélodie merveilleuse à Ses oreilles, elle provoque chez Lui une défense impénétrable. Pour cette raison, les enfants doivent développer une amitié, une relation significative, un dialogue avec Dieu. Car Lui le désire bien.

Lorsque Jésus entre triomphalement sur Jérusalem (Mt 21 : 12-16), il chasse les vendeurs du temple, il accomplit des miracles, les aveugles voient, des boiteux sont guéris … et des enfants crient «Gloire au Fils de David». Ne reculant devant rien, les notables de l’époque (chefs des prêtres et scribes), insultés, demandent à Jésus s’il a entendu le cri des enfants. Les chefs sont surtout outrés de les entendre déclarer Jésus comme Messie ! Drôle de question car tout le monde a très bien compris ce qui se passe. La réponse de Jésus ne laisse place à aucune interprétation : «Tu (Dieu) as fait en sorte que même des enfants et des bébés te louent.»

Aucun doute, les enfants, dans la perspective de Dieu, revêtent une importance capitale, centrale. À chacun de nous de faire vivre dans nos milieux respectifs cette réalité.

Pasteur Stephane Côté est spécialiste dans le ministère auprès des enfants et des jeunes. Il a aussi oeuvré à titre de pasteur de jeunesse, de directeur d'éducation chrétienne pour la province du Québec avec un mandat national, de directeur d’un programme intensif de formation de disciples dans un collège biblique et de formateur en questions contemporaines (suicide et drogues). Actuellement il enseigne le cours : « MINISTÈRE EFFECTIF AUPRÈS DES ENFANTS ET DES JEUNES »
Lui, son épouse et leurs deux filles vivent dans la province de Québec.

0 commentaire