La femme peut-elle parler ou enseigner à l'église ?

La femme peut-elle parler ou enseigner à l'église ?

Les textes le plus souvent cités :

Pendant l'instruction la femme doit garder le silence, en toute soumission. Je ne permets pas à la femme d'enseigner ni de dominer l'homme. Qu'elle se tienne donc en silence.
C'est Adam, en effet, qui fut formé le premier. Eve ensuite. Et ce n'est pas Adam qui fut séduit, mais c'est la femme qui, séduite, tomba dans la transgression.
Cependant elle sera sauvée par sa maternité, à condition de persévérer dans la foi, l'amour et la sainteté, avec modestie.
1 Timothée 2.11-15

Comme cela se fait dans toutes les Églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées: elles n'ont pas la permission de parler; elles doivent rester soumises, comme dit aussi la Loi. Si elles désirent s'instruire sur quelque détail, qu'elles interrogent leur mari à la maison. Il n'est pas convenable qu'une femme parle dans les assemblées.
1 Corinthiens 14.33-35

Le dilemme

Soit on applique à la lettre tous les préceptes de Paul à Timothée, voire de la Bible : laver les pieds, lever les mains au ciel, faire obéir les esclaves, doubler le salaire pour les bons anciens, remarier ou écarter les jeunes veuves, faire taire les femmes, boire du vin (oui, il l'a dit!), limiter le fitness.… soit on interprète.

L'interpréter, ce  n'est pas diminuer la valeur de la Bible, bien au contraire. Pour comprendre le message de Dieu au-travers de sa Parole, il est important de bien comprendre le contexte de sa rédaction et d'en vérifier la traduction.

Le contexte

Paul veut limiter des débordements et l’influence de certaines femmes dans des situations données. On ne peut pas appliquer tels quels ses préceptes sans tenir compte de leur contexte.

La société grecque, comme la juive, ne reconnaît pas le droit à l’éducation intellectuelle et spirituelle des femmes, les reléguant à la maison. (« Que les paroles de la Torah soient brûlées plutôt que mises entre les mains d’une femme. » Talmud, Sota 8.10a) Seules quelques femmes de familles aisées et de culture grecque pouvaient rivaliser intellectuellement avec les hommes.

Ephèse, où vit Timothée, est un haut-lieu du culte d’Artémis, déesse de la fertilité, d'où l'importance des femmes et des prêtresses. Certaines, face à une société machiste, pensaient qu'une petite revanche ferait du bien...

L'Église est touchée par des mouvements hérétiques qui renient les bases de la foi. 1 Timothée 1.20 ; 4.1-3  ; 5.15 ; 5.20 ; 6.3-10 ; 6.20-21… Certains (pré-gnostiques) prétendent que la connaissance a été apportée par Eve et combattent le mariage. On trouve des traces de ces enseignements dans des évangiles apocryphes.

De nombreuses veuves, avocates ou propagatrices de fausses doctrines, prennent l’ascendant sur l’Eglise d'Ephèse.

L'église de Corinthe connaît aussi bien des problèmes avec des nouvelles converties, d'anciennes prostituées sacrées descendues de l'Acropole de cette ville.

Dans les premières églises, perpétuant la tradition hébraïque, hommes et femmes sont séparés comme dans les synagogues. Un brouhaha est dû aux questions posées par les femmes à leurs maris de l’autre côté de l’assemblée. Nous avons fait le test à l'église d'Avenches... ce n'était pas triste :-)

Le texte

1 Timothée 2.12 : - Enseigner : didasko = donner des directives normatives. Le Nouveau Testament n’était pas encore rédigé. Les Apôtres et Paul étaient garants de l’orthodoxie de la foi et ne pouvaient pas permettre à chacun d'y ajouter son grain de sel.

- Dominer : authenteo = gouverner, prendre le pouvoir, être instigateur (d’un meurtre…), tuer de ses propres mains… La femme n'a pas à prendre sa revanche.

- En silence : hèsuchia = toujours traduit par tranquillité, calme. Traduit seulement ici par silence (doit-on vraiment remercier le traducteur ?).

v. 13-14 : Réponse à la doctrine gnostique : Eve n’a pas donné la connaissance. Au contraire, elle a fait chuter Adam. Elle fut séduite à cause de ses sentiments, et Adam désobéit en toute connaissance de cause.

v. 15 : La femme sera sauvée (comme l’homme, d’ailleurs) par Jésus qui est venu par la maternité d’une autre femme, Marie. Ce passage est à mettre en parallèle Avec Romains 5 où Paul écrit que le péché est entré dans le monde par une homme, Adam, et le salut apporté par un autre homme, Jésus-Christ.

1 Corinthiens 14.34 : Comme le dit aussi la Loi : Paul est imprégné de la culture juive. Il est intéressant de constater la distance que Paul garde dans ses Epîtres avec la Loi juive... et qu'il l'utilise ici pour justifier sa position vis-à-vis des femmes.

v. 35 : Parler : laleo = émettre un son, discourir, raconter, bavarder… Les femmes étaient donc invitées à poser les questions à leur mari après l’office, et non au-travers de l’assemblée.

