Être une personne d'influence

Être une personne d'influence

Récemment, j’ai eu l’opportunité d’adresser ce sujet à cent quatre-vingts hommes.
Être un leader porte sur le fait d’être une personne d’influence. John Maxwell se plait à dire que: “La vraie mesure du leadership, c’est ni plus ni moins que de l’influence.” Au cours de conférences portant sur le leadership, il y a toujours quelqu’un qui demande: “De quoi sont faits les meilleurs leaders ?” Et généralement, ce qu’ils veulent dire c’est : “Quel type de personnalité fait les meilleurs leaders?” En réalité, toutes les personnalités peuvent être des leaders efficients, parce que diriger n’est pas une question de personnalité mais d’influence.

Être une personne d’influence est un choix.

L’influence ne s’improvise pas!  Le véritable leadership ne peut pas être attribué, nommé, ou assigné. Il vient seulement de l’influence que vous exercez sur les gens et ne peut être mandaté. Il doit être gagné alors que nous inspirons ceux qui sont autour de nous. Ce n’est qu’au fil du temps, que l’on peut obtenir la crédibilité nécessaire pour supporter notre influence.

En tant que leader croyant chrétien, je suis inspiré par les récits bibliques. L’un d’eux est l’histoire de Josué. Son ami Caleb et lui étaient deux chefs, parmi les douze tribus d’Israël, parmi ceux choisis pour espionner le pays de l’autre côté du Jourdain. Ces deux hommes sont revenus avec la ferme conviction que les Israélites devaient traverser le fleuve et « entrer dans la Terre Promise. »  Par contre les dix autres leaders espions, inspirés par la peur, convainquirent le peuple qu’il devrait rester dans le désert. J’ai vu un bon nombre de leaders qui ont tout laissé tomber, quand ils ont expérimenté de la résistance. Hé oui, la plupart d’entre eux n’ont jamais essayé de diriger à nouveau. Heureusement, Caleb et Josué n’étaient pas de cette trempe! Josué a continué son apprentissage auprès de Moïse, son mentor, et son influence a progressé.

1) Josué était un leader de caractère

La majorité des leaders qui faillit, ne le fait pas par incompétence mais par manque de caractère. J’ai toujours enseigné aux entreprises ou organisations d’engager des gens de caractère. Si vous embauchez quelqu’un qui possède des compétences mais qui est malhonnête, arrogant ou cupide, rarement il changera et son défaut de caractère se reflètera dans sa manière de traiter les gens de votre organisation ou entreprise. Je suis tellement reconnaissant que des entraîneurs comme Patrick Lancioni reconnaissent l’importance du caractère et que dans son dernier livre portant sur « Comment identifier et embaucher une équipe idéale »  “How to identify and engage ideal team players”, l’une des trois vertus requises qu’il identifie est l’humilité.

2) Josué était un leader avec de bonnes valeurs.

Les valeurs influencent et dictent notre comportement. Quelles sont vos valeurs?

a) Pour Josué, sa famille était prioritaire

Plusieurs font passer les besoins de leur entreprise ou de leur ministère avant ceux de leur famille. Toutefois, si leurs familles demeurent la priorité, les deux, famille et entreprise/ministère en bénéficient. Par contre, quand un leader fait passer ses affaires en premier, les deux en souffrent. Même les chefs d’entreprise sont d’accord pour donner la priorité à la famille. Bill McDermott, PDG de SAP, pense que la chose la plus importante à faire est d’avoir une vie professionnelle équilibrée. Bill dit : « J’ai essayé de prioriser mon mariage, mes enfants, ma famille par-dessus tout, car à la fin, ils seront les seules personnes qui demeureront, quand tout le reste sera parti. » Nous vivons dans un monde où les objets sont jetables, mais notre famille ne devrait pas l’être. Investissons dans nos familles !

b) Josué était motivé par ses convictions, il fit ce qui était juste en dépit de l’opinion de la foule.

Même en tant que jeune leader, Josué fut un homme de convictions. Dès ses débuts, il n’a pas suivi le mouvement de la foule. Alors que les autres espions, inspirés par la peur, résistèrent à Dieu et Moïse, lui resta ferme sur ses convictions jusqu’à la fin de son leadership. Il est intéressant de constater que Josué a dirigé le peuple juif alors qu’il était en pleine crise spirituelle.  Son discours fut : « Si vous décidez que c’est une mauvaise chose que d’adorer Dieu, choisissez donc le Dieu que vous voulez servir- et choisissez-le aujourd’hui. Choisissez un des dieux que vos ancêtres adoraient du pays au-delà du fleuve –  un des dieux des Amoréens, sur la terre que nous habitons présentement. Pour moi, moi et ma maison nous servirons l’Éternel. »  Avec constance, il dirigea avec intégrité,  et courage et resta fidèle à ses convictions… et son influence s’est élargie.

Les gens suivent des hommes et des femmes de convictions.

c) Josué a toujours continué d’apprendre et son influence s’accroissait.

Warren Bennis et Bert Nanus sont souvent cités pour cette déclaration : « Ce qui distingue les leaders de leurs adeptes, c’est leur capacité de développer et d’améliorer leurs aptitudes. » Il ne fait aucun doute que les leaders à succès sont de perpétuels apprenants. Pour eux, ils sont toujours à l'affût de nouvelles connaissances, ce qui résulte d’une autodiscipline et d’une persévérance qui leur permettent d’apprendre chaque jour quelque chose de nouveau.

Il y a beaucoup de sagesse dans cette citation de Benjamin Disraeli qui a servi comme premier ministre du Royaume Uni de 1874 à 1880. Il disait : « Dans la vie, le secret du succès d’un homme, c’est d’être prêt quand son temps arrive. » Rappelez-vous, l’influence ne vient pas automatiquement à nous, mais passe d’un stade à l’autre.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

1 commentaire
  • FDM7777 Il y a 1 année, 8 mois

    Toujours un plaisir de lire les textes de Pierre Bergeron. Il est vrai que la cupidité, l'arrogance et la mauvaise foi sont destructeurs mais la vérité est que 80-90% des leaders ont un ou plusieurs de ces défauts. Donc les autres leaders sont obligés de fonctionner dans un environnement qui est marqué par des leaders aux méthodes pas catholiques...