Doit-on servir la Cène avec du vin dans une coupe commune et du pain azyme ?

Doit-on servir la Cène avec du vin dans une coupe commune et du pain azyme ?

Peut-on accepter des variantes ou doit-on reproduire à l'identique le dernier repas de Jésus ?

A l'origine

Jésus leur dit : J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit : Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.
Luc 22.15-20

Jésus a célébré la première Cène lors d'un repas pascal qui commémorait la sortie d'Egypte. Traditionnellement, plusieurs aliments étaient consommés et tout un déroulement était respecté. Les Evangiles ne nous donnent pas tous les détails. Ce qu'on sait : Jésus a utilisé du pain azyme (non levé) et plusieurs coupes de vin dont la dernière représentait la nouvelle alliance en son sang. A l'époque, certains vins, relevés de diverses épices, étaient dilués avant d'être consommés.

Ensuite

Le Nouveau Testament nous donne peu de renseignements sur la pratique de la Cène des premières communautés chrétiennes. Il y est fait mention de fraction du pain (Actes 2.42). L'Epître aux Corinthiens nous montre que la Cène était prise à la suite d'un repas communautaire, le repas du Seigneur... et souffrait de nombreux maux (1 Corinthiens 11.20-21). Des récits plus tardifs nous montrent que ce repas était régulièrement pris le soir, d'où le mot cène issu du latin cena qui signifie souper, repas du soir.

Aujourd'hui

Pendant la Cène, il est évident qu'on ne va pas boire des sodas et consommer n'importe quel aliment solide. Cependant, selon les Eglises, on observe plusieurs pratiques.

Chez les catholiques, seul le pain azyme (les hosties) est distribué aux fidèles, le prêtre communiant aussi au vin, en général du blanc.

Chez les protestants, dont les évangéliques, les deux espèces sont données aux participants. Le pain peut être normal ou non levé. Certaines églises utilisent des "crackers" natures.

Il arrive aussi qu'on remplace le vin rouge ou blanc par du jus de raisin par respect envers les personnes abstinentes.

Une coupe ou des verres individuels ?

La coupe commune est un symbole fort. Chacun est invité à y boire, ce qui représente visuellement la communion des personnes autour du Christ et se rapproche le plus de la première Cène. Cependant, en présence de malades contagieux, on utilise des petits verres individuels.

L'important

Ne nous arrêtons pas sur le détail au détriment de l'important. Jésus nous demande de nous unir autour de lui et de renouveler régulièrement notre adhésion à sa nouvelle alliance, de lui (re)donner notre vie.

Paul ajoute :

C'est pourquoi quiconque mangerait le pain ou boirait de la coupe du Seigneur d'une manière indigne se rendrait coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'examine sérieusement lui-même et qu'alors il mange de ce pain et boive de cette coupe. Car celui qui mange et boit sans discerner ce qu'est le corps se condamne lui-même en mangeant et en buvant ainsi.
1 Corinthiens 11.27-29

Note : Sur le même thème, vous pouvez lire : Tout le monde peut-il participer à la Sainte-Cène ?

            Vous pouvez commenter et expliciter votre position.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

32 commentaires
  • BRICE L. Il y a 4 mois

    La grâce, ce n'est pas faire comme il nous semble bon mais c'est Dieu qui fait la grâce de pouvoir suivre, par le Saint-Esprit , ce qu'il dit.
  • BRICE L. Il y a 4 mois

    Heureusement que certains, avant nous, se sont arrêtés sur des détails comme le fait de baptiser par immersion et non pas juste en versant de l'eau en se disant que l'important c' est l'eau et non pas la manière de baptiser ! Demandons à Moïse si les détails étaient importants pour le tabernacle et les ustensiles... Ou demandons aux fils d'aaron si un détail comme l'origine du feu pour embraser les coupelles était important ? Tout n'est pas sans importance dans les instructions de la Parole de Dieu ! ! !
  • honore100th Il y a 4 mois

    À la suite de ce qui précède, je pense qu'il ne se pose aucunement pas de problème pour ceux qui ont la possibilité de prendre la cène avec du vin et du pain azyme. Ce serait une cène certes authentique. Cependant, adapter la cène aux moyens locaux en conservant la tradition du pain et du vin et l'esprit qui en sous-tend la prise permettrait à beaucoup de fidèles de prendre part à la table de Seigneur.
  • Ghislain Chartier Il y a 4 mois, 2 semaines

    que l'on prenne a plusieur la coupe et le pain ou seule seul la foi dans le SEIGNEUR compte
    • Breizh Izel Il y a 4 mois, 2 semaines

      il arrive que les circonstances de nos vie nous conduisent à prendre la céne en " solitaire "..même dans ce cas cela se fait en communion avec l"église...et demeure une pratique commune...ce n'est en rien un acte isolé...
  • Arthur Il y a 4 mois, 2 semaines

    Ce sont des symboles, mais c’est mieux de chercher à se rapprocher du texte quand cela est faisable, on peut comprendre que quand l’Eglise comprend mille membres ou même moins on ne peut pas prendre (La coupe).
  • Carole Il y a 4 mois, 2 semaines

