Donner ou partager ?

Donner ou partager ?

Comme à notre habitude, en retour d’un long trajet
Je me tourne vers les enfants et je dis " Merci "
Et les enfants répondent en cœur " Merci ! ".

Merci à toi qui as permis, à toi qui as donné,
Ce voyage, ces moments, ce repos, cette paix, ce retour en sécurité.
Je m’interrogeais sur ce " Merci " et son destinataire.
Moi, Qu’avais-je donné ? et donner c’est quoi ?

Ma présence, mes sourires, mon apport pécuniaire,
Donner le sourire à ma femme et le rire à mes enfants,
Donner la possibilité de partir ainsi, ailleurs, à la neige ou à la mer.

Donner ou partager ?
Qu’avais-je donné ? Qu’avais-je abandonné ?
Donner ma présence dans le choix de l’impossible dans mon emploi du temps ?
Donner mon sourire dans une souffrance quelconque de mon être ?
Donner de mon argent pour une part significative de ma richesse ?
Donner la joie du départ face au tsunami imminent ?
Donner ou partager ?

Donner, n’est-ce pas offrir une partie de moi-même ?
Donner, n’est-ce pas m’enlever ma chair pour ta chair ?
Donner, n’est-ce pas me retirer, me mettre en difficultés, en danger ?
Donner, n’est-ce pas mettre en péril mes projets ?

Qu’est-ce donner sinon offrir ?
Qu’est-ce offrir, sinon céder et se démunir,
Qu’est-ce donner sinon accepter, toi, d’entrer dans ma vie,
Te permettre, te laisser, faire,
Dans ce qui est moi, mon être, mon quotidien, mon intangible.

Donner c’est aller chercher,
Mon cœur ouvert,
La souffrance de ton âme, tel un chirurgien
Ramener au vivant le sourire de toi, enfant, confiant.
Soucieux de te comprendre, me mettre à ta recherche
Un chapeau sur ma tête et me mettre à ton écoute.
Tel un bateau sous l’eau, aveugle et sourd,
Ouvrir mes sens oubliés et mes perceptions perdues
Dans l’inexorable obligation de te trouver, de te toucher, de te comprendre,
Faute de te perdre, de nous perdre, peut-être demain.

Partager, c’est parfois l’abondance
C’est parfois aussi nos souffrances
Partager c’est aussi les sourires et les joies
Partager, c’est nos mains enlacées.
Partager c’est au moins être deux.

Partager c’est donner, bien sûr.
Donner, c’est une part de moi pour toi,
Donner, ce peut être une souffrance pour moi qui apprends
A me soustraire une part de mon acquis
Pour t’apporter une part dans ta vie.

Partager, toujours c’est sourire
Donner, parfois c’est souffrir.
Partager et donner, c’est l’abondance en retour, toujours.

Donner un peu, beaucoup, c’est selon chacun bien sûr
Le beaucoup de l’un n’est parfois rien pour l’autre.
Le peu de l’un, extrait de lui-même, est toujours un trésor pour l’autre.

Je me souviens qu’il y en a un qui a donné pour l’autre.
Sa vie pour mon salut.

Attaché à la croix,
Ses souffrances, ses clous, ses larmes,
Il n’a pas partagé.

Pour ma vie, mes rires, mes joies, mon espérance et mes éclats,
Sa vie
Il m’a donné.

Aide moi à donner, non pas le superflu
Simplement ce qui est de moi, pour moi, pour toi.
Un peu.

Merci Mon Dieu



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

14 commentaires