Haïs par le monde à cause de l’amour pour la Parole de Dieu

Haïs par le monde à cause de l’amour pour la Parole de Dieu

«Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal »  (Jean 17 :14-15)

Ce qui différencie le monde de ceux qu’il déteste à cause de leur amour pour la Parole de Dieu, c’est que le monde a rejeté en même temps Christ et Sa Parole.

Dans l’évangile de Luc, nous pouvons lire à propos de l’envoi par Christ de soixante-dix disciples : « Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller. »(Luc 10 :1-2) Aux versets 10 et 11, Il dit ceci à propos de ceux qui ne les accepteraient pas : « Mais dans quelque ville que vous entriez, et où l’on ne vous recevra pas, allez dans ses rues et dites : Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s’est attachée à nos pieds ; sachez cependant que le royaume de Dieu s’est approché. »(Luc 10 : 10-11)

Ils ont été rejetés à cause des paroles de Christ. Le Seigneur ne nous encourage pas à débattre et à lutter avec ceux qui refusent Sa Parole : « Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé. »(Mat 10 :40)

Pour cette raison, ceux qui reçoivent le témoignage de Christ sont une condamnation pour le monde, par leur comportement et leur marche dans la vie, ils sont le reflet de la volonté de Dieu et c’est pour cela que vous et moi, nous serons haïs par le monde. Nous ne serons pas détestés par le monde parce que nous sommes religieux ; le monde a des milliers de religions, et vous pouvez être membres de ces religions sans que le monde ne vous haïsse. Si nous ne marchons pas selon la Parole de Christ, nous pouvons amener le blasphème sur sa personne et ne pas être rejetés par le monde. Nous sommes rejetés si nous suivons l’enseignement de Christ, la véritable Parole de Dieu. La formation du reflet de Christ en nous fait que le monde nous rejette.

« Celui qui vous écoute m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette ; et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé. » (Luc 10 :16) Nous n’avons aucune raison de nous apitoyer sur nous-mêmes, et lorsque le monde nous méprise parce que nous suivons Christ, nous ne devons pas en faire une affaire personnelle, car ce n’est pas nous qu’ils méprisent, mais c’est Christ. Cela montre qu’ils n’ont aucune crainte de Dieu. Ils peuvent avoir tout un tas de religions qui sont toutes en dehors de la Bible sans avoir la crainte de Dieu. Si par exemple le président Clinton avait eu la crainte de Dieu, nous aurions du lire ce que nous avons lu à son sujet.

Quand nous avons la parole de Dieu, nous avons une grande responsabilité, car sur un plan légal, nous avons ce que nous appelons la notice du constructeur. Prenons un exemple : Si vous m’achetez une construction, et que tout en ayant du respect pour moi, vous me disiez : « Bon, Vous m’avez dit qu’il y avait un titre de propriété valable pour cette construction, je vous crois sur parole. » Voici Le titre de propriété. Voici l’acte. Cependant, par la suite, un créancier vous envoie une facture et engage un procès contre vous pour faire une saisie sur cette construction. Cela ne change rien au fait que je vous aie dit que ce titre était valable. Le registre faisant apparaître une hypothèque, vous êtes redevable de cette hypothèque comme si vous en aviez effectivement connaissance.

Nous avons accès à la Parole de Dieu, et si nous l’ignorons, au jour du Jugement, nous serons condamnables par ce que dit la Parole comme si nous avions chaque mot gravé dans nos cœurs. Nous ne pouvons pas plaider l’innocence parce que notre pasteur en a fait une mauvaise interprétation. Si le monde ne nous déteste pas à cause de la parole de Dieu, Il y a un problème.

Si nous sommes fidèles à notre Maître en nous identifiant à Lui et en étant le reflet de la Parole, nous allons devenir, par ce que reflète notre façon de vivre, une épître que le monde sera capable de lire. Nous nous identifions avec Christ et Sa Parole non pas avec une quelconque dénomination ou doctrine humaine. Plusieurs ont demandé ma profession de foi, la voici : « Je crois que la Sainte Parole de Dieu est infaillible et inspirée par le Saint-esprit. » Je crois ce que je lis dans la parole de Dieu, si cela n’est pas écrit, je ne le crois pas. Je crois cela parce que Dieu le Père a donné Sa Parole à Son Fils pour qu’Il nous la donne, à vous et à moi. Les disciples du Seigneur Jésus n’avaient pas été autorisés à ajouter à la Parole quelque interprétation personnelle et les saints hommes de Dieu ont parlé avec les mots que l’Esprit leur donnaient. Le Seigneur Jésus-Christ n’annonçait pas Ses propres paroles ni Sa propre interprétation personnelle :