Des traductions bibliques révèlent la mentalité de certaines époques où il était difficilement concevable qu’une femme exerçât un poste à responsabilité.

L'évolution historique

La société était hyper-masculinisée. Par contraste, Jésus a donné de l’importance aux femmes. Elles furent d'ailleurs les premiers témoins de sa résurrection. Le ministère féminin a existé dans l’Eglise primitive, mais était peu répandu. Il le sera encore moins par la suite, reléguant les femmes aux tâches subalternes.  Un citation pour vous faire hurler ? Elle est de Tertullien, un Père de l'Eglise, vers 200 : " Femme, tu es la porte du Diable... C'est à cause de toi que le Fils de Dieu a dû mourir. Tu devrais toujours t'en aller vêtue de deuil et de haillons afin d'expier en toi ce qui dérive d'Eve."

A partir de la Réforme, un mouvement inverse s'amorce. Luther lui-même a dit : "L'ordre, la bienséance, l'honneur exigent que les femmes se taisent lorsque les hommes parlent; mais lorsqu'aucun homme ne parle, il devient nécessaire que la femme prêche." Dans les Eglises issues de la Réforme et des mouvements de réveils, on trouve actuellement toutes les positions, de la plus fermée à la plus ouverte. L'Eglise Catholique Chrétienne (séparée de Rome) ordonne des femmes prêtres, tout comme l'Eglise Anglicane.

Aujourd'hui

Ephésiens 5.21-25 : Soumettez-vous les uns aux autres; femmes, soyez soumises à vos maris comme au Seigneur (...) Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l'Église et s'est livré lui-même pour elle.

Galates 3.28 : Il n’y a plus l’homme et la femme. Dans le service, il y a plus important.

Vivons et travaillons en Eglise dans la soumission mutuelle, valable pour tout chrétien, homme ou femme. Je ne crois pas au leader tout-puissant qui n'a de comptes à rendre à personne mais à la redevabilité, au travail d'équipe et à la complémentarité dans le respect et l'amour réciproque. Il y a certes des rôles dirigeants, mais la seule tête est le Christ. (Ephésiens 1.22)

Remarquons que les tâches subalternes moins valorisantes peuvent tout aussi bien être exercées par les hommes !

Le but ici n'est pas de porter des jugements sur des groupes ou des milieux divers mais d'ouvrir des horizons de réflexion. La pluralité des opinions a toujours existé dans le christianisme. Il suffit de voir la multitude des Eglises. Des contextes culturels, historiques ou locaux peuvent pousser dans une direction plutôt qu'une autre. Nous sommes cependant appelés à nous comprendre et à nous apprécier même si nous ne partageons pas toujours les mêmes avis.

Moi qui suis prisonnier à cause du Seigneur, je vous demande donc instamment de vous conduire d'une manière digne de l'appel qui vous a été adressé : soyez toujours humbles, aimables et patients, supportez-vous (= portez, tenez fermement) les uns les autres avec amour. Efforcez-vous de conserver l'unité que donne l'Esprit, dans la paix qui vous lie les uns aux autres. 
Ephésiens 4.1-3

Abandonnons les réflexes machistes ou féministes. Encourageons-nous à servir le Seigneur et aimons-nous les uns les autres selon Jean 15.17.

Complément d'enquête

La Bible cite-t-elle des ministères féminins ? Ils sont rares, mais ils existent.

Déborah était juge et prophétesse en Israël. Juges 4.4

Hulda était prophétesse. Son message fut à l'origine d'une importante réforme religieuse en Israël. 2 Rois 22.14

Hommes et femmes étaient disciples de Jésus et se sont retrouvés dans la chambre haute après l’Ascension. Actes 1.14

Je répandrai mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes. Actes 2.17-18

Les 4 filles de Philippe prophétisaient. Actes 21.9

Junia(s) est episemos apostolos = « estampillée apôtre » ou « considérée comme apôtre » (et non « considérée par les apôtres »). La Bible du Semeur traduit : « Andronicus et Junia... ce sont des apôtres remarquables ». Avec son compagnon, elle est donc apôtre, même si certains traducteurs de nos bonnes vieilles Bibles ont eu du mal à l'admettre. Romains 16.7

Phoebé est diakonos = diacre, ministre. Romains 16.1. Le même mot qu'utilise Paul pour lui-même dans Ephésiens 3.7 et pour Timothée dans 1 Thessaloniciens 3.2. Certains traducteurs choisissent d'appliquer aux femmes le mot diacre et aux hommes celui de ministre.

Evodie et Syntyche ont été collaboratrices de Paul et ont participé à ses combats. Philippiens 4.2-3

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
64 commentaires
  • bi olivier balo Il y a 4 mois

    oui les femmes peuvent servir Dieu car Dieu dit dans les derniers jours je répandrai mon esprit sur toutes chairs vos filles et jeunes prophétiseront
  • Jean-François Il y a 6 mois, 1 semaine

    En Christ l'homme et la femme ont les mêmes prérogatives..celle de s'exprimer, de participer, d'exercer une autorité par exemple celle d'enseigner dans l'Eglise.. Je comprends l'enseignement pas seulement à l'image de celui du ministère pastoral. Dans l'église chacun reçoit un appel, dans lequel le principal enseignement donné aux autres est celui du témoignage de foi, une foi vécue qui se veut référente.....car chacun est revêtu de l'autorité de l'Esprit qu'il utilise dans le cadre de sa particularité, de sa personnalité.. Nous confondons souvent l'autorité commune à tous et celle liée à l'exercice de notre fonction. Je n'ai pas l'autorité de celui qui est comptable, car je n'ai pas les compétences pour m'en réclamer. Pourtant, j'ai la même autorité spirituelle que lui, en tant que chrétien...autorité dans la soumission à Christ qui en est le chef, et l'inspirateur...mais aussi dans une soumission réciproque...... Chacun devant veiller à son comportement et s'avertir mutuellement en cas de besoin...d'autre part, dans l'église de Christ, il n'y a pas de service subalterne, mais complémentaires. C'est ce que nous devons constamment rechercher et vivre... Modifié il y a 6 mois, 1 semaine
  • laudo Bénévole du Top Il y a 7 mois

    "Je ne permets pas à LA femme d'enseigner", 1 Timothée 2.12. Le contexte et le texte au singulier indique qu'il s'agit d'UNE femme qui semait le désordre avec des tendances gnostiques. On ne peut pas fermer le ministère à toutes les femmes à cause d'une. Que se passerait-il si l'on en faisait de même avec tous les hommes ?
    • roup.tsiglari Il y a 5 mois, 4 semaines

      Bonjour, non je n'ai pas lu, et pour vous dire franchement, je n'ai pas très envie, car je me doute que se soit dans le même esprit que votre analyse, qui est certainement une synthèse de ces autres études. Et si nous arrivons pas à nous mettre d'accord sur le fait que 1timothée 2:12 s'adresse aux femmes en général et pas à une seule en particulier, je vois ce que je peux faire de plus, alors que cela va de soit. Deuxièmement, faire une analyse sur d'autres analyses de la Bible avec lesquels vous êtes d'accord idéologiquement pour conclure que la Bible va dans ce sens alors que pas du tout, je trouve cela fort critiquable. Par exemple certains protestants accepte le mariage pour tous, ils se trouvent également des sois-disants docteurs, experts, qui sont surtout fort dans la réthorique et les pirouettes théologiques afin de justifier leurs idées, et au final ils prétendent évidemment que c'est biblique. Tout le monde peut faire ça pour justifier n'importe quelle idée.
    • laudo Bénévole du Top Il y a 6 mois

      Bonjour cher frère. Avez-vous lu les études qui sont citées quelques commentaires plus bas ? Les développements sont intéressants.
    • roup.tsiglari Il y a 6 mois

      Si vous êtes enseignant de la langue française, alors c'est encore plus grave pour vous. Je vais me persuader de croire que c'est juste une faute d'inattention, car en tant qu'enseignant de la langue française, c'est paradoxale de pas savoir comment elle fonctionne. Autre hypothèse, et je n'ose y croire, c'est adapter la Parole de Dieu à ses idées, et cela pousse à tordre le sens des Écritures pour qu'elles s'adaptent à sa propre l'idéologie. Voici d'autres versions françaises qui montrent votre incompréhension du texte : ‭‭1 Timothée‬ ‭2:12‬ ‭Parole de Vie 2017‬‬ Je ne leur permets pas d’enseigner ni de dire aux hommes ce qu’ils doivent faire. Elles doivent donc garder le silence. Pourtant il n'était pas nécessaire de préciser autant. La langue française se comprend très bien. Je vous rappelle d'aller voir le texte original grecque pour vérifier que cela ne s'adresse pas à une seule femme en particulier. ‭‭1 Timothée‬ ‭2:12‬ (Semeur) Je ne permets pas à une femme d’enseigner, ni de prendre autorité sur l’homme. Qu’elle garde plutôt une attitude paisible. Imaginons que vous êtes chez vous et que vous dites "je ne permets pas à un enfant de prendre un couteau", cela concerne a un seul enfant ou bien tous en général ?
    • laudo Bénévole du Top Il y a 6 mois

      Merci, je suis enseignant de la langue française... lire le contexte de l'Epître montrera les problèmes qu'il y avait à Ephèse. On parle des femmes, oui, et là on en montre une qui devait vraisemblablement semer la zizanie et à qui Paul demande le silence.
    • roup.tsiglari Il y a 6 mois

      Bonjour, ce verset ne s'adresse pas du tout à UNE seule femme, c'est "la femme en général", c'est à dire toutes les femmes, comme en témoignent les versets précédents (1Tim2:9-10), c'est comme cela que fonctionne la langue française, et c'est traduit fidèlement d'après les textes originaux qui ne vissent pas non plus UNE femme en particulier. Autre exemple quand Jésus dit (Matthieu‬ ‭4:4‬) : "Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" Cela ne concerne pas UN seul homme. Dieu vous bénisse.
  • Afficher tous les 64 commentaires