Une réponse douce calme la fureur

Une réponse douce calme la fureur

Lorsque je promène notre chien Laïko, un sublime Husky sibérien, il m’arrive souvent de croiser d’autres personnes qui promènent aussi leur chien. Pratiquement à tous les coups, ce sont les petits chiens qui aboient à tue-tête dans sa direction, tentant le coup de l’intimidation, mais lui notre cher Laïko ne bronche pratiquement pas. Il est même parfois à la limite de l’insolence en ignorant royalement son congénère de petite taille.

J’en déduis à chaque fois que c’est celui qui a peur qui se montre le plus agressif, alors que Laïko, qui ne se sent absolument pas menacé, demeure paisible et détendu.

Cette scène qui se répète très souvent lorsque nous le sortons, me fait penser à bien des situations de la vie humaine.

Chez les humains aussi c’est celui qui a peur, qui est le moins fort et surtout le moins confiant qui se montre le plus agressif. 
Lorsque nous interprétons les paroles et les agissements des autres comme des « menaces », nous avons nous aussi tendance à aboyer, nous montrant à notre tour agressifs.
Pourtant, celui qui répond à l’offense par l’offense n’est pas forcément le plus fort. Il montre simplement sa vulnérabilité et sa fragilité. 

La Bible dit :

« Une réponse douce calme la fureur, mais une parole dure et blessante excite la colère. » (Proverbes 15.1)

Imaginez combien de conflits pourraient être évités, uniquement en appliquant ce verset de la Bible…

Préserver la paix avec les autres et notre paix intérieure n’est jamais un signe de faiblesse, c’est au contraire  la preuve d’une grande intelligence et de maturité spirituelle.

Soyons des dispensateurs de paroles douces qui favorisent la grâce, la joie et la paix.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires