J'ai vécu le deuil d'un enfant

J'ai vécu le deuil d'un enfant

Les mots me heurtent : accident, hélicoptère, hôpital, coma… Contre la brutalité de la nouvelle, mon cerveau se fige, tout le corps se blinde : incompréhension, incrédulité. Et même, insensibilité : on repousse très loin l’éventualité de la mort. Prières.

Deux jours après, avec délicatesse, médecin et infirmière parlent de don d’organes. La douleur frappe par vagues successives, inattendues, l’un d’une façon, l’autre d’une autre. Comme un tsunami, qui risque d’emporter loin, de jeter au fond de la nuit : colère, culpabilité, chagrin, doutes, dépouillement. Cris et supplications. Pourtant quand les certitudes vacillent, Sa Main est là, elle tire des eaux profondes : " Ce que je fais, tu ne le sais pas maintenant, mais tu le comprendras dans la suite " (Jean 13.7). Sa voix, sa présence, ses consolations : " Moi, je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi, même mort, vivra…Crois-tu cela ? " et son écoute patiente aux questions sans réponse, aux " pourquoi " de la souffrance, aux " si seulement… ". Puis les paroles des amis, les lettres, les contacts des frères et sœurs et tous les petits gestes d’amitié, limités mais bienfaisants.

Et les jours douloureux des démarches, de l’enterrement, les heures qui durent un siècle. Puis l’absence : silence, solitude. Les années n’effacent rien. Une douleur nostalgique reste au fond du cœur, plus vive à certaines dates anniversaire. On l’apprivoise peu à peu, avec Son aide. Et la confiance grandit en Celui qui, au comble de la détresse, a crié : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ". L’acceptation de la souffrance mûrit l’âme.

J’ai le choix entre deux attitudes : me recroqueviller sur mon chagrin, m’apitoyer sur moi-même et me fermer à l’espérance, ou bien, m’ouvrir au Seigneur, me tourner vers les autres, ce qui est la seule façon de guérir. - Comment ce deuil pourrait-il être " pour le bien " (Romains 8.28) ? - Tu peux comprendre et aider ceux qui passent par la même vallée obscure, celle des larmes.

Prière
 : Merci, Seigneur, pour ta présence " près de ceux qui ont le cœur brisé " (Ps 34.18). Merci parce que tu recueilles nos larmes et que tu les essuieras toutes. Merci parce que, dans l’épreuve, c’est comme si tu mettais dans nos mains un peu de ta gloire à faire briller (1 Pierre 1.7).


En partenariat avec www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

15 commentaires
  • NY Il y a 1 année, 4 mois

    Bonjour, Cela fait 3 mois et 9 jours que j'ai perdu ma fille, notre première enfant souffrant d'un mal formation sur la voie biliaire. Depuis le jour où nous avons su qu'elle était malade, nous avons consulté Jésus par l’intermédiaire de notre pasteur qui est aussi notre prophète, car elle nous transfère toutes les paroles de Jesus, ce que nous devions faire, surtout les consigne à suivre concernant la maladie de notre petite princesse. Il y avait plein de chose, plein de parole et cela nous a fortifié notre foi en Lui. Durant 10 mois et quelques, nous avons essayé de suivre tout ce que Dieu nous a dis de faire, je ne dirais pas que nous avons suivi 100 % à la lettre, mais nous avons essayé, malheureusement, elle a mis fin à sa vie le 03 janvier 2019. Je sais que c'est Dieu qui nous donne la vie et c'est Lui qui le reprend. Étant une personne fragile, je pensais que si jamais je perdais ma fille, cela m’était impossible de le surmonter, c'est dur de perdre une enfant, mais je vous dis, Jesus nous a beaucoup aider à surmonter cette épreuve, et maintenant, nous vivons heureuse avec Lui malgré le manque, les souvenirs,... C'est par sa grâce que nous en somme encore là aujourd'hui. Cette épreuve était pour moi une nouvelle expérience qui a bien mûri mon âme. Je sais que tout ce qu'Il a fait est toujours à notre bien, et le fait de suivre tous ses parole durant cette période était pour nous aujourd’hui une grande victoire. Moi et mon mari pouvons dire maintenant que :' peu importe ce qui se passera à l'avenir, nous n'aurons plus peur et nous lèverons la tête au ciel vers Dieu qui sait et qui peu tout, même si l'adversité et les épreuves viendront successivement, nous sommes déjà habitués, notre foi ne mourra jamais plus, mais continuera à s'enflammer, et oui, juste pour vous dire que nous somme des serviteurs de Dieu qui sont déjà éprouvés." Je vous encourage, vivre un deuil n'est jamais facile, l'important c'est que tu la vie avec Jesus, tu Lui laisse s'en occuper et là tu verras qu'Il soulagera tes souffrances d'une manière miraculeuse. Pour moi, c'était un miracle car jusqu'à maintenant je ne comprends pas comment Il a fait pour que j'arrive à me sentir bien et soulagé durant et après ce deuil, ce dont je sais c'est qu'Il est le Dieu de la paix . "Dans ma détresse, c'est à l'Éternel Que je crie, et il m'exauce."Psaumes 120:1
  • Adèle Dijoux Il y a 3 années, 3 mois

