Du succès, quel succès ?

Du succès, quel succès ?

 

 

Y a-t-il un sujet qui fasse imprimer plus d’ouvrages ces temps-ci dans notre monde évangélique ?

 

«12 clefs pour être un excellent leader, 10 secrets pour faire grandir votre église, 7 conseils pour développer votre potentiel, 5 leçons pour réussir dans toutes vos entreprises...» 

 

Titres factices, mais toute ressemblance avec des ouvrages actuels et connus serait tout à fait volontaire !

 

Notre société nous conditionne de multiples manières à rechercher la «réussite». Cette pression conduit malheureusement certains à jeter parfois un regard négatif sur l’oeuvre que Dieu leur a confiée, quand celle-ci ne remplit pas ces notions modernes du «succès».

 

Mais, que valent ces critères au regard de ce que La Bible enseigne? Le succès est-il obligatoire pour plaire à Dieu ? Que signifie «réussir» à ses yeux ? D’où vient cette tyrannie qui parfois nous maintient dans l’ insatisfaction ? D’où vient ce besoin de recettes toutes faites pour s’assurer que nous aurons du «succès» ?

 

Est-ce le nombre d’églises implantées, le nombre de convertis, la taille de notre assemblée, sa croissance, notre sphère d’influence, ou encore les signes et miracles obtenus qui déterminent la «réussite» de notre vie ? Ou simplement notre obéissance à Sa volonté ?

 

Je voudrais vous partager ici un exemple rencontré dans le cadre de notre service:

 

Une missionnaire de renom qui avait été investie dans de nombreuses oeuvres, vint un jour nous rencontrer. Elle nous expliqua que malgré les réalisations remarquables dont elle avait été à l’origine, elle n’était jamais parvenue à trouver de satisfaction intérieure dans sa relation avec Dieu,. Ses années de service ne lui avaient jamais permis de savoir si «elle en avait fait assez» pour «réussir» sa vie aux yeux de son Sauveur ! Incroyable, non ? 

 

Nous étions interpellés par cette personne, au nom respecté par tous comme synonyme d’immense «succès» dans le Ministère, qui nous partageait la douleur secrète de son coeur. Serait-il possible que ce qui est considéré comme une réussite aux yeux de tous les croyants, ne soit pas source de contentement spirituel ?

 

Dans cette recherche, elle finit un jour par prendre le risque de demander à Dieu ce qu’Il en pensait. Voici ce qu’Il lui répondit: «Ce que j’attends de toi, c’est que tu sois une intercesseur devant moi, et c’est tout». 

 

C’était tellement simple ! Elle avait toujours eu envie de passer plusieurs heures par jour chez elle à prier, mais cela ne lui avait jamais semblé être «suffisant» pour satisfaire les «exigences» de Dieu. 

 

Elle était passée à côté de ce que Dieu attendait d’elle, car elle ne trouvait pas «suffisante» une vie consacrée à la prière! 

 

Sa vie «réussie» selon Dieu, était qu’elle soit fidèle dans le secret de l’intercession, invisible aux yeux des hommes et non qu’elle fasse mille et une choses... Cela fait plusieurs années aujourd’hui qu’elle s’y est investie et plus jamais elle n’a connu ce manque de paix et de joie dans sa relation avec Jésus. 

 

Quelle leçon ! 

 

Dans le même esprit, comment aurions-nous jugé le ministère de l’apôtre Paul si nous avions vécu à son époque ? 

 

Homme aux multiples conflits, souvent persécuté, abandonné par beaucoup de ses collaborateurs, critiqué par des assemblées qu’il avait lui-même implantées, qui passa de nombreuses années de sa vie en prison, longtemps malade, jamais guéri et finalement exécuté... 

 

Un succès ? 

 

Et pourtant, il dira peu de temps avant sa mort «qu’il avait combattu le bon combat, gagné la course, gardé la foi et qu’il ne lui restait plus qu’à recevoir la couronne de justice» (2 Timothée 4:8) 

 

N’est-ce pas ce dont nous rêvons tous?

 

Christ seul jugera la valeur de nos fruits et fera passer par le feu les oeuvres de notre vie.  Ne subsistera que ce qui aura été fait selon Son plan ! (1 Co 3: 13-14)

 

Obéir à Sa volonté pour notre vie, même si pour cela nous devons aller à contre-courant des modes. Résister aux pressions du moment par fidélité à notre appel, telles semblent être les clefs d’une vie «réussie» en Christ. 

 

Son objectif est de nous permettre, tout en accomplissant Sa volonté, de nous épanouir à son service par la découverte de qui nous sommes «cachés» en Lui !

 

Retenons ces paroles difficiles prononcées par Jésus sur ceux qui le suivaient:

 

«Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur!  N'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

    Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? N'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?

    Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité». (Matthieu 7:21-23)

 

A suivre...

Le livre de Rachel Miquel Dufour est sorti !

A l’heure où le mot « sexe » est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi et que beaucoup se posent des questions sur comment aborder le sujet en couple, en famille et même entre amis, Rachel Miquel Dufour nous offre une vision de la sexualité équilibrée, avec un angle novateur… Sexualité et spiritualité pourraient donc être associées (?!). Découvrez "Hourra pour le va-jay-jay" (en partenariat avec Paul et Séphora)

9 commentaires