« Jésus leur répondit : Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. » (Jean 7 :16-17)

Jésus s’est exprimé avec les mots que le Père lui avait dits. Pouvez-vous imaginer qu’un quelconque être mortel puisse ajouter quelque chose à la Parole de Dieu ou en tordre le sens ? Je suis en train de vous parler de la doctrine de Dieu prêchée par Son Fils, et je ne suis pas en train d’ajouter ni de tordre le sens. Nous devons déchiffrer ces vérités, sinon nous serons emportés au loin par les doctrines des hommes, par nos propres folles conceptions ou bien par ce que nous pensons que la Bible devrait avoir dit.

La grande différence entre le monde et les disciples de Christ, n’est pas dans ceux qui savent ce que dit la Bible littéralement, mais dans ceux qui acceptent ou rejettent Christ et Son enseignement. Le monde va haïr ceux qui ne rejettent pas les paroles de Christ et qui ne choisissent pas une quelconque philosophie.

« Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données ; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. »(Jean 17 :8)

Quand notre texte dit : « Je leur ai donné les paroles que tu m’as données. », cela signifie beaucoup plus que le fait d’avoir enseigné sur l’Ancien Testament, les écritures de ce temps-là. Esaïe a prophétisé sur l’enseignement de Christ : « Le Seigneur, l’Eternel m’a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ; il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent des disciples. Le Seigneur, l’Eternel m’a ouvert l’oreille, et je n’ai point résisté, je ne me suis point retiré en arrière. » (Esaïe 50 :4-5) Cette prophétie concerne le Seigneur Jésus. Esaïe n’a ajouté ni retranché aucune syllabe. Il s’est exprimé avec les mots que le Père lui a donnés.

Jésus n’a pas été enseigné par des hommes érudits mais c’est le Père qui lui a donné le savoir : « Les Juifs s’étonnaient, disant : comment connaît-il les Ecritures, Lui qui n’a point étudié ? » (Jean 7 :15) La différence, c’est que les scribes et les pharisiens étaient sans cesse en train d’étudier. Ils avaient interprété et transformé un commandement en 680 ordonnances. Le Seigneur Jésus a pris les 10 commandements et les a réduits en un seul, la loi d’amour : aime Dieu avec ton cœur, ton âme et ton esprit et aime ton prochain comme toi-même. Ce commandement était écrit sur deux tables, mais c’était un seul commandement.

Les disciples de Jésus étaient haïs par le monde parce qu’ils avaient reçu de notre Sauveur son témoignage de l’amour du Père et étaient devenus réconciliés dans Sa volonté. Le monde nous détestera, vous et moi, lorsque nous réconcilierons avec la volonté de Dieu. « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.» (Jean 17:22-23)

Le monde voit ces choses, et il y a une plus grande puissance dans la prédication de nos actes et de nos attitudes qu’il n’y en a dans les paroles. Nous devons être des « épîtres ambulantes » de la Parole de Dieu de façon à ce que le monde puisse voir Christ en nous.

Le monde est au service d’un autre maître : « Le prince de la puissance de l’air,de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. » (Eph 2 :2) Ainsi que nous le lisons dans l’épître aux Ephésiens, ils n’ont rien ni en Christ ni en Son épouse. La deuxième épître aux Corinthiens nous dit pourquoi ils nous haïssent : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : j’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. » (2.Cor 6 :14-18) Le monde peut voir Dieu en nous. Si vous voulez que le Seigneur vous rejette, installez-vous dans la perversité et servez le prince de la puissance de l’air.

Nous ne sommes pas seulement sermonnés sur l’illogisme d’avoir des liens avec le monde, nous sommes encore repris dans un verset suivant : « Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. »(2 Cor7 :1)Voyez-vous pourquoi il y a séparation ? Le monde veut aussi être séparé de nous. Il ne veut pas que la lumière de Christ se reflétant en vous illumine ses cœurs enténébrés, révélant son péché. C’est pourquoi il nous hait. C’est pourquoi il ne veut pas de notre compagnie. Il ne veut pas que sa conscience soit bousculée ^par notre vêtement blanc.

