La femme au café

La femme au café

La stéréo jouait une mélodie douce et obscure, datant de plusieurs années. Gregory Glaner ne se rappelait pas exactement de quelle année elle était, mais c’était une des raisons pour lesquelles il fréquentait ce café: la musique faisait appel à sa mémoire et donnait une voix à ses émotions.

Il était un client habituel du milieu de matinée, après que la patrouille matinale soit partie vaquer à son train-train quotidien et avant que la foule de l’heure du déjeuner se pressât contre les comptoirs pour un en-cas. Il pouvait s’asseoir avec son café et rassembler ses idées sans aucune urgence. Parfois, c’était si silencieux qu’il pouvait remarquer que les ventilateurs du plafond s’accordaient avec la musique.

Pendant qu’il réfléchissait sur le service de louange du prochain week-end, il détourna son regard pour voir la serveuse en train d’essuyer les tables près de lui. Avec ses yeux de biche marron, elle semblait le fixer du regard.

“Bonjour, je vous gène ce matin?” demanda Gregory.

“Mais non”, répliqua-t-elle. “C’est juste que j’essayais d’arriver à me souvenir d’où je vous connaissais, mais je viens d’y parvenir. Vous êtes le pasteur de l’église de Bradford Drive.”

Gregory sourit de son sourire pastoral.

“J’y suis allée une fois” dit-elle.

“ Qu’en avez- vous pensé?” demanda Gregory.

“ Oh, c’était bien. Vous êtes un bon prédicateur.....” hésita-t- elle.

“Mais.....” Gregory sourit ayant l’impression qu”elle voulait dire quelque chose de plus.

“Vous savez, c’est une église sympa; mais pas vraiment pour moi”, dit-elle.

“D’accord, ça va, mais je veux toujours entendre des moyens de m’améliorer, alors dites-moi ce qui vous a empêché de revenir”, dit Gregory.

“Eh bien, sans vous offensez, vous savez, mais j’ai pensé que vous étiez comme englué dans une ornière dans votre louange ”, dit-elle sans aucune intention de méchanceté.

Gregory rit. “D’accord, que vous voulez-vous dire? Nous n’avons pas chanté assez de choeurs de louange et adoration?”

“Non, ce n’est pas ça....eh bien, mais c’est à peu près cela que je veux dire”, dit-elle. “J’ai eu l’impression que vous pensez tous que louer Dieu, c’est tout arrangé dans un service d’une heure à l’église les dimanches matins, mais il s’agit de beaucoup plus que cela”.

“Mais nous enseignons au peuple que la louange est plus que les dimanches matins”, dit Gregory . “En fait, nous offrons actuellement une étude pour les disciples sur ce sujet.”

“Eh bien, sans doute, mais....” dit-elle. “Euhhhh, eh bien, il s’agit de ce que vous faites ou je suppose plus pertinemment, ce que vous ne faites pas ou au moins avez l’air de faire, qui est la louange dans toutes sortes de cadres. Peu importe ce qui est dit, ou enseigné, c’est toujours que la louange est soulignée comme étant une chose des dimanches matins. En fait, vous–je veux dire les pasteurs en général – entretenez le mythe en disant qu’il y a un temps désigné pour la louange dans chaque service, comme si vous arrêtiez de louer afin d’écouter le sermon ou quelque chose comme ça.”

Elle ajouta, “Ensuite, vous appelez même certaines chansons des chants de louange comme si, vous savez, la musique est obligée être répertoriée en catégories: chantez ceci et vous louez, mais chantez cela et vous faites quoi? Récitez la doctrine?”


“Je pense ce que je dis”, dit-elle, “et j’y pense souvent, c’est que je pense que vous pouvez louer n’importe quand et n’importe où et nous avons besoin de plus le souligner. Vous n’avez pas besoin d’être dans une église le dimanche matin pour louer.”

“Alors, vous êtes parmi ceux qui disent que l’homme qui pêche le dimanche matin peut être en train de louer Dieu?” demanda Gregory.

“Eh bien, non...en fait, d’une certaine façon oui”, répondit-elle. “Vous voyez, cela est vraiment un argument des hommes de paille, n’est-ce pas? Je veux dire, le problème dans cette anecdote est l’abandon de l’assemblée et ce n’est pas du tout ce que je suggère. Alors, non, je ne dis pas qu’un homme qui passe tous les dimanches matins en allant à la pêche au lieu d’aller à l’église est enclin à s’approcher à Dieu et qu’il s’engage dans un acte de louange.”

“Mais”, ajouta-t-elle, “je pense que vous pouvez avoir une expérience de louange pendant que vous pêchez parce que” et là elle changea légèrement de voix ” le moment est arrivé où comptera très peu le lieu où vous louez Dieu”.

“La femme au puits”, rit Gregory.

