Étudier au collège biblique, l'apanage des jeunes (2ème partie)

Étudier au collège biblique, l'apanage des jeunes (2ème partie)

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel » - Ésaïe 55.8. Je connaissais le Seigneur depuis huit ans. Je faisais tout ce qu’on me demandait de faire, j’assistais à toutes les réunions,  mais, avec un recul, je constate que mon approche était plutôt légaliste. Je manquais d’amour et j’étais très critique.

Je m’étais inscrite, lors d’une prière, à l’École du Maître. Avant de me coucher le soir, je demandais à Jésus de m’enseigner, durant mon sommeil, tous ces concepts avec lesquels je luttais intellectuellement : la justification, la sanctification, la glorification, l’amour de Dieu, le fruit de l’Esprit, la vie éternelle, etc… Voilà que le Seigneur a répondu à ma prière… Pour me donner une compréhension nouvelle de la vie chrétienne, Il m’a fait passer par la dure école de la souffrance. Cette période a duré environ treize années. En voici les principaux événements :

Première épreuve : le suicide de mon fils

Le mercredi 6 décembre 1989, je me préparais à aller à ma réunion de prière. Selon mon habitude, j’ai ouvert mon téléviseur et regardais les nouvelles en prenant une bouchée. On nous annonçait qu’un tireur-fou venait d’abattre 14 jeunes filles avant de s’enlever la vie, à l’École Polytechnique de Montréal. J’étais consternée par cette nouvelle et j’ai demandé qu’on prie pour la mère de ce jeune homme. Le lendemain soir, j’ai appris que la mère, c’était moi! J’étais en état de choc ! Mon fils que j’aimais et en qui je fondais beaucoup d’espoir était l’auteur de ces crimes crapuleux. Il n’avait que 25 ans.

L’objet de cet article n’est pas de parler de ma guérison, aussi les lecteurs intéressés par cet aspect de mon témoignage devront surveiller la parution du Magazine Nouvelle Vie où j’élabore sur la façon dont Dieu m’a relevée.

Deuxième épreuve : Le suicide de ma fille

Ma fille aussi avait été traumatisée par les événements de Polytechnique. Elle n’habitait plus avec moi mais, quand elle me visitait, elle me racontait les commentaires des professeurs et des étudiants au collège. Elle était profondément blessée.

Elle avait entendu parler de Jésus et connaissait le plan du salut, cependant, elle n’a jamais suivi le Seigneur. Elle avait un autre dieu : la drogue, et cette dernière l’a tuée…

Durant les douze dernières heures de sa vie, je suis restée à son côté et lui disais que je l’aimais. Je lui tenais la main et lui parlais de Jésus. Je sais qu’elle m’entendait car je voyais des fluctuations sur le moniteur. Elle s’est éteinte à l’âge de 27 ans. Un autre espoir déçu…

Quelles sont les leçons que j’ai apprises durant l’épreuve ?

La plus grande leçon est de croire en Jésus et de mettre ma confiance en Lui, quelles que soient les circonstances.  Ma foi devait être éprouvée pour que je puisse « entrer dans les œuvres préparées d’avance pour moi » - Eph 2.10. Dieu nous prépare à le servir et  à glorifier son nom, mais pas selon nos propres forces,  mais selon la puissance de son Esprit.

Une autre leçon que je devais apprendre est que Dieu m’aime. Ce concept, si difficile à saisir, (parce que je m’étais convaincue toute ma vie que les gens ne m’aimaient pas et qu’ils s’intéressaient à moi uniquement pour m’exploiter) devait passer de ma tête jusqu’à mon cœur.

Dans l'Épître aux Romains, on peut lire : « Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée » - Rom 8.35

J’ai dû apprendre que l’amour agape n’est pas une question de sentiment mais d’obéissance. C’est Dieu qui dépose cet amour dans nos cœurs. Je devais m’approprier les promesses de Dieu car Il n’est pas menteur.

