Des enseignements texte, audio et vidéo pour grandir dans la foi et vous ressourcer !

Le charpentier de Nazareth

Le charpentier de Nazareth

Marc 6 : 1 à 6

V 1 Jésus partit de là, et se rendit dans sa patrie. Ses disciples le suivirent.
V 2
 Quand le sabbat fut venu, il se mit à enseigner dans la synagogue. Beaucoup de gens qui l’entendirent étaient étonnés et disaient : D’où lui viennent ces choses ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et comment de tels miracles se font–ils par ses mains ?
V 3
 N’est–ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? et ses sœurs ne sont–elles pas ici parmi nous ? Et il était pour eux une occasion de chute.
V 4
 Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents, et dans sa maison.
V 5
 Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit.
V 6
 Et il s’étonnait de leur incrédulité. Jésus parcourait les villages d’alentour, en enseignant.

Et le verset clef 3 : N'est-ce pas le charpentier ? 

I Introduction

Ce texte de l'évangile de Marc est très intéressant, parce qu'il nous parle de Jésus au milieu des siens, dans sa patrie (cf. Jean 1 : 11  Elle - la lumière - est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue.) ; nous pourrions dire dans sa famille, avec ses voisins, ceux qui sont sensés être ses amis et ses proches. L'expérience de Jésus sera aussi la nôtre si nous sommes ses disciples ; il est certain que le témoignage de la vérité auprès de ceux que nous côtoyons tous les jours ou presque, n'est pas des plus faciles.

Les gens de Nazareth ont dans un premier temps été étonnés par ses paroles, ces choses, ces miracles ; mais ils ont raisonné de manière humaine en ce qui concerne la personne de Jésus :
 
Son métier : il est le charpentier de Nazareth
Sa famille : ses frères et soeurs       

Et c'est à cause de ces réflexions que leur cœur s'est endurci dans I'incrédulité ; mais Jésus savait aussi que le temps viendrait où certains croiraient en lui (Jacques le frère du Seigneur deviendra le responsable principal de l'église de Jérusalem, Jude aussi jouera un rôle dans l'église primitive et les frères de Jésus écriront chacun une épître)

II Le fils ducharpentier

Matthieu 13 : 55 et 56

V 55  N’est–ce pas le fils du charpentier ? n’est–ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont–ils pas ses frères ?
V 56
 et ses sœurs ne sont–elles pas toutes parmi nous ? D’où lui viennent donc toutes ces choses ?

Matthieu retient l'expression fils du charpentier : Jésus a donc été considéré simplement comme le fils de Joseph, - cet humble artisan - de la ville de Nazareth, comme un homme parmi les hommes, quelqu'un qui, de par son origine modeste, ne pouvait pas prétendre à grand chose.

Mais c'était ignorer le dessein de Dieu, sa façon d'agir et même les prophéties de l'Ecriture qui ne peuvent être anéanties ; Dieu a su prendre un berger pour en faire un roi, un exilé et un banni pour faire sortir son peuple d'Egypte, et il est celui qui a envoyé son fils dans le monde, non pas dans la toute puissance de sa gloire, mais comme l'humble fils adoptif de Joseph. Pour citation :choses faibles et fortes.

 
I Corinthiens 1 : 26 à 31

V 26  Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.
V 27
 Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ;
V 28
 et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire au néant celles qui sont,
V 29  afin que personne ne se glorifie devant Dieu.
V 30
 Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus–Christ, qui par la volonté de Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption,
V 31
 afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

III le charpentier

Quant à Marc, il retient l'expression plus simple mais plus parlante en ce qui concerne le Seigneur Jésus lui-même à savoir que pendant un temps très court peut-être mais suffisamment long, il a été le charpentier. Jésus a donc exercé une profession : il travaillait avec les siens et pour les siens.

C’est aussi pour cela que le Seigneur Jésus peut nous comprendre lorsqu' après une journée de travail nous sommes fatigués, harassés ; il peut nous comprendre lorsque nous sommes en souci en ce qui concerne notre vie professionnelle, inquiets quant à l’avenir. Mais s’il nous comprend, il peut aussi nous dire « ne vous inquiétez de rien ! » et « le lendemain prendra soin de lui même ».

Il y a aussi le fait que Jésus a été semblable à nous :

Hébreux 2 : 17 et 14

Jésus aété fait semblable à nous en toutes choses pour pouvoir devenir, pour nous un grand sacrificateur compatissant et fidèle...

et aussi

comme nos enfants participent à la chair et, au sang, il y a aussi participé...

Le grand silence

Le grand silence de l'Ecriture en ce qui concerne la vie de Jésus, c'est son enfance et son adolescence : de l'âge de 12 ans à l'âge d'environ 30 ans ; si ce n'est cette expression très importante de Luc 2: 52

Et Jésus croissait en sagesse en stature et en grâce 

L’apprentissage

a) l’apprentissage intellectuel et spirituel 

Entre 6 et 10 ans le jeune Juif apprenait à lire à la synagogue et le seul livre était la Bible c'est-à-dire l'Ancien Testament : Jésus a donc connu cet enseignement de base mais n'a certainement pas connu par contre l'enseignement rabbinique plus « élevé ». De cette façon Jésus a été à l'abri des influences malsaines de la piété pharisaïque, de l'influence des saducéens et des autres partis religieux de sa nation : quel témoignage de sagesse de la part de notre Dieu !

b) l’apprentissage manuel

Après l'apprentissage intellectuel, l'apprentissage manuel dans l'atelier de son père adoptif. Dans sa sagesse divine le Père avait choisi Joseph afin d'élever Jésus : cet homme était pieux et obéissant, tout comme Marie. Jésus a dû, très jeune, fréquenter l'atelier du charpentier. Comme tout jeune Juif, il devait savoir travailler de ses mains. Jésus a donc appris le métier de charpentier ; il regardait faire Joseph, et il faisait de même, comme il le fera ensuite avec le Père Eternel.

Jean: 5 : 19 et 20

Le Fils ne peut -rien faire de lui-même, s'il ne voit faire au Père ; car tout ce que le Père fait ,le Fils le fait pareillement, parce que le Père aime le Fils et qu'il lui montre tout ce qu'il fait.

Après l'apprentissage, le fils a dû assumer la charge du père, puisque Marc ne parle plus du fils du charpentier mais du charpentier ; après le décès de Joseph, Jésus s'est retrouvé le responsable et le nourricier des siens : il a travaillé dans l'atelier de son père.

Mais Jésus devait quitter l'atelier de son père adoptif, ses frères étant devenus grands, pour s'installer dans l'atelier de son Père céleste, non pas pour être le nourricier de quelques-uns, mais pour être le pain de vie du monde entier.

c) l'apprentissage auprès de la nature

Jésus a vécu en milieu rural et a pu bénéficier de l'enseignement de la nature et de la création ; c'est ainsi que déjà, l'esprit de Jésus a pu retenir de nombreux exemples qui lui serviront lorsqu'il parlera en paraboles.  

IV l’atelier de Joseph et l'atelier divin

Nous ferons une comparaison entre l'activité du père adoptif et celle du Père céleste :    

Certains commentateurs des Saintes Ecritures ont pensé que Joseph n'était pas simplement charpentier mais entrepreneur de bâtiments: mais ce n'est pas ce que dit Justin ("un père " de I’Eglise) qui possédait parfaitement le grec de cette époque et qui pense que Jésus était bien un charpentier. Ce fait est confirmé par le sacrifice de Joseph et de Marie au temple de Jérusalem. Joseph, selon la loi de Moïse, offre 2 tourterelles ou 2 jeunes pigeons pour leur purification rituelle, montrant ainsi leur modeste revenu.

Lévitique 12 : 6 à 8

V 6 Lorsque les jours de sa purification seront accomplis, pour un fils ou pour une fille, elle apportera au sacrificateur, à l’entrée de la tente d’assignation, un agneau d’un an pour l’holocauste, et un jeune pigeon ou une tourterelle pour le sacrifice d’expiation.
V 7
 Le sacrificateur les sacrifiera devant l’Eternel, et fera pour elle l’expiation ; et elle sera purifiée du flux de son sang. Telle est la loi pour la femme qui enfante un fils ou une fille.
V 8
 Si elle n’a pas de quoi se procurer un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, l’un pour l’holocauste, l’autre pour le sacrifice d’expiation. Le sacrificateur fera pour elle l’expiation, et elle sera pure.

Le bois

C’est le matériau principal. Le charpentier de l'antiquité était aussi menuisier, ébéniste et parfois même sculpteur : on peut dire que tout ce qui était en bois passait par ses mains. Le bois dans l'Ecriture nous parle de l'homme ; de l'humanité avec sa « noblesse » et sa faiblesse : l'exemple de Jésus dans son abaissement humain (exemple de la construction du tabernacle : les planches et presque tous les ustensiles).

Les outils
 
a) pour mesurer.

La corde à tracer ; la mesure juste du charpentier. Non pas pour la construction, d'une idole …

Comme Esaïe 44:,13 à 17

V 13  Le charpentier étend le cordeau, Fait un tracé au crayon, Façonne le bois avec un couteau, Et marque ses dimensions avec le compas ; Et il produit une figure d’homme, Une belle forme humaine, Pour qu’elle habite dans une maison.
V 14
 Il se coupe des cèdres, Il prend des rouvres et des chênes, Et fait un choix parmi les arbres de la forêt ; Il plante des pins, Et la pluie les fait croître.
V 15
 Ces arbres servent à l’homme pour brûler, Il en prend et il se chauffe. Il y met aussi le feu pour cuire du pain ; Et il en fait également un dieu, qu’il adore, Il en fait une idole, devant laquelle il se prosterne.
V 16
 Il brûle au feu la moitié de son bois, Avec cette moitié il cuit de la viande, Il apprête un rôti, et se rassasie ; Il se chauffe aussi, et dit : Ha ! Ha ! Je me chauffe, je vois la flamme !
V 17
 Et avec le reste il fait un dieu, son idole, Il se prosterne devant elle, il l’adore, il l’invoque, Et s’écrie : Sauve–moi ! Car tu es mon dieu !

 …mais pour une construction harmonieuse des objets. Il est question dans les évangiles de la mesure dont nous mesurons les autres :

Matthieu 7 : 1 et 2

V 1 Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.
V 2
 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.

Le Seigneur Jésus est venu pour rétablir l'harmonie dans nos coeurs et dans l'univers entaché par le péché ; l'homme aime la démesure : il est capable du grandiose et du décadent, vivant dans un équilibre instable.

b) pour tracer

Le crayon à tracer et le compas ; de la même façon que le charpentier trace des contours pour les bonnes dimensions le Seigneur Jésus nous amène à un cadre précis pour nos vies ; lui-même a déterminé un chemin pour nos vies : chemin de salut, de grâce et de victoire, même si- ce chemin est rocailleux, il mène jusque dans le divin séjour.

c) pour travailler le matériau

La hache ; pour couper l'arbre, pour le déraciner et pouvoir s'en servir pour la création d'un objet utile ; nous avons besoin d'être débarrassés de nos vieilles racines de religiosité de vanité et autres, pour être utiles entre les mains du Seigneur.

La scie pour élaguer ; le ciseau, la coupeuse, le foret, les limes, les poinçons, les rabots et les racloirs. Ces outils existaient du temps du Seigneur Jésus et bien évidemment ils sont utilisés pour obtenir le morceau de bois désiré : forme, dimensions, rôle etc... Nos vies sont entre les mains du Maître charpentier qui les destinées à un rôle spécifique pour son Royaume et sa Maison.

Laissons-nous "tailler" et "couper" par les temps et les circonstances permises par Dieu, même si cela nous est difficile ... nous sommes dans l'atelier du Grand Maître !

d) pour former et monter le matériau :

Le maillet et le marteau : ce dernier pour le gros ouvrage, le premier pour ce qui est plus délicat ; mais pour le même but : la réalisation de l'ouvrage ! Bien entendu il est question là, de la parole de Dieu qui est :

« comme un marteau qui brise le roc »Jérémie 23: 29.

e) pour monter et fixer les différents éléments 

Les chevilles et les clous : ils sont indispensables au maintien bien que discrets, voire invisibles : c'est là l'image des épreuves, des luttes et des difficultés mais qui sont aussi des victoires pour notre Dieu lorsqu'il intervient en glorifiant son Nom ! Il faut bien reconnaître qu' ici-bas s’il n'y avait plus de lutte notre nature charnelle et pécheresse reviendrait pour notre perte et notre destruction. Mais Dieu maintient toute chose pour l'accomplissement de sa volonté.

Les objets créés

a)      pour le bâtiment

Plafonds , portes , fenêtres, solives, lambris, escaliers, poutres etc... (en chêne, cyprès, cèdre) Jésus bâtit notre maison si nous mettons sa Parole en pratique : il s'occupe de la structure et de l'ossature également (les maisons de l'antiquité avaient beaucoup de bois).

Matthieu 7: 1 à 6

1  Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.
2
 Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.
3
 Pourquoi vois–tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois–tu pas la poutre qui est dans ton oeil ?
4
 Ou comment peux–tu dire à ton frère : Laisse–moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien ?
5
 Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.
6
 Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent.

b)      pour le foyer

Boîtes, cuillers, sébiles (petites coupes de bois) chaises, tabourets, tables, divan, etc. Ce sont les objets quotidiens du foyer et nous souligne l'intérêt du divin charpentier pour notre vie intérieure : 

Apocalypse 3 : 20
Je souperai avec lui
 
c) les objets aratoires: (en mûrier)

- des crèches

Le laisser vivre en nous                                                                     
- des charrues :
Luc 9: 62

être propre au Royaume des Cieux                                                  

- des jougs : prendre le joug du Seigneur :

Matthieu 11 : 29 et 30

V 29  Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes.
V 30  Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

- les outils pour battre le blé:

Les ouvriers de la moisson

Luc 10 : 2

V 2  Il leur dit : La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

d) les bateaux :

Cela nous parle de la barque des disciples et de notre propre esquif. Jésus est notre capitaine pour le port de la cité céleste.

e) les objets d'arts

Instruments de musique, sculpture (chérubin du temple) etc. ... c'est la louange, l’adoration, la vie de l'Esprit avec des bois nobles : ébène, santal, buis :

V La pièce maîtresse, de l'oeuvre du charpentier JESUS

LA CROIX

C'est la seule pièce de bois qu'il n'a pas travaillée mais que l'homme pécheur lui a offerte : nous sommes de piètres charpentiers !

Nous prêchons Christ crucifié, ressuscité, glorifié et qui revient !
0 commentaire
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
The city harmonic We are
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...