2/2 - La désobéissance fatale d’Adam et l’obéissance triomphante de Christ

2/2 - La désobéissance fatale d’Adam et l’obéissance triomphante de Christ

Seconde partie. (Lire la première partie.)

JÉSUS, “CELUI QUI VIENT”

Premièrement, regardons comment il est fait référence à Christ dans le verset 14 en lisant les versets 12 et 13 pour le contexte :

« C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché, … car, jusqu’à la promulgation de la loi, le péché était dans le monde mais le péché n’est pas mis en compte, quand il n’y a pas de loi.
Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. »

Le verset 14 montre la façon de penser de Paul dans le reste du passage. Adam est appelé « une figure de celui qui devait venir », c'est-à-dire une figure de Christ. Remarquez la chose la plus évidente : Christ « devait venir ». Depuis le début, Christ était « celui qui devait venir ». Paul montre ici que Christ n’était pas un second recours. Paul ne dit pas que Christ a été conçu comme une copie d’Adam. Il dit qu’Adam était « une figure » de Christ.

Dieu a agi avec Adam de telle façon qu’il devienne une figure de ce qu’il avait prévu pour glorifier son Fils. Une figure est comme un présage de quelque chose qui viendra plus tard et qui sera comme la figure, mais en plus grand. Dieu a donc agi avec Adam de façon à ce qu’il soit une figure de Christ.

Remarquez à présent à quel moment, dans le fil de ses pensées, Paul a choisi de dire qu’Adam est une figure de Christ. Verset 14 : « la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. » Il choisit de nous dire qu’Adam est une figure de Christ juste après avoir dit que toute personne qui n’a pas péché de la même façon que lui porte tout de même le châtiment qu’Adam a subi. Pourquoi Paul, à ce moment précis, dit-il qu’Adam était une figure de Christ ?

JÉSUS, NOTRE GRAND REPRÉSENTANT

Ce qu’il vient de dire touche l’essence même de la similitude et la disparité entre Christ et Adam.

Voici le parallèle entre les deux : les personnes qui n’ont pas péché de la même manière qu’Adam sont mortes de la même façon que lui, pourquoi ? Parce qu’elles étaient liées à Adam. Il était le représentant et la tête de l’humanité et son péché est compté comme étant aussi leur péché à cause du lien qui existe avec lui. C’est pourquoi Adam a été appelé « figure de Christ », car notre obéissance n’est pas comparable à celle de Christ et pourtant, nous avons la vie éternelle avec Christ. Pourquoi ? Parce que nous sommes liés à Christ par la foi.

Il est le représentant et la tête de la nouvelle humanité et sa justice est considérée comme notre justice à cause de notre lien avec lui (cf. Romains 6.5).

Le fait qu’Adam soit appelé figure de Christ implique le parallèle suivant :

Adam > le péché d’Adam > humanité condamnée en lui > mort éternelle Christ > la justice de Christ > nouvelle humanité justifiée en lui > vie éternelle

Le reste du passage dit combien Christ est plus grand grâce au salut qui vient de lui, qu’Adam et son acte destructeur. Il faut garder à l’esprit ce que j’ai dit dans la partie 1. Ce que nous voyons ici est la révélation de réalités qui définissent le monde dans lequel chaque personne sur cette planète vit.

Ce texte concerne chaque personne dans ce monde car Adam était le père de tous. Chaque personne que vous rencontrez, dans n’importe quel pays, de n’importe quel groupe ethnique, est confrontée à ce dont ce texte parle. La mort au travers d’Adam ou la vie au travers de Christ. C’est un texte universel. Ne l’oublions pas. Cette réalité définit chaque personne que vous pouvez rencontrer.

Les visions du monde étriquées donnent des chrétiens étriqués. Cette vision du monde n’est pas étriquée. Elle s’étend sur l’histoire entière de toute la terre. Elle touche profondément toute personne de ce monde et chaque titre sur internet.

CÉLÉBRER LA SUPÉRIORITÉ DE JÉSUS

Regardons les 3 façons dont Paul célèbre la supériorité de Christ et de son œuvre sur Adam et ses actes. Ils peuvent être résumés en trois phrases : l’abondance de la grâce, la perfection de l’obéissance, et le règne de la vie.

1) L’abondance de la grâce

Premièrement, le verset 15 et l’abondance de la grâce.

« Mais il n’en est pas du don gratuit comme de la faute car, si par la faute d’un seul, beaucoup sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don qui vient de la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. »

La grâce de Dieu est plus forte que la faute d’Adam. C’est ce qui est dit par « à plus forte raison ». « À plus forte raison la grâce de Dieu et le don qui vient de la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. » Si la faute d’un seul homme a apporté la mort, à plus forte raison, la grâce de Dieu nous apportera la vie.

