Etes-vous par vous-mêmes capables de porter votre ministère?

Etes-vous par vous-mêmes capables de porter votre ministère?

Pensez à Paul, qui apprit que nous ne pouvons connaître la capacité de Dieu que si nous reconnaissons tout d’abord notre incapacité.

Quelles sont, pour vous, les choses difficiles à dire ? Il ne s’agit pas ici des mots difficiles à prononcer ni la pratique du discours ; mais des mots reflétant l’état réel de votre cœur, les paroles honnêtes.

Permettez-moi de vous donner, à titre d’exemple, quelques expressions qui généralement nous font trébucher.

« Je m’excuse de t’avoir blessé. »  « Je te pardonne. » « J’ai besoin de toi. » « Tu as fait un travail excellent ! » «  Je t’aime. » «  Je souffre. » « J’éprouve de la peine à faire confiance à Dieu. »  « Je suis faible. » « J’ai besoin d’aide. » « Je suis content que tu sois mon ami. »

Parcourez cette liste et demandez-vous, « Quelle est la dernière fois où j’ai prononcé l’une des expressions suscitées ? »

Certaines des expressions sur la liste me sont très faciles à prononcer. Cependant, il y en a d’autres que je prononce rarement. En fait, à un moment de ma vie, un nombre d’expressions inscrites sur la liste m’étaient aussi étranges que vivre dans un igloo. Et cela est vraiment ETRANGE !

Il y a, toutefois, une expression, ne figurant pas sur la liste, qui m’est plus difficile à prononcer que toute autre. Il s’agit tout simplement de : « Je suis incapable » dont, franchement, la simple saisie me rend un tout petit peu mal à l’aise. En effet, j’entends en retour, dans ma pensée, un cri : «Bien sûr, tu es capable avec assez d’effort. Tu peux tout réussir ; il te suffit juste d’y tenir. »

Cela vous semble-t-il familier ?

En ce qui me concerne, souvent l’expression « Je suis incapable » déclenche en moi quelques sentiments et pensées troublants tels que :

« Qu’en dira-t-on si je reconnais que je ne suis pas à même de faire quelque chose ? » «  Je me sens si stupide lorsque je suis incapable de faire quelque chose ». « Le chrétien ne doit jamais dire ‘je suis incapable’ ». « Je suis soit inférieur soit faible si je reconnais que je suis incapable ». « Ceux qui reconnaissent qu’ils sont incapables ont l’air faibles et misérables ».

En réalité, il ne nous faut pas toute la vie pour nous rendre compte qu’il est impossible pour celui qui est prompt à dire,  « je suis incapable » de connaître un avancement quelconque dans ce monde. Je connais néanmoins une personne ayant une perspective totalement différente.

Ouvrez votre Bible à 2 Corinthiens 3 :5-6 et préparez-vous à un choc, car dans le passage se trouve le contraire de ce que la plupart d’entre nous avons cru toute notre vie.

L’Apôtre Paul dit, « Non que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes, mais notre capacité vient de Dieu. »

Avez-vous trouvez le passage ? Relisez-le! Paul admet qu’il était incapable de porter son ministère. D’autres versions de la Bible traduisent le mot capable soit par compétent soit par suffisant.

Cela vous choque, certes ; mais il s’agit de la vérité. Paul reconnaît, « Je suis incapable. » Or, si le saint apôtre reconnaît son incapacité, il nous incombe de tenir compte de la pertinence et de la valeur de son attitude pour nous tous.

Mais pourquoi nous est-il si difficile de reconnaître que « nous sommes incapables » ?

En premier lieu parce que, pour la plupart d’entre nous, notre culture ne nous encourage pas à reconnaître notre incapacité. Jamais personne n’est venu me dire, « Paul, tu es l’homme le plus faible et le plus incompétent à ma connaissance, et je suis fier de toi ! »

En deuxième lieu parce que, admettre que « je suis incapable » expose ma véritable situation donnée par Dieu: celle du manque, de la fragilité et de la dépendance. Comme bon nombre de personnes, je m’accommode mal de ces trois réalités.

Je me suis toujours cru capable ! Voilà, en effet, la conviction sur laquelle ma vie entière est fondée, il m’est donc difficile de reconnaître que je me suis trompé sur une question aussi capitale.

Si vous me croyez dans l’erreur, relisez dans l’Ancien Testament pour voir combien de fois le peuple de Dieu s’est retrouvé face à des situations le dépassant. Permettez que j’en cite quelques-unes :

Moïse et la Mer Rouge, David et Goliath, Gédéon et Madian, Josué et le Jourdain, le trois jeunes hébreux et la fournaise ardente, et Daniel et la fosse aux lions.

Voyez-vous ce que je veux dire ? Pour expérimenter la capacité de Dieu, il nous faut, au préalable, reconnaître que nous sommes incapables. Nous devons entièrement dépendre de Dieu !

Voici un devoir pour la semaine :

Exercez-vous à admettre que vous êtes incapables.

Remarquez ce qui se passe en vous lorsque vous vous exercez à reconnaître votre incapacité, et souvenez-vous que vous jetez là les bases de la pratique de votre foi, qui affirme de manière continue que « Dieu est capable »!

_________________________________________________________________________________

Paul Carlisle est professeur au Midwestern Baptist Theological Seminary. Il est également l’auteur de Strength for the Journey : A Biblical Perspective on Depression and Discouragement (Life Way, 1999) et With All My Heart : God’s Design for Emotional Wellness (Life Way, 2000).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • mamanlion Il y a 3 années

    Nous devrions TOUS savoir que ce que nous ne pouvons pas accomplir , Dieu , Lui , Il le peut ! Ne pas accepter que nous ne pouvons pas , et le reconnaître c'est de l'orgueil tout simplement ! Si nous voulons réussir notre vie , nous avons besoin d'écouter le Seigneur et d'obéir à Sa Parole ! Pas compliqué !