    Pour moi , il est logique effectivement de prendre du pain non levé et de boire du vin rouge. C'est ce qui, a mon sens , se rapproche le plus de la cène de Jésus. Après, la coupe commune , c'est plus délicat surtout en hiver quand les gens sont plus ou moins grippés .
  • ELIO Il y a 4 mois, 2 semaines

    Quand nous avons accepté Jésus, le Christ, le fils de Dieu venu dans la chair pour ôter le péché du monde, et que nous marchons selon ses commandements, notamment celui d'aimer son prochain, nous sommes déjà en communion avec Lui, et donc participants à son sacrifice, faisant de nous tous un royaume de sacrificateurs (Apocalypse (5:10). Le sacrifice du Seigneur étant permanent (une fois pour toutes) nous sommes donc, nous aussi, en communion permanente avec Lui et le Père: C'est le fond, le principal. Quant à la forme de ce saint repas commémoratif, qui est visible, matérielle, elle est bien symbolique mais garde, pour autant, son sens solennel (Ce que l'Apôtre Paul voulait faire comprendre à l'église de Corinthe en les avertissant de discerner dans ce Saint repas du souvenir le sens profond qui lui est attaché (11 :29), car il est (le sacrifice) au centre de la foi. Il y a une forte analogie entre la foi (invisible) dont la visibilité se révèle dans ses œuvres (la forme), et le fond que représente la communion dans son esprit, dont la visibilité s’exprime par la célébration du mémorial (la forme): elle est donc nécessaire dans le cadre du témoignage, vis-à-vis de l’extérieur, du monde, tout autant que pour l’unité d’esprit de l’Eglise. Et il n’y a rien de plus simple que de se conformer à ce que nous avons reçu à ce sujet, s’agissant du pain sans levain qui rappelle la sainteté du Seigneur, et un vin de choix (comme celui des noces de Cana, symbole prophétique de la véritable purification par le sang du sacrifice qui sera versé pour la multitude (qui croira) en rémission des péchés. Matthieu 26 : 26-29). Et il vient à l’esprit que le pain partagé circula de main en main, de même pour l’unique coupe qui circula de bouche en bouche. Pour des considérations à caractère hygiénique, quantitatif, ce volet, pourtant important dans sa signification, s’est peu à peu estompé chez certains, perdant ainsi de sa force dans le domaine de la foi : On oublie facilement la puissance avec laquelle Dieu s’est révélé au sein de son peuple d’Israël par des prodiges, et s’est manifesté dans toute la splendeur de sa gloire en ressuscitant son Fils. Puis en donnant à ses disciples des capacités sortant de l’ordinaire (Luc 10 :19 ; Actes 2 :4 ; 3 :1-10 ; 28 :3-6)…et l’on craint une quelconque contagion ! L’Esprit, à qui l’univers entier doit son existence, n’est-il pas au dessus de la matière ? Et la puissance de la prière, d’où vient-elle ? Mais « La coupe de bénédiction que nous bénissons » (1 Corinthiens 10 :16) est aussi multiple pour répondre au problème de la multitude. Tout est question d’organisation, comme ce fut le cas pour Moïse qui suivit les conseils de son beau-père Jéthro (Exode 18 :13-27). Certes, nous jouissons d’une certaine liberté dans l’esprit évangélique, mais ayons quand-même cette déférence envers le Roi des rois et Seigneur des seigneurs, pour que ce repas à dominante spirituelle ne prenne pas l’apparence d’un buffet, d’un self-service. Bien des choses en Jésus-Christ.
  • FB.frederique.kemikian Il y a 4 mois, 3 semaines

    En Jésus christ, nous avons une loi de liberté,donc les variantes sont possibles
  • Catherine Pallu Il y a 4 mois, 3 semaines

    L'important pour moi est ce que nous discernons dans la Cène. Cela ne doit pas être un rite ou une habitude mais bien l'expression et la reaffirmation de la valeur du sacrifice de Jésus pour nous, notre salut, notre vie communautaire et l'attente de son retour. La célébration de la Cène reste aussi une marque d'amour et d'obéissance au Seigneur qui se prolonge au quotidien dans nos vies.
  • nanou912 Il y a 4 mois, 3 semaines

    Juste une petite précision : chez les catholiques, il arrive aussi que l'on communie aux deux espèces -particulièrement le Jeudi Saint. Dans certaines églises, il arrive même que tous les jours chaque fidèle soit invité à communier au Corps et au Sang du Christ -dans les communautés dominicaines, par exemple.
  • corinne Il y a 4 mois, 3 semaines

    quand je suis devant l'autel et que je reçois l'eucharistie, je ne pose pas de question, j'accepte ce que l'on m'offre ! amen
  • Ronald DILWORTH Il y a 4 mois, 3 semaines