Mais Paul est plus spécifique que cela. La grâce de Dieu est spécifiquement « la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ. » « À plus forte raison la grâce de Dieu et le don qui vient de la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. » Il ne s’agit pas de deux grâces différentes. « La grâce d’un seul homme, Jésus-Christ » est l’incarnation de la grâce de Dieu. C’est la façon dont Paul en parle, par exemple dans Tite 2.11 : « La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. » Et dans 2 Timothée 1.9 : « la grâce qui nous a été donnée en Christ-Jésus. » La grâce qui est en Jésus correspond à la grâce de Dieu.

Cette grâce est une grâce souveraine. Elle remporte la victoire sur tout ce qui se trouve sur son chemin. Nous verrons plus loin qu’elle a le pouvoir du roi de l’univers. Cette grâce règne. Elle est la première célébration de la supériorité de Christ sur Adam. Lorsque la faute d’un seul homme, Adam, et la grâce d’un seul homme, Jésus-Christ se rencontrent, Adam et sa faute sont perdants. Christ et sa grâce gagnent. C’est une bonne nouvelle pour ceux qui appartiennent à Christ.

2) La perfection de l’obéissance

Deuxièmement, Paul célèbre la façon dont la grâce de Christ remporte la victoire sur la faute d’Adam et sur la mort, par la perfection de l’obéissance de Jésus.

Verset 19 : « En effet, comme par la désobéissance d’un seul homme [Adam], beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul [Christ], beaucoup seront rendus justes. »

La grâce d’un seul homme, Jésus-Christ, l’empêche de pécher et le garde obéissant jusqu’à la mort, même la mort sur la croix (Philippiens 2.8), afin qu’il fasse preuve d’une obéissance totale au Père pour le bien de ceux qui lui sont liés par la foi. Adam a failli à cette obéissance. Christ a parfaitement réussi à rester obéissant. Adam était la source du péché et de la mort. Christ est la source de l’obéissance et de la vie. 

Christ est comme Adam qui était lui-même une figure de Christ. Les deux représentent les têtes d’une ancienne et d’une nouvelle humanité. Dieu impute l’échec d’Adam à son humanité et le succès de Christ à son humanité, à cause du fait que ces deux humanités sont liées à leurs têtes respectives. La grande supériorité de Christ réside dans le fait que non seulement il réussit à obéir parfaitement, mais aussi parce qu’il le fait de telle façon que des millions de personnes sont rendues justes grâce à son obéissance. Êtes-vous seulement connectés à Adam ? Faites-vous seulement partie de la première humanité liée par la mort ? Ou bien êtes-vous aussi lié à Christ, membre de la nouvelle humanité et lié à la vie éternelle ?

3) Le règne de la vie

Troisièmement, Paul célèbre non seulement la grâce abondante de Christ et l’obéissance parfaite de Christ, mais, finalement, le règne de la vie. La grâce conduit au travers de l’obéissance à Christ vers le triomphe de la vie éternelle.

Verset 21 : « … De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. » La grâce règne par la justice (c'est-à-dire par la parfaite justice de Christ) pour atteindre la vie éternelle et tout cela « par Jésus-Christ notre Seigneur. »

Ou bien, encore une fois dans le verset 17, le même message : « Si par la faute d’un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ. » Le schéma est le même : la grâce par le don gratuit de la justice mène au triomphe de la vie, et cela par Jésus-Christ.

J’ai mentionné ci-dessus que la grâce de Dieu en Christ dont Paul parle dans ces versets est la grâce souveraine. C’est dans ce verset 21 que nous pouvons le voir, à travers le verbe « règne ». La mort exerce comme une souveraineté sur l’homme et sur tout. Tout meurt. Mais la grâce remporte la victoire sur le péché et la mort. Elle fait régner la vie même sur ceux qui étaient morts. Il s’agit de la grâce souveraine.

L’OBÉISSANCE SPECTACULAIRE DE JÉSUS

La grande gloire de Christ dépasse largement le premier homme Adam. Le péché spectaculaire d’Adam n’a pas autant d’ampleur que la grâce et l’obéissance spectaculaire de Christ et le don de la vie éternelle. De fait, dès le commencement, le plan de Dieu était que dans sa parfaite justice, Adam, représentant de l’humanité, serait une figure de Christ, représentant à la tête d’une nouvelle humanité. Son plan était que par cette comparaison et ce contraste, la gloire de Christ brille d’autant plus.

Le verset 17 donne un message très personnel et avec une notion de grande urgence. Où vous tenez-vous ? « Si par la faute d’un seul, la mort a régné par lui seul, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par le seul Jésus-Christ. » Faites attention à ces paroles et considérez-les personnellement : « ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice ».

DES PAROLES PRÉCIEUSES POUR LES PÉCHEURS

Ce sont des paroles précieuses pour les pécheurs : La grâce est gratuite, le don est gratuit, la justice de Christ est gratuite. La recevrez-vous comme l’espérance et le trésor de votre vie ?

Si oui, « vous régnerez dans la vie par le seul Jésus-Christ. »

Recevez-le dès maintenant. Affirmez-le par le baptême. Et devenez un membre vivant du peuple de Christ !

 

Lire la première partie.

Avec autorisation de notre partenaire DesiringGod.org



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

0 commentaire