“Oui, j’imagine que vous pouvez m’appeler son arrière, arrière, arrière, arrière, arrière petite fille ou quelque chose de ce genre, et je vous dirai que cette grande mère a pris à coeur les paroles de Jésus”, dit la serveuse.

Ajoutant,”Elle est retournée au village et elle a dit, `Venez rencontrer un homme qui connaît tout de moi’, et elle a embrassé la grâce du Christ si profondément que tout ce qu’elle a fait a été un acte de louange.”

“Eugene Peterson a dit, dans Le Message,” `C’est ce que vous êtes et la façon dont vous vivez qui comptent devant Dieu. Votre louange doit engager votre esprit dans la poursuite de la vérité. C’est le genre de personnes que le Père recherche : Ceux qui sont simplement et honnêtement eux-mêmes devant Lui dans leurs louanges` et cela est beaucoup plus que s’égayer le dimanche matin”, dit- elle.

“Cela veut dire que quand j’agis dans la vérité, c’est un acte de louange à Dieu”, dit- elle.”Et se tenir dimanche matin, en chantant le bon hymne au bon moment et appeler cela la louange, ne la rend pas forcément véritable.”

“Seriez-vous étonné si je vous disais qu’une fois j’ai eu une expérience de louange pendant que je regardais un film?” demanda-t-elle tout à coup, et puis elle continua sans attendre de réponse.

“C’est vrai; je regardais `Le Seigneur des Anneaux`le premier, quand ils commencent le voyage, et je me suis trouvée en louant Dieu en regardant Frodo lutter pour accepter le fardeau dont on l’avait chargé. Ma mère, elle a Alzheimer, et ce n’est pas facile” dit la serveuse, les larmes coulant de ses yeux.

Gregory a tendu la main afin de toucher son bras.” Ma grand-mère a eu Alzheimer” dit-il. “C’est... il hésita,”difficile”.

“Prêchez mon frère”, dit la serveuse, avec un demi sourire pendant qu’elle essuyait son visage mouillé. “Vous savez, ce truc de louange, vous pourrez commencer par Romains 12; cela parle complètement de louange, bien que vous ne le sauriez pas par la façon dont certains prédicateurs le balancent comme une grande collection de règles a suivre.”

“Dans Le Message, il est dit `Voici ce que je veux que vous fassiez, avec l’aide de Dieu: prenez votre vie quotidienne, ordinaire- dormir, manger, aller au travail, et vivre sa vie, et placez- la devant Dieu comme une offrande. Embrasser ce que Dieu fait pour vous est la meilleure chose que vous pouvez faire pour Lui”, dit-elle.

“Pour moi, ce veut dire que si je vis ma vie de la manière que Dieu désire que je la vive, et je m’accorde avec ma forme ( la personne pour laquelle Il m’a formée), alors juste vivre ma vie sera un acte de louange. ”


“Je crois que je comprends votre point de vue”, répondit Gregory, “C’est comme dans le film`Chariots de Feu`, Eric Liddell, le personnage principal, il a été un coureur Olympique et un chrétien zélé, et il a dit `Quand je cours, je sens que ça plait à Dieu`. Il a su que Dieu l’avait créé avec un don pour courir, et donc il a plu à Dieu en courant.”

“Exactement”, dit-elle. “Et plaire à Dieu est un acte de louange; vivre votre vie quotidienne, ordinaire peut être un acte de louange si vous démontrez une attitude de gratitude.”

“Maintenant vous commencez avoir l’air d’un prédicateur”, plaisanta Gregory.

“Je deviens tellement excitée juste à y penser”, dit la serveuse. “Vous connaissez Beth Moore, l’enseignante de la Bible?”

Gregory hocha la tête.

“J’ai assisté à une de ses conférences une fois, et elle a raconté une histoire sur trouver un rasoir”, dit-elle. “Elle a été à Birmingham ou un coin comme ça, et il faisait tard dans la nuit et elle avait besoin de se raser les jambes, mais quand elle a regardé dans son sac de voyage elle ne pouvait pas trouver son rasoir. Elle a pensé que sa fille de quinze ans l’avait probablement emprunté en oubliant de le remettre en place.”

“Alors, elle a éclaté en sanglots”, dit la serveuse. “Croyez moi, c’est typiquement féminin ; donc , elle a pleuré et elle s’est couchée, et ensuite vers trois heures du matin, elle s’est réveillée avec l’impression que le Saint Esprit lui disait de regarder dans le panier cadeau que l’hôtesse de la conférence avait laissé dans la chambre d’hôtel.”

“Beth a regardé dans le panier, et il y avait là un de ces petits rasoirs jetables”, dit la serveuse.