Conséquemment, une autre leçon était l’apprentissage de la patience. En effet,  Dieu répond toujours aux prières. Sa réponse peut-être oui, non ou attends!!!
La Bible nous exhorte en ce sens : « Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la patience, à la patience la piété, à la piété l’amitié fraternelle, à l’amitié fraternelle l’amour » - 2Pi 1.5-7

Pendant ces treize années dans le désert, je n’ai jamais abandonné mon Dieu. Bien que je ne savais que pleurer et dormir, à l’exception des heures où je devais travailler pour gagner ma vie, le Seigneur a été fidèle à ses promesses. Il m’a consolée car « Dieu ne dédaigne pas un cœur brisé et contrit » - Psa 51.19

Une dernière leçon dont je voudrais vous entretenir est la nécessité de l’engagement, nous devons faire le choix de vivre pour Dieu. Je ne savais pas que l’on pouvait mourir de chagrin avant de l’expérimenter. Un dimanche matin, j’étais à l’église et tout à coup, je n’arrivais plus à tenir ma tête droite, j’ai dû m’appuyer sur l’épaule de ma voisine et je m’entends encore lui dire : « Si je tombe, laisse-moi par terre » Je me sentais mourir, c’était comme si la vie sortait de mon corps. Tout à coup, mon cœur se mit à battre très très fort, de façon inhabituelle, et c’est comme si le Seigneur me disait : « Qui fait battre ton cœur ?… » J’ai répondu : « Toi, Seigneur ! ».

Je savais dès cet instant que je devais faire un choix : celui de mourir ou de vivre. J’ai donc fait, devant Dieu, le choix de vivre et j’ai pris l’engagement de vivre pour Dieu.

Le Seigneur m’a alors donné la direction pour ma vie. Ces versets sont devenus ma nouvelle ligne de conduite : « Béni soit le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction » - 2Co 1.3-4

A partir de cette expérience, le Seigneur a ouvert les portes pour moi. J’étais à la retraite. J’avais donc beaucoup de disponibilité. Tout à tour, j’ai œuvré au Groupe Action Nouvelle Vie. J’ai appris à aimer et à mettre mes dons au service du Corps de Christ. Par la suite, j’ai obtenu la guérison et reçu ma nouvelle identité en Christ. Je devais pour cela sortir de l’ombre. Le Seigneur voulait que je témoigne et que je partage ma guérison d’abord dans les milieux chrétiens. Depuis deux ans et demi, je suis bénévole au service d’écoute pour le Ministère des Femmes Contemporaines à l’Église Nouvelle Vie, et, depuis peu, j’anime le groupe du Vase Restauré pour les femmes.

Finalement, le vendredi soir, je dirige le groupe d’intercession « Parents en prière »  durant la réunion de jeunesse.  Le Seigneur m’a promis une multitude d’enfants et de petits-enfants spirituels et je suis comblée.

Fidèle à ma façon d’apprendre, je me suis inscrite à l’Institut Biblique du Québec pour être formée en relation d’aide. J’aime beaucoup les milieux universitaires car on y côtoie des personnes désireuses de se dépasser et d’exceller dans leur service.

Étudier à l’I.B.Q., est-ce seulement l’apanage des jeunes?…  Ma réponse c’est non.
Je suis consciente que les études universitaires n’attirent pas tous les chrétiens. Faire des travaux, c’est exigeant et demande des dispositions intellectuelles, mais aussi monétaires. Plusieurs étudiants préfèrent s’inscrire comme auditeurs libres. Cependant je maintiens que l’âge ne devrait pas être un handicap pour aucun chrétien , si son désir est d’étudier à l’I.B.Q.

Dieu peut nous apprendre de d’autres façons, mais nous devons être fidèles à nos rendez-vous quotidiens avec notre Seigneur. C’est là que nous pourrons nourrir notre foi :  lire, méditer, étudier, mémoriser et appliquer la Parole de Dieu sont nécessaires si nous voulons grandir et entrer dans le plan prévu pour notre vie. Puissiez-vous étancher votre soif à la bonne source !

« L’Esprit et l’épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise ; Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut prenne de l’eau de la vie gratuitement... » - Apo 22-17


Monique Lépine


Retraitée, Monique ne perd pas son temps puisqu'elle est actuellement étudiante à l'Institut Biblique du Québec. Elle est très impliquée à l'Église Nouvelle Vie en tant qu'animatrice d'un groupe "vases restaurés" dans lequel elle aide et enseigne des femmes en difficulté. Elle est aussi conseillère spirituelle dans le département des Femmes Chrétiennes Contemporaines et elle anime un groupe de prière pour les jeunes pendant leurs réunions du vendredi soir.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

1 commentaire
  • opaleopaleopale Il y a 10 années, 2 mois

    Je suis tres touchee par ce temoignage qui me va droit au coeur. soyez beni par ce temoignage qui me montre encore une fois que suivre Jesus n est pas facile tous les jours mais cela en vaut la chandelle. Je vois mieux maintenant quand vous dites que l amour n est pas qu une question de sentiment mais c est aussi une question d obeissance. choisir d aimer malgre l absence d un sentiment au premier abord. Merci Seigneur pour cet enseignement.