    Il est écrit : « Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées. . » Tite 1.15 L'idéal serait de procéder comme dans la Bible, mais je crois qu'il faut respecter par amour que certains ont une conviction différente. Romains 14.3 dit : « Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne le fait pas, et que celui qui ne mange pas de tout ne juge pas celui qui le fait, car Dieu l'a accueilli. »
  • boagernes Il y a 4 mois, 3 semaines

    nous devons faire ce que le maître avait fait.Vous ferez celà en mémoire...a t-il dit.
  • RaymondePelletier Il y a 4 mois, 3 semaines

    Merci d'existé et de partagé ce que le Seigneur met sur votre cœur. Votre talent est très utile et nous édifie . Que le Seigneur vous bénisse pour votre obéissance. Vous êtes nos héros. XXXXXXXXX
  • saintsaire Il y a 4 mois, 3 semaines

    Jésus a posé la question; à savoir s'il trouverait la foi sur la terre ! Nous sommes dans les temps de la fin, et nous constatons que la vraie foi, la seule foi, celle qui est créée par la Parole est entrain de disparaître au profit d'une imitation, la foi sentimentale... On a peur que la coupe de bénédiction devienne une coupe de malédiction... ne me dîtes pas que la foi qui produit la crainte ! Que Dieu vous bénisse
    • Breizh Izel Il y a 4 mois, 3 semaines

      la foi...elle a besoin d'être toujours renouvelée...encore faut-il qu'elle soit d'une bonne source...en Christ..
  • pierre6 Il y a 4 mois, 3 semaines

    Oui y a des Eglises qui on des petits coupes pour question d'igiène pour le pain y a pas de pub c'est le cœur qui compte envers Dieu Amen. Merci d'exister!!!
  • Viviane Il y a 4 mois, 3 semaines

    Le sang qui nous purifie et nous sanctifié purifie et sanctifie aussi la coupe et aucune maladie ne peut être transmise par la coupe.C'est la foi qui sauve .
  • Viviane Il y a 4 mois, 3 semaines

    Bjr,Jésus dit " vous ferez ceci en mémoire de moi",donc reproduire la même chose qu'il faite.....C'est à dire de boire tous dans la même coupe . Jésus c'est la sainteté même,la pureté et son corps et son sang nous purifient et nous sanctifient
    • biaime Il y a 4 mois, 3 semaines

      Dans les grandes assemblées, ceoa me paraît compliqué. Le temps de Cène durerait autant qu'un culte entier.?
  • Micheline Ngay Il y a 4 mois, 3 semaines

    Les écritures nous disent que Jésus a dit :prennez et buvez-en tous : En ce qui me concerne Jésus nous demande de garder l'esprit de communion entre lui et nous , et par lui , nous restons en union avec la même pensée envers lui .Le voile est déchiré par lui nous avons accès au père.
  • Jean Etienne LUPAKA NGANDU Il y a 4 mois, 3 semaines

    La Sainte cène est une pratique qui a commencé avec MOÏSE en Egypte pour se souvenir de sortie des israélites de l'esclavagisme mais pour nous les chrétiens se souvenir de la mort et de la résurection de notre Seigneur Jésus
  • Breizh Izel Il y a 4 mois, 3 semaines

    le symbole reste le symbole aussi fort soit-il...l'important c'est l'attitude de chacun pour aborder non plus un symbole mais la réalité à laquelle la cène se rattache...une alliance nouvelle en Christ..on ne peut parler d'alliance que d'une seule manière...comme une assurance nouvelle et vivante en Jésus...hébreux 7.22 Romains 6.14 Hébreux 8.10-13 là est l'essentiel .. quelle Grâce !!
  • Camille Il y a 4 mois, 3 semaines

    Boire du vin dans des coupes individualisées n'est qu'une question de forme qui ne remet pas en question les fondamentaux de la cene
  • Giovanni Il y a 4 mois, 3 semaines

    Ce qui copmpte, c'est que le Christ son sang et son corps soient incarnés dans le pain et le vin, afin de pouvoir communier avec Dieu par Jésus. Sans quoi si le Christ est absent de la Cène, cela n'a aucun sens de vouloir communier. Personnellement je communie des fois seul chez moi.
  • Camille Il y a 4 mois, 3 semaines

    Bonjour. Je pense que Jésus est notre modèle par excellence. La symbolique qu' met sur pied est très importante. S'il faut respecter le commandement de la cène, il faudrait respecter la lettre et l'esprit. La cène représente la sortie d'Égypte, mais aussi le rite de la purification du péché. Cette purification passe par le don de son corps et de son sang pur, donc sans péché . La levure du pain et du vin alcoolisé symbolise le péché. Ce qui pourrait être contraire à l'esprit du commandement de la cène. Merci.
  • Claudine Berges Il y a 4 mois, 3 semaines

    Franchement je ne crois pas que jésus s'arrête à ce détail. Le plus important c'est de réaliser l'importance de la sainte cène. Arrêtons de nous poser ce genre de question et soyons vigilant dans notre amour pour lui afin de témoigner de son amour. Soyez bénis belle journée en dieu
  • André LANG Il y a 4 mois, 3 semaines

    Est-ce vraiment ça qui est important ?