    Cela fait 6 ans aujourd'hui, que mon fils Samuel, dont je vous ai déjà parlé, s'est noyé, à l'anniversaire de son camarade de classe. Faisant suite à ce message, il y a quelques années, j'exprimais le souhait que le Seigneur me donne l'assurance que mon enfant est auprès de Lui, et qu'Il m'aide à cheminer vers lui et vers Lui. Je lui suis reconnaissante, d'être fidèle chaque jour, de me soutenir, de m'avoir rassurée plus d'une fois, d'avoir séchè mes larmes, de m'avoir aidé à regarder au delà de la mort, vers cette immensité de joie et d'amour qu'Il nous fait déjà goûté les prémices ici-bas. Que toute Gloire Lui reviennent pour le siècle des sicles. Amen
  • Adèle Dijoux Il y a 3 années, 9 mois

    Il le fait...
  • violette42 Il y a 3 années, 10 mois

    j'ai perdu mon fils suite a un cancer , et je n'arrive plus a croire a cette injustice pourquoi
  • sandrafemva Il y a 7 années, 5 mois

    jai perdu des bébés a 6mois de grossesse du a une chute c'est un douleur indescriptible ..
  • Adèle Dijoux Il y a 9 années, 1 mois

    Il y a un mois, mon fils de 8 ans et demi, est mort noyé, à un anniversaire. La douleur est atroce, il me manque de plus en plus chaque jour. Que Dieu me donne l'assurance que Samuel, est près de lui, et qu'il m'aide à me consoler.
  • Ghis03 Il y a 10 années, 3 mois

    holala je vous trouve tous TRES forts sûrement de cette force qui vient d'en haut.Vous m'avez tous fait pleurer car je me mettais à votre place... Personnellement je ne sais pas comment je réagirais si je devais perdre mon fils unique ! c'est vrai que les enfants ne nous appartiennent pas, et qu'ils sont à lui... et que j'ai eu la chance de l'avoir depuis 26 ans, mais quand même... déjà que je suis veuve : ce serait vraiment trop à supporter !... Que Dieu pardonne ces propos mais c'est ce que je ressens au fond de moi, qu'Il vous bénisse tous davantage en ce beau jour et vous fortifie.
  • Calibelle Il y a 10 années, 4 mois

    Quand j'avais 19 ans j'ai perdu un bébé à naître. Je sais, comme on ne le voit pas, on ne croit pas que ça peut faire si mal, mais j'en ai fait une dépression non comprise par mon entourage. Pourtant quelques années plus tard, quand je me suis tournée vers Dieu, une chose m'a grandement consolée:C'est qu' un jour je le verrais, il est vivant auprès de Jésus. Je ne sais pas si cette pensée peut te faire du bien. Mais tu reverras ton enfant, il est vivant auprès de Jésus. La mort des chrétiens n'est qu'une séparation momentanée. Je t'embrasse bien fort en Jésus. Calibelle.
  • Gladys Pattery Il y a 10 années, 4 mois

    valérie E sache que je t'aime. tu as beaucoup souffert ...le seigneur est ta force...
  • mamie-jo Il y a 10 années, 4 mois

    Il y a maintenant 9 ans,J'ai vécu la mort de mon premier fils dans un accident de voiture en Métropole, il avait 28 ans et c'était l'ainé. Moi je vis en Martinique. Oui je peux dire que c'est très dure de perdre un enfant parce-qu'on n'y pense toujours même avec ces longue années. Mais je glorifie Dieu pour le courage et la force qu'il m'a donné et qu'il me donne encore, puis avec le temps je me dis que le Seigneur sait le pourquoi, il fais ce qu'il veut comme il veut et que mon fils est bien, mieux près du père que sur la terre. C'est vrai que cette soufrance nous permet d'encourager les autres qui passent par ce moment diffiicile qui est la mort, car nous l'avons vécu.
  • Eric Longo Il y a 10 années, 4 mois

    Que c'est trop profond ces quelques mots! je n'ai jamais vécu personnellement le décès d'un enfant mais je m'imagine déjà ce que l'on peut ressentir!
  • Gwladys Adde Il y a 10 années, 4 mois

    superbe ce message! c'est tellement réel. Seigneur puisses tu m'aider à avoir la bonne attitude que tu attends de moi, face à la souffrance.
  • Désirée Mouasso Il y a 10 années, 4 mois

    Je dis merci à Dieu parce qu'il est là à tout moment de notre vie. Il ne peut pas laisser une situation douloureuse nous abattre au point de ne pas en supporter. Merci pour son Saint Esprit le grand consolateur. Merci pour des frères et soeurs qu'Il met à notre disposition pour une communion fraternelle. Il n'ya que Dieu pour agir ainsi. Que son nom soit glorifié à jamais.
  • Celeste-2010 Il y a 10 années, 4 mois

    Oui parfois, les souffrances que nous endurons nous mûrissent, ce qui permettra à Dieu de nous utiliser pour venir en aide à ceux qui passent par les mêmes épreuves que nous avons traversées.En effet qui peut mieux comprendre la perte d'un enfant, le divorce, le viol, etc.... qu'une personne qui l'a déjà vécu?!.... Merci pour ce message
  • adelinette Il y a 10 années, 4 mois

    j'ai vécu aussi le deuil de mon fils , et je dois dire merci Seigneur de m'avoir aidé a traverser la vallée de l'ombre de la mort car il était auprès de moi pour m'éviter de faire des bétises et accepter l'absence . Cette épreuve ma fait comprendre combien son amour est grand envers nous qui ne sommes rien sur cette terre .A notre Dieu miséricordieux soit la gloire Amen!