A nouveau, nous voyons une harmonie bénie entre la grâce de Dieu et nos recommandations sous la volonté révélée de Dieu. Notre Sauveur, en premier, nous dit ce que nous devons faire, et Il plaide ensuite pour que nous obtenions la grâce nous permettant d’observer ce commandement. « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. » ( Jean 17 :16-18) Il nous a donné Sa Parole, et nous avons maintenant une responsabilité. Le Seigneur se sert de Sa parole pour nous sanctifier, et que pensez-vous que peut faire la Parole si elle reste posée sur une table ramassant la poussière ? Si nous ne recherchons pas dans la Parole et si nous ne la méditons pas et si nous n’examinons pas ce que dit le pasteur en cherchant dans la parole pour voir si ce qu’il dit est vrai, nous ne sommes pas nourris par la Parole.

Le Seigneur nous a envoyés dans le monde pour que nos lumières brillent et que nous puissions être vus. De la même manière, le Père a envoyé Son fils dans le monde pour refléter la même lumière, la même image de Dieu. Nous ne pouvons nous enfermer dans un quelconque monastère pour nous isoler du monde.

La raison pour laquelle le monde fait preuve de tant de haine envers les gens de la maison de Dieu se trouve dans l’évangile de Jean : « Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. »(Jean17 :14) Il y a une grande différence entre « être dans le monde » et « être du monde ».

Simplement, au fur et à mesure que nous suivons Christ, nous condamnons le monde. Le jour du jugement, le monde sera condamné parce qu’ils ont vu la lumière du peuple de Dieu et qu’ils l’ont rejetée. C’est ce que nous lisons dans l’épître aux Hébreux : « C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi. » (Héb 11 :7)

Le monde est condamné en voyant que nous sommes réconciliés avec Dieu. Sous leurs yeux même, ils ont vu qu’il y avait un chemin pour échapper à la destruction vers laquelle ils foncent délibérément, tête baissée. Chaque coup de marteau que donnait Noé en construisant son arche était un sermon de condamnation pour un monde qui ne se préparait pas pour le jour de la destruction. Pourquoi ces gens n’ont ils pas aidé Noé à construire une arche assez grande pour les sauver tous ? Ils riaient de lui avec mépris.

Comment se fait-il que le peuple de Dieu ne soit pas du monde ? « Si quelqu’un est en Christ, Il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2Cor 5 :17) Voici de quelle manière nous ne sommes pas du monde : nous sommes de nouvelles créatures, qui avons été créées pour la piété et la droiture. Nous sommes des hommes nouveaux. Cependant le vieil homme du péché fait toujours partie de notre vie, et il en sera ainsi jusqu’au jour de notre mort. Il y a eu toutefois, pour servir le Seigneur, un renouveau dans notre comportement et dans les désirs de notre cœur.

Cet homme nouveau n’a rien dans ce monde. Lorsque nous sommes tentés ou que notre esprit est traversé par quelque pensée qui nous tente ou nous séduit, c’est ce vieil homme qui est encore en vie et qui se porte bien. Dans le psaume 39, Le témoignage de David et de ceux qui l’ont précédé est révélé : « Ecoute ma prière, Eternel, et prête l’oreille à mes cris ! Ne sois pas insensible à mes larmes ! Car je suis un étranger chez toi, un habitant, comme tous mes pères. » (Ps 39 :13) Nous n’avons pas d’endroit où nous installer ici bas. Ce monde n’est pas le lieu de notre repos. Nous n’essayons pas de nous construire une habitation permanente.

J’ai vu ma vieille maman assise en train de pleurer disant : « Ralph, ils ne vont même plus me laisser répondre à mon propre téléphone » Mes parents ont été prévoyants dans cette existence, le Seigneur leur a donné de bonnes ressources et ils n’ont été privés de rien. Cependant, alors que ma mère s’approchait de la fin de ses jours, le Seigneur lui retirait de plus en plus de choses et je lui ai dit : « Maman, Le Seigneur est en train de te sevrer des choses de ce monde.»

Parfois, nous nous posons des questions lorsque les choses ne prospèrent plus. C’est le Seigneur qui sépare nos cœurs des choses de cette vie et Il ne nous donnera plus aucune chose qui puisse faire plaisir au vieil homme. Nous devons apprendre à nous en aller car nous sommes de passage et nous devons apprendre à persévérer. Le Seigneur ôte ce qui nous entrave pour continuer.

