Est-ce que Dieu se repose QUAND LE MONDE SOUFFRE ?

Est-ce que Dieu se repose QUAND LE MONDE SOUFFRE ?

Marc 3: "Un jour de Sabbat Jésus entra de nouveau dans une synagogue ; il y avait là un homme qui avait la main paralysée. Les Pharisiens religieux de l’époque observaient Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat ; c’était pour l’accuser. Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée : « Lève–toi ! Viens au milieu, Lève–toi, là, devant tout le monde. » Et il leur dit : « Ce qui est permis le jour du sabbat, est–ce de faire le bien ou de faire le mal ? De sauver un être vivant ou de le tuer ? » Mais eux se taisaient. Promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leur cœur, il dit à cet homme : « Etends la main ». Il l’étendit et sa main fut guérie. Une fois sortis, les Pharisiens tinrent aussitôt conseil contre Jésus sur les moyens de le faire périr."


Par une magnifique journée ensoleillée, Jésus visite une synagogue un jour de sabbat.
Parmi la cohue et le tumulte de ce jour, Jésus aperçoit un individu avec une main complètement atrophiée. Cet homme souffrait d’un mal, d’une douleur avec laquelle il s’était habitué à vivre.
Ce monsieur ne pouvait en rien prétendre à servir Dieu, ambitionner une charge ou une fonction dans le temple parce qu’il vivait avec ce mal. En plus de l’affliction qu’il porte en lui, on lui ajoute celle qu’il est incapable d’accomplir quelque chose pour Dieu. Jésus avait la réputation de s’échapper des clichés de la mentalité de son époque.
« La foule et les religieux observaient Jésus pour voir s’il le guérirait… »

A son époque, dans la culture juive, le sabbat devait être respecté sous peine de mort. Durant le sabbat, le peuple devait se reposer afin d’honorer, de consacrer ce jour pour Dieu. A cet effet, on devait s’abstenir de toute activité, si momentanée soit-elle. Durant tout son pèlerinage sur terre, on reprochait à Jésus de ne pas considérer rigoureusement le sabbat. La loi allait jusqu'à interdire l’allumage de feu dans les maisons, et les repas devaient être préparés la veille. Le simple fait de ramasser du bois était considéré comme une violation du sabbat, et les transgresseurs étaient punis de mort. Voyager le jour du sabbat était contraire à la Loi, voici pourquoi il y a avait un chemin de sabbat, un distance tolérée à ne pas dépasser. Le peuple devait faire de ce jour un temps de recherche spirituelle afin d’accomplir la volonté du Seigneur. Un moment pour le sanctifier, le glorifier et l’honorer.
Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée : « Lève–toi ! Viens au milieu, Lève–toi, là, devant tout le monde… » : Mr X, connu de tout le monde se lève timidement, profondément gêné sous les regards médusés de tous. Cette silhouette, qui n’était qu’une ombre humaine jusqu'alors, est maintenant une personne humaine, digne de ce nom, debout devant tous.

Pouvez-vous vous arrêter et imaginer avec moi les pensées de cet homme un moment ?
« Monsieur, je veux vous remercier de votre geste, c’est gentil de votre part et je suis touché. Il est vrai que j’ai une main atrophiée mais vous n’étiez pas obligé de vous déranger pour moi vous savez. Je veux dire que le monde entier autour de moi ne me porte intérêt. Cela fait vingt années que je viens ici. Les jours de sabbat, les jours religieux me montrent combien je suis exclu, mais ce n’est pas grave j’ai l’habitude, vous savez avec l’habitude on accepte tout….. ».
Jésus n’ignore pas les douleurs que la vie vous a infligées, il n’agit pas comme s’il n’avait pas vu.
Il s’habitue encore moins que vous, au mal qui vous avilie et vous consume.
Jésus pose une question à la populace autour de lui « Qu’est-il permis de faire le jour du sabbat ? Est-il permis de faire du bien ou du mal, est-il permis de porter de l’aide ou de tuer
une personne ? » Mais eux se taisaient.

La seule réponse offerte est « le silence ».
Le silence quand on attend une réponse, est la plus forte et douloureuse des réponses.
Dans cette histoire, ce silence est celui de l’indifférence.
Je peux les imaginer avec leur mentalité de l’époque, pleinement convaincus qu’ils agissaient de la bonne manière. Le sabbat est mis à part pour Dieu, en ce jour on se repose, et pour les ébréchés de la vie, on ne peut rien faire pour eux. Jésus explique qu’en nous abstenant de faire le bien que nous sommes supposés accomplir, nous faisons le mal que nous prétendons combattre et repousser.

Voici pourquoi Jésus dit « le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat ».
Selon les religieux le sabbat est la journée de Dieu, mais Jésus tend l’idée que le sabbat est pour l’homme. En clair, le sabbat est pour vous, afin que vous puissiez adorer Dieu au travers l’aide, l’amour, le don de soi que vous communiquerez autour de vous. La raison pour laquelle Jésus guérissait les jours de sabbat, était de montrer à tous la véritable intention de Dieu son père. Jésus ne voulait en rien chercher le conflit ou la dispute en n’observant pas le Sabbat. Par ses actions volontaires envers autrui, Jésus explique l’intention de Dieu, qui est d’accomplir un œuvre de guérison, de consolation, de restauration, pas seulement un jour de sabbat mais tous les jours de la semaine.

Si en tant que croyant, vous nourrissez cette philosophie du repos, un danger vous guette.
Quels sont les sabbats contemporains ?
Qu’est-ce qui nous empêche de mettre en pleine action la puissance de Dieu aujourd’hui ?


L’histoire du peuple juif raconte que lors de la révolte sous la direction des Maccabées, les Israélites n’y furent pas les plus stricts observateurs du sabbat. - Au début de la guerre, les Juifs pensaient ne pas avoir le droit de se défendre le jour du sabbat. Les hostilités commencèrent par le massacre de mille patriotes juifs et de leurs familles. Les survivants résolurent de se tenir sur la défensive si l’ennemi les attaquait pendant le sabbat, mais de ne point passer à l’offensive ce jour-là.

Si vous êtes au repos, relâché, décontracté afin de « rendre un culte à Dieu », un ennemi cruel qui se nomme « l’indifférence » est sur le point de s’emparer de vous.
J’aimerai vous dire que Dieu ne se repose pas quand vous souffrez.
Jésus n’a pas dit à cet homme « reviens demain, aujourd’hui on peut rien faire car nous honorons Dieu ». Non, la voie de Jésus raisonne encore aujourd’hui pour vous « c’est maintenant, à la lecture de ces lignes, aujourd’hui que je veux te guérir, te consoler, extirper le mal qui te touche, t’humilie ».
En ce jour de sabbat, si Jésus était venu sur terre pour une seule personne, c’est pour cet homme dont nous ignorons tout. L’inconnu, le sans visage, l’âme perdue dans la masse humaine, une vie mortelle sans nom, à celui-là Jésus dit « Lève toi, mets toi debout devant tous ».
Jésus le relève de son accablement, le valorise dans son amour. Jésus va poser une question :
Jésus lui dit « Etends ta main ».
Comprenez que l’intention de Christ n’était pas de le mettre dans une position inconfortable.
Cet homme avait quelque chose de mort qui le consume, de laid, de tellement honteux qu’il s’est habitué à vivre avec. Jésus lui demande de montrer, de présenter le mal qu’il cache, qui le touche et qui lui fait honte. Jésus fait appel à notre franchise, à ne pas chercher à couvrir notre douleur mais à lui donner afin d’être guéri.
La Bible nous raconte « Une fois sortis, les Pharisiens tinrent aussitôt conseil contre Jésus sur les moyens de le faire périr. »

À la sortie du film « La passion du Christ », plusieurs journalistes se rendirent à la sortie du cinéma afin de prendre à chaud, les appréciations du public. Un agnostique, athée convaincu s’exprimait en ces mots « pourquoi tant de haine envers un homme ? Pourquoi un acharnement si intense envers Christ ? »
J’aimerai dire à cet homme que la raison pour laquelle Jésus à tant souffert fut parce que « les ténèbres ont rejeté la lumière de peur d’être éclairées ». Jésus ne vivait pas dans la mentalité au goût du jour. Un jour de sabbat, Jésus décide de donner la vie là où des hommes ont voulu donner la mort.
Est-ce que ces lignes trouvent écho dans une partie de votre cœur ?
Des personnes vous ont oublié ?
Ont-elles ignoré les atrocités qui vous touchent, à un tel point que vous vous êtes senti mourir, comme si la mort elle-même vous entourait ?


Quand vous espériez de l’aide, il y a eu un silence.
J’aimerai vous dire que Jésus s’est penché sur une personne oubliée, déçue par la religion, habituée à pleurer seule, Jésus s’est arrêté afin de la guérir.
Aujourd’hui ce même Jésus qui est ressuscité, désire avec la même passion et intensité se pencher sur vous.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

8 commentaires