“Et alors elle s’est mise à genoux et commença à louer le Dieu de l’univers pour avoir pourvu à tous ses besoins, y compris un rasoir en plastique peu cher dans un panier de fruits”, plaisanta-t-elle. “ Le Dieu qui est propriétaire des bêtes des montagnes par milliers et qui a créé le monde par Sa Parole est aussi capable de pourvoir un rasoir en plastique bon marché au moment de notre besoin.”

O mon Dieu”, ajouta-t-elle avec une fausse voix de fille de la campagne”. “Littéralement, O mon Dieu ! Mais voilà mon point, la réponse de Beth a été un acte de louange, un acte de louange à cause d’un drôle de petit rasoir jetable.”

“Prenez votre vie quotidienne et placez-la devant Dieu”, dit Gregory, en paraphrasant Le Message.

“Embrasser ce que Dieu fait pour vous....”.

“C’est ça”, dit la serveuse. “C’est aimer du plus profond de ce que vous êtes, afin que votre vie devienne un acte de louange. Écoutez, j’ai un ami qui est vraiment impatient, et un jour il entrait à toute vitesse dans un Mc Do et le Saint Esprit lui a tapé sur l’épaule et a dit,` Entraîne-toi à être au second plan `, c’est la façon dont Eugene Peterson traduit une partie de Romains 12; je pense verset 10 ou 11.”

“Donc mon ami s’est arrêté et il a tenu ouverte la porte pour une famille qui venait derrière lui”, dit-elle. “Et enfin quand il est arrivé dans la queue, il a remarqué qu’il a reçu ses hamburgers 45 secondes après les personnes qu’il avait laissées passer devant lui. Alors, pensa-t-il, qu’importe au regard de l’éternité si j’ai mis une minute supplémentaire afin de recevoir mes burgers?”

“Mais il m’a aussi dit qu’il avait réalisé que tenir cette porte ouverte était un acte de louange parce qu’il l’a fait comme un acte sacrificiel pour Dieu, dit-elle. C’est bien éloigné de la louange du dimanche matin mais cependant, c’est la cœur de la louange.”

“Vous me faites penser d’un moine qui s’appelle Frère Lawrence”, dit Gregory. “Il a été assigné à la corvée de cuisine dans le monastère, mais Dieu lui a enseigné que même les tâches inférieures– les choses comme préparer les repas et faire la vaisselle– pouvaient aussi être des actes de louange”.


“Il a dit que pour la louange, il ne s’agit pas de changer ce que vous faites, mais de changer votre attitude envers ce que vous faites” dit Gregory. “Prenez ce que vous faites normalement pour vous même et commencez à le faire pour Dieu, et cela devient un acte de louange. J’ai essayé de convaincre ma femme qu’elle a une opportunité de louer Dieu chaque fois qu”elle change la couche du bébé, et que je ne veux pas la priver de ce moment spécial de louange !”

“Et je suis d’accord avec vous, dans l’église aujourd’hui, nous accordons une importance particulière à la pensée qu’il faut sortir de notre routine quotidienne afin de louer vraiment Dieu. Hors, nous devrions insister sur la pratique de sa présence à chaque instant.” dit Gregory.

La serveuse répondit, “C’est vraiment le plus grand commandement n’est-ce pas? Aimer le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de toute pensée et de toute votre force! Je pense que cela nous enseigne que chaque fois que vous exprimez votre amour pour Dieu, vous Le louez.”

“Et peu importe où vous êtes, ou quand cela a lieu, et nous sommes presque au point où cette conversation a commencé”, dit Gregory.

“J‘apprécie ce repas de pensées”, ajouta-t-il, en voyant des clients entrer. “ Au fait, je m’appelle Gregory.”

“Samantha”, dit-elle.

“Samantha, la samaritaine .... au puits, au café ,” dit-elle en riant. “Je devrais retourner au Pays Des En-cas.”

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires
  • EdithMa Il y a 6 années, 6 mois

    le plus profond texte ke j jamais lu...
  • franoise Il y a 8 années, 12 mois

    alléluia! merci pour ce message. Gloire à toi Seigneur car même a travers le net tu trouves les mots qui sont un baume pour l'âme en souffrance. je ne lis pas systématiquement tous les messages c'est donc bien conduite par ton Esprit que je surfe sur la toile , Béni sois tu Seigneur!
  • EnMarcheEtDesiree Il y a 9 années, 5 mois

    Ce que dit cette femme est vraiment ce que je crois et revis de plus en plus intensément comme le premier amour de la conversion. Y a rien de plus beau que d'être habité par Celui qui est la vie et qui donne vit à chacun de nos moments si on les vit intensément, pleinement conscient de son amour sans limite pour nous. C'est tellement simple, mais il faut accepter de redevenir comme un petit enfant pleinement confiant dans les bras de ses parents. Merci Seigneur pour ta vérité qui nous affranchit de l'esclavage des choses trompeuses et inutiles. Merci parce que tu désires vivre pleinement en nous.
  • Afficher tous les 5 commentaires