Est-ce que la bénédiction est un critère de sainteté ?

Est-ce que la bénédiction est un critère de sainteté ?

La bénédiction est-elle une conséquence de la marche dans la sainteté ? Les deux sont-elles toujours liées ?

Qu'est-ce que la sainteté ?

La racine hébraïque "qds" (Kadosh) qui correspond au thème de la sainteté est associée à l'idée d'éclat et de séparation. Dieu est Saint, revêtu d'éclat et d'une autre nature que sa création. La sainteté de Dieu est associée à d'autres mots comme puissance, gloire, transcendance, exclusivité, pureté. L'image biblique fondamentale est celle d'un Dieu Saint qui est au milieu de son peuple avec lequel Il fait alliance sur des bases établies par Lui. 

Le Nouveau Testament montre aussi un Dieu Saint qui appelle un peuple saint, mis à part pour lui. Grâce à l'oeuvre du Christ, les croyants sont alors rendus saints et appelés enfants de Dieu.

Nous sommes appelés à marcher dans la sanctification, à opérer des choix et parfois à nous séparer de ce qui nous éloigne de Dieu. Prenons toutefois garde à ne pas tomber dans la religiosité, la recherche de signes extérieurs de piété aux dépens d'un coeur aimant.

Qu'est-ce que la bénédiction ?

Dans l'Ancien Testament, on voit Dieu bénir les humains par l'abondance, la paix, le repos ou la santé.

Le Nouveau Testament nous montre le Christ comme la source de la bénédiction. Elle peut être spirituelle (paix, joie, bonheur, relations, dons spirituels...) ou matérielle (biens, santé...). Recevoir la bénédiction, c'est vivre la manifestation de l'amour de notre Père. Il désire nous bénir et nous encourage à demander sa bénédiction pour autrui.

Attention : une personne prospère du genre mafieux n'est pas forcément bénie ! Et une personne bénie n'est pas forcément riche. Paul, dont on ne peut pas dire qu'il marchait en dehors de la bénédiction de Dieu, évoque ses souffrances et ses privations. (Philippiens 4.12 et 2 Corinthiens 6.4-10)

Pas de marchandage avec Dieu

Semer pour récolter, oui. Mais vouloir être saint pour mériter et recevoir quelque chose, c'est pratiquer le donnant-donnant avec Dieu. Lui seul est parfait, alors que nous sommes bien imparfaits et serons toujours ses débiteurs, dépendants de sa grâce.

Conclusion

La sainteté et la bénédiction marchent ensemble. Dieu entoure et bénit ceux qui sont mis à part pour lui, mais ne les comble pas forcément de toutes sortes de biens matériels.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

58 commentaires