Nos intérêts doivent se porter sur les choses d’en haut, c’est le témoignage de notre Sauveur dont le Père est la source de joie dont il est parlé dans l’évangile de Jean : « Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite. » (Jean 17 :13) Notre joie doit être centrée sur la joie de notre Seigneur Jésus-Christ dans la réconciliation que nous avons avec le Père dans le sang de Jésus-Christ. Le Seigneur nous prépare à cela en retranchant les choses de la chair de manière à ce que nos cœurs soient tournés vers le ciel.

Quand nous avons le privilège d’avoir la relation de joie que notre Sauveur a dans l’union avec la volonté du Père, alors nous avons la pensée de Christ. « Et mes ennemis sont pleins de vie, pleins de force ; ceux qui me haïssent sans cause sont nombreux. » (Psa 38 :20) Nous haïssons le péché, et nous haïssons toute chose qui est contre l’Esprit de Christ. David était roi, et son cœur n’était pas dans les choses de la royauté de son royaume.

Tandis que nous luttons avec les principautés et les puissances dans les lieux célestes, nous avons besoin de comprendre la prière de notre Sauveur : « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. » (Jean 17 :15) Tant que nous n’avons pas une petite appréciation du mal, nous ne pouvons savoir combien cette prière est bénie. Lorsque nous voyons combien nos cœurs sont méchants, nous voyons combien nos cœurs pourraient avec facilité s’investir dans les choses du monde.

De nos jours, nombreux sont ceux qui croient pouvoir fuir la dépression en se suicidant. L’apôtre Paul, qui toutefois ne désirait pas se suicider, mais s’en aller pour être avec Christ a vu ce qui lui sert de conclusion dans l’épître aux Philippiens : « Je suis pressé des deux côtés ; j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur ; mais à cause de vous il est plus nécessaire que je demeure dans la chair. Et je suis persuadé, je sais que je demeurerai et que je resterai avec vous tous, pour votre avancement et pour votre joie dans la foi. » (Phil 1 :23-25) Le Père laisse dans ce monde ses « piliers de la foi » pour soutenir, consoler et guider ceux qui sont encore à l’école de Christ.

Notre Sauveur nous garde du mal de ce monde, non seulement pour notre sanctification, mais également, ainsi que l’apôtre Paul a conclu, pour que le Père puisse être glorifié par Christ brillant dans nos vies et l’édification pour le salut des autres. Nous devons passer à travers ces épreuves, à travers ces luttes, afin de crucifier la chair et pouvoir faire comme l’apôtre Pierre : « Lorsque tu seras converti, affermis tes frères » Nous pouvons encourager les faibles et leur montrer comment le Seigneur nous a délivrés.

« Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour tous ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les a aimés comme tu m’as aimé.»(Jean 17 :19-23 )

Nous devons être contents de prier pour la protection, la lumière et l’amitié de notre Dieu. Les Ecritures rapportent que le Seigneur a refusé d’exaucer trois prières de Moïse, Elie et Jonas. Pour quels sujets ont-ils prié ?

Après le témoignage mémorable d’Elie sur le mont Carmel et après qu’il eut mis à mort les 400 prophètes de Baal, il s’enfuit en entendant la voix d’une femme :« Il s’assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant c’est assez ! Maintenant, Eternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères. » (1 Roi19 :4)

Moïse, Elie et Jonas ont tous trois prié le Seigneur pour qu’Il les prennent avec lui, et le Seigneur leur a refusé à tous les trois.

Lorsque le Seigneur m’a appelé à entrer dans le ministère, et qu’il eut mis puissamment sur mon cœur que je devais commencer à prêcher l’évangile, nous avons eu, mon gendre et moi, une conversation sur le fait que le Seigneur peut être m’emmènerai au loin. Nous sommes allés dans une église, et dans cette église, le pasteur était en train de prêcher sur le chapitre 17 de l’évangile de Jean qui dit que Christ priait le Père de ne pas ôter ses disciples du monde. En conclusion de ce sermon, il ajoutait que beaucoup croiraient en entendant leur parole. Le Seigneur m’a confirmé qu’Il ne voulait pas m’enlever de ce monde, mais qu’Il voulait me laisser sur cette terre pour proclamer Sa parole et que beaucoup croiraient, qu’Il voulait bénir cette parole parce que je devrais parler le langage de Dieu. Nous devons réaliser cela lorsque nous languissons d’être avec Dieu. Le Seigneur a un travail pour nous.

Même dans un moment tel que nous pouvons le lire dans le livre du prophète Esaïe : « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. » (Esaïe 55 :8-9) Elie n’est jamais mort, le Seigneur ne lui a jamais ôté la vie. Lorsque est venu pour lui le moment du Seigneur pour son départ, il a été conduit vivant au paradis par des chariots de feu. Nous ne connaissons pas les projets que le Seigneur a pour nous. Notre affaire devrait être que s’Il venait aujourd’hui, nous trouverait-il en train de faire Sa volonté ? Nous ne devrions pas demander au Seigneur de nous retrancher des vivants, mais qu’Il nous protège du mal de cette existence.

De nos jours, nombreux sont ceux qui enseignent que le peuple de Dieu échappera à la grande tribulation par l’enlèvement de l’église, mais Jean l’évangéliste déclare : « je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. »(Jean 17 : 15)

Matthieu dit : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’avaient été abrégés, personne ne serait sauvé ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés. » (Mat 24 :21-22) Est-ce que ceci nous dit que le Seigneur fera un enlèvement et qu’il ôtera son peuple de ce monde avant la grande tribulation ? Non ! Lorsque la tribulation sera venue, le Seigneur sera un refuge pour l’amour des élus.

Beaucoup parlent de la grande tribulation comme étant une persécution dans la chair (et elle le sera) mais le contexte dans lequel notre Sauveur a enseigné sur le sujet sous-entend que cela sera plutôt une tribulation spirituelle, cela sera une épreuve de foi ainsi que nous pouvons le lire dans l’évangile de Matthieu : « Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christ et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. Si donc on vous dit : voici, il est dans le désert, n’y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. Car comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du fils de l’homme. » (Mat 24 :23-27)

J’ai assisté à une réunion faite par le coréen Mr Moon. Il fanfaronnait en disant que le premier Christ avait échoué et qu’il était lui le deuxième Christ. J’ai pu parler aux gens ensuite et leur dire, de ne pas courir après lui, et je leur ai montré les écritures que nous avons citées ci-dessus leur disant que la deuxième venue de Christ serait comme un éclair brillant d’est en ouest et que vous pourriez le voir de toutes parts sur la terre.

La supplication de notre Sauveur : « Préserves-les du mal» nous montre certainement notre dépendance envers notre affectueux Père céleste. Cela nous enseigne également à marcher par la foi, ainsi que nous pouvons le voir dans le livre du prophète Esaïe : « A celui qui est ferme dans ses sentiments tu assures la paix, la paix, parce qu’il se confie en toi. Confiez-vous en l’Eternel à perpétuité, car l’Eternel, l’Eternel est le rocher des siècles. » (Esaïe 26 :3-4)

Même dans les temps mauvais que nous vivons, nous voyons les prophéties de notre Sauveur commencer à s’accomplir : « Les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra sur la terre. »(Luc 21 :26)

Nous n’avons pas cependant à vivre dans l’anxiété. Voyez le principe que notre Sauveur enseigne dans l’évangile de Matthieu : « C’est pourquoi je vous le dis : ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, Et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas plus qu’eux ? » ( Mat 6 :25-26)

Fondamentalement notre Dieu a deux solutions pour nous préserver du mal de ce monde : en réduisant la grâce, et en se servant de Sa providence. Son Esprit maîtrise le mal en nous : « Je traiterai avec eux une alliance éternelle, je ne me détournerai plus d’eux, je leur ferai du bien, et je mettrai ma crainte dans leur cœur, afin qu’ils ne s’éloignent pas de moi. » (Jér 32 :40)

Dieu toutefois nous protège aussi du mal dans le cadre de Sa providence en ôtant les occasions pour ce mal ainsi que nous pouvons le voir dans le Psaume 125 : « Des montagnes entourent Jérusalem ; ainsi l’Eternel entoure son peuple, dés maintenant et à jamais. Car le sceptre de la méchanceté ne restera pas sur le lot des justes, afin que les justes ne tendent pas les mains vers l’iniquité. » (Psa 125 :2-3)

Ces assurances bénies de l’Esprit préservateur et de la providence de Dieu ne nous donnent pas l’autorisation de tenter Christ ainsi que le firent les Israélites dans le désert. Voyez l’exhortation à observer Sa volonté révélée : « Ne tentez point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par l’exterminateur. Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au dessus de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » (1 Cor 10 :9-13)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire