La souffrance a-t-elle une valeur spirituelle ?

La souffrance a-t-elle une valeur spirituelle ?

Nos sociétés occidentales cherchent à tous prix à éliminer la souffrance physique de nos vies. Pourtant beaucoup de nos contemporains, adultes comme enfants, souffrent de manière plus cachée dans leur âme ...
Pour nous chrétiens, la souffrance aurait-elle une valeur spirituelle et éducative qu'il nous faudrait accepter, découvrir ou redécouvrir ?

D’une manière habituelle, aucun être vivant, animal ou végétal ne recherche la souffrance ou n’aime souffrir. 

Si on s’en tient à l’être humain, la souffrance nous accompagne pourtant dès notre naissance, parfois même dès notre conception, et jusqu’à la fin de notre vie terrestre. Qui d’entre nous n’a jamais souffert ?

Que dit le dictionnaire ?

Définition : 

La souffrance est le fait de ressentir une douleur physique ou morale.

Synonymes :

Affliction, blessure, chagrin, déchirement, douleur, épreuve, mal, peine, torture, tourment.

Quelques exemples concrets : 

La faim, le froid, la douleur physique (mal de dents, accouchement, mal de dos …), la douleur morale (abandon, rejet, jugement …).

Inutile de faire une étude poussée pour réaliser le côté sombre et négatif de cette approche classique.

Souffrir, mais pour quoi ?

Voici quelques éléments du parcours proposé par Paul Calzada.

La souffrance a-t-elle un sens ?

Quelques exemples bibliques :

Les épreuves que nous avons à endurer dans cette vie sont, somme toute, légères et éphémères ; elles nous préparent, pour l’éternité, une plénitude de gloire dépassant tout ce que nous pouvons imaginer.
2 Corinthiens 4.17

Jésus lui-même a connu la souffrance

Pendant sa vie terrestre, Christ a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété.
Ainsi, bien qu’étant Fils, il a appris l'obéissance par ce qu’il a souffert.
Et parfaitement qualifié, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel.
Hébreux 5.7-9

Si Jésus, (bien qu’il soit le Fils éternel de Dieu) est passé par l’école de la souffrance, nous sommes avertis que nous aurons, nous aussi, à passer par cette école.

Qu’est-ce que Jésus a appris ? A cette école, il a appris l’obéissance ! Pour ce qui nous concerne, à l’école de la souffrance nous pouvons apprendre : l’humilité, le pardon, la reconnaissance, l’amour, la fidélité… Le fait que la Bible nous dise que Jésus a appris l’obéissance, c’est comme si Dieu mettait le doigt sur l’une des leçons des plus difficiles à apprendre : l’obéissance.

Grâce à son obéissance, Jésus est devenu source de salut pour le monde, et par conséquent pour chacun de nous.

Quand la souffrance est utile !

L’une des maladies des plus mortelles est le cancer, pourquoi ? Parce que le cancer pendant la première phase de son développement est indolore. Il n’y a pas ce signal d’alarme qu’est la douleur, et malheureusement, cette absence de souffrance entraîne un manque de vigilance dangereux. Certaines personnes sont totalement insensibles à la douleur, suite à des lésions cérébrales ou à des facteurs génétiques. Cette absence de douleur, au lieu d’être une chance, est un problème majeur. Sans la souffrance, il n’y a plus de signaux d’alarme, et le risque de passer à côté d’une grave maladie est encouru.

Certaines souffrances peuvent avoir cette utilité de nous faire prendre conscience d’un mal profond enfoui au plus profond de notre être : le péché. Alors nous sommes en mesure d’appliquer le traitement qui s’impose : Le sang de Jésus qui nous lave et nous purifie de tout péché (1 Jean 1.7).

Rendus inébranlables par la souffrance

"Après que vous ayez souffert un peu de temps, Dieu vous rendra inébranlables" (1 Pierre 5.10).

Dieu désire que nos épreuves et souffrances d’aujourd’hui ne restent pas inutiles, mais servent à améliorer notre capacité à devenir de plus en plus solides dans la foi. Dieu, comme un sage architecte, désire développer en nous des aptitudes à résister de mieux en mieux aux diverses épreuves auxquelles nous pouvons être exposés. Son objectif n’est pas de nous engloutir mais de nous rendre de plus en plus forts et solides. Il vise en chacun de nous une maturité de plus en plus grande.

Le perfectionnement par la souffrance !

Souvenez-vous de Joseph qui a connu le rejet, la prison, la calomnie, l’oubli et la servitude ; or, tout ce chemin de souffrance contribuait à le perfectionner.

Passez-vous par la souffrance en ce moment ? Perte d’emploi, maladie, séparation, deuil, rejet…sont peut-être votre lot ? Souvenez-vous que Christ a connu lui-même la souffrance et qu’il peut vous secourir dans vos souffrances, et vous permettre de vous perfectionner.

La souffrance teste nos fondations

"La pluie est tombée, les torrents sont venus… elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc." (Matthieu 7.24-27).

Jésus rappelle que le test véritable d'une maison est celui de sa solidité face aux épreuves. Si, la partie invisible de la construction est négligée, c'est-à-dire la fondation, tôt ou tard l'édifice s'écroulera. Si nous bâtissons nos vies en mettant en pratique les paroles de Jésus, nos souffrances ne nous anéantiront pas, nous resterons enracinés dans cette espérance du royaume qui vient. 

Changer le mal en bien

"Heureux ceux qui placent en toi leur appui ! … Lorsqu’ils traversent la vallée des larmes, ils la transforment en un lieu plein de sources, et la pluie la couvre aussi de bénédictions." (Psaumes 84.6-7).

C’est parce que l’apôtre Paul avait compris cela qu’il a écrit : "Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu." (Romains 8.28). Oui toutes choses ! Les bonnes, les agréables, mais aussi les souffrances, les douleurs, les pleurs et les drames.

- Paul Calzada - 



Pour aller plus loin

Vous pouvez revoir l’émission de L’Eglise De Demain : L'Église, c'est faire AVEC Dieu - Alain Stamp y souligne le besoin, qu'ont les chrétiens, d’être enseignés dans la théologie de la souffrance.

En conclusion

Les quelques extraits de la formation proposée par Paul Calzada nous apportent plusieurs éléments de réponse, et l'insistance d'Alain Stamp sur la théologie de la souffrance renforce encore ces interpellations. 

Si vous êtes, personnellement ou l'un de vos proches, dans la vallée de la souffrance, nous prions que le Saint-Esprit vous visite et vous fasse du bien dans votre corps, votre âme et votre esprit. Vous pouvez déposer une requête dans notre groupe de prières sur Facebook. Nos intercesseurs y prieront pour vous.

                                                                           Fraternellement,

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

25 commentaires