L’amour, encore l’amour, toujours l’amour !

L’amour, encore l’amour, toujours l’amour !

Répondant à une question du jeune homme riche, Jésus se permet de concentrer dans un seul verset, cette double injonction : honorer ses parents et aimer son prochain. Dans ce rapprochement, il souligne que nos premiers prochains ce sont nos parents et tous ceux de notre famille. Nos prochains les plus proches sont notre conjoint(e), nos enfants, nos parents. L’amour commence là !

“Honore ton père et ta mère” et  “Tu aimeras ton prochain comme toi-même” (Matthieu 19.19).

Aimer, ce sont de petites choses, toutes simples. Aimer, c’est lui dire : "Comment vas-tu ? Veux-tu un café ? Es-tu fatigué(e) ? Que puis-je faire pour toi ?" Aimer, c’est lui envoyer un message, lui passer un coup de fil, lui dire un bonjour, lui souhaiter son anniversaire, c’est une lettre, c’est une petite surprise, c’est une invitation du cœur, c’est aller marcher ensemble, lui écrire un poème, lui offrir des fleurs, glisser un gentil message dans sa valise, alors qu’il (elle) part en voyage … C’est faire des choses pour l’autre, sans raison, sans calcul… C’est accueillir l’autre tel qu’il est, l’écouter avec son cœur, ne pas se presser pour le juger, le critiquer ou le condamner. Aimer, c’est être capable de dire : “A ta place j’aurais fait pire”. “Pardon, je regrette”. “Tu es la personne qui compte le plus pour moi”. “Je t’aime”.

Aimer, c’est regarder l’autre avec les yeux du cœur. La parole peut mentir mais le regard ne ment pas. Aimer, c’est le (la) prendre dans tes bras, pleurer sur son épaule, lui faire un sourire, c’est simplement être là et lui dire je suis avec toi.

Aimer, c’est donner confiance, encourager, féliciter. C’est pouvoir lui dire avec sincérité : “C’est beau ce que tu as fait”. N’attendez pas la mort d’un proche pour faire son éloge. Faites son éloge de son vivant, c’est cela aimer. Aimer, ce n’est pas compliqué, c’est à la portée de tous, c’est à la portée des sages et des ignorants, des enfants et des vieillards.

Ma chère maman n’avait pas appris à lire, mais elle savait aimer. Voici ce que j’ai écrit à son sujet : “Toujours tu as aimé, comme Dieu nous dit d’aimer : Aimer, c’est se donner, sans rien attendre, sans compter. Tes leçons faites de sagesse et répétées avec tendresse, nous ont appris à notre tour, la valeur du mot amour”. L’amour est la plus grande des choses qui subsisteront quand tout aura disparu (1 Corinthiens 13.13).

Si l’amour ne nous habite pas, il nous manque tout dans la vie. Mais si nous aimons et sommes aimé(e), alors la vie en famille devient la plus extraordinaire des expériences humaines.

Seigneur, viens m’apprendre à aimer mon épouse, mon mari, mes enfants, mes parents, comme toi tu aimes. Amen !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires