Le leader et les situations de crise

Le leader et les situations de crise

Depuis des siècles, les chrétiens ont toujours eu besoin que le pasteur intervienne dans leurs crises. Le métier de pasteur est l’un des seuls métiers où on intervient directement dans la vie privée des gens et l’intervention pastorale fait partie du ministère, autant que la prédication. Gary Gulbranson a dit : « Tous les pasteurs vivent sur une faille. La question n’est pas si mais quand va avoir lieu la crise ». Dans un des premiers cours que j’ai suivi dans ma formation biblique, le pasteur Daniel Decary y explique quel est le rôle d’un pasteur dans les crises courantes que peuvent vivre les brebis. Dans ce cours qui s’appelle « Situations de crise », il fait une approche intéressante du sujet. Laissez-moi partager quelques points avec vous.

En réalité, une crise n’arrive jamais au bon moment et elle peut se propager vite comme un feu de forêt. Le pasteur y aura un rôle clé. Clinebell dit que le pasteur est le conseiller naturel en cas de crise. C’est donc à lui de s’équiper et de se préparer.

Comment peut-on définir une crise ?

Une crise est un déséquilibre produit par la perception d’une menace ou d’un ajustement que l’on trouve difficile à contrôler. La crise peut être positive ou négative. Elle provoque un changement dans notre vie qui nous pousse à l’ajuster (ex. : mariage, naissance,…). Si on croit qu’une crise va arriver, on est déjà en situation de crise. La crise est généralement produite par un évènement inattendu et soudain. On peut parfois l’anticiper, ce qui permet de diminuer son ampleur. Les dix événements déclencheurs les plus importants peuvent se classer ainsi :

1. La mort d’un époux(se)
2. Le divorce (mort d’une relation)
3. La séparation
4. La sentence de prison
5. La mort d’un membre de la famille
6. La blessure physique
7. Le mariage
8. La perte d’un emploi
9. La réconciliation dans un mariage
10. La retraite

Face à ce genre d’événements, il est important de prêter attention à ces quatre avertissements :

1. Un pasteur ne peut pas être efficace s’il fait  partie de la crise.

2. Comme les sauveteurs, le pasteur ne doit pas se laisser attraper par le cou pour ne pas sombrer dans la crise de la personne. Il lui faudra, parfois, juste lancer la bouée de secours.

3. Le pasteur doit toujours garder son sang froid (sans être froid lui-même) même si c’est la première fois qu’il aide une personne en difficulté. La formation et les expériences l’aideront pour cela.

4. Le pasteur va parfois se sentir sans ressources. De telles situations sont souvent bonnes car elles l’obligeront l’intervenant à se confier entièrement à Dieu. Après tout, nous ne sommes que des outils !

Il faut également comprendre qu’une crise est une opportunité :

1. Une crise peut-être un moyen de croissance pour la personne aidée et son pasteur.
2. Lors d’une crise, les relations vont s’approfondir entre les deux parties - On n’oublie pas les gens qui nous aident dans une situation de crise.
3. Après une crise, une église peut devenir unie – Et c’est la même chose au niveau d’une nation (11 septembre 2001).
4. Une crise pourra laisser un grand sentiment de satisfaction qui envahira celui qui aide - C’est un privilège d’être l’outil de Dieu dans la vie de quelqu’un – Il est possible de voir des résultats très vite dans les situations de crise de ceux qu’on aide.


Alors, comment réagir en cas de crise ?

1. En offrant une présence
C’est quelque chose de puissant. Les crises isolent les gens (dans les chambres d’hôpital, par exemple) et l’isolement vient intensifier la douleur. Les gens ont souvent plus besoin de présence que de conseil et il ne faut pas sous-estimer l’impact de la présence.

2. En écoutant attentivement
La pire erreur est de donner des conseils avant d’écouter. Les gens ont besoin de s’exprimer et il faut résister à la tentation de sortir nos clichés spirituels au risque qu’ils ne se sentent pas compris. Il est nécessaire d’être à l’aise avec nos émotions et celles des autres. Ce n’est peut-être pas notre première intervention mais c’est peut-être la première crise pour l’autre personne. Même si parfois, on n’écoute pas à cause de nos préjugés, chaque situation mérite notre attention.

3. En clarifiant la situation
Une crise médicale ou même la mort exigeront des décisions. Il y a souvent des décisions majeures à prendre et les gens ont besoin qu’on les aide à établir des priorités. Il arrivera parfois au pasteur d’assister les gens devant les médecins.
 
4. En tentant de contrôler les dommages
Il est important de contrôler la quantité de répercussions qui peuvent venir d’une crise car souvent, une crise en amène toujours d’autres.
 
5. En définissant la ou les prochaine(s) étape(s)
Il est bon de donner une série de rendez-vous suite à une crise pour amener les gens à franchir les étapes qui leurs permettront de s’en sortir.
 

Beaucoup de pasteurs et de chrétiens vous diront que les crises font souvent partie des meilleurs moments de leur vie chrétienne car les périodes difficiles ont produit une croissance et une plus grande communion avec Dieu. Même s’il est possible de croire que Dieu nous abandonne dans une crise, nous pouvons malgré cela aller vers une croissance. Il y a une perspective biblique de la crise qui est une réalité dans la vie des hommes mais qui ne changera jamais la souveraineté de Dieu. Tout existe par Lui, en Lui et sous Lui.

Une crise peut venir de Dieu Lui-même.
Il n’y a qu’à lire l’histoire de Saul de Tarse sur la route de Damas qui s’est fait rejeter du jour au lendemain par tous les juifs. Même les chrétiens ne voulaient pas de lui, il s’est retrouvé seul subitement. Moïse, les disciples de Jésus, des nouveaux convertis ont vécu des crises planifiées par Dieu qui aime nous garder vigilants et dépendants et qui nous ramène à Lui par des crises lorsque nous nous égarons, et cela par amour. Nous devons être ouvert à l’appel de Dieu même si cela provoque des changements radicaux.

Une crise peut être une conséquence de la progression naturelle de la création.
Les changements font partie de l’univers que Dieu a créé. Il y a un cycle à la vie et la mort est une réalité indéniable.

Une crise peut être favorisée par la pauvreté spirituelle du monde.
On peut voir cela dans la maladie, la violence, les crimes et le péché dans la vie des hommes.

La crise n’est pas négative ou positive à cause de sa source mais à cause de ce qu’on va en faire.
Toute crise a une raison d’être mais ce n’est pas parce qu’elle vient de Dieu qu’elle se terminera bien. Si les crises font partie de la vie ici-bas, qu’elles peuvent être voulues de Dieu, nous pouvons mieux les accepter quand nous comprenons qu’il y a un but à ce que l’on vit. Dieu m’aime tel que je suis mais il m’aime trop pour me laisser comme je suis et il veut me transformer à l’image de Jésus. Quand nous comprenons ce principe, il est plus facile d’expliquer pourquoi certaines choses arrivent et nous pouvons réaliser que les crises sont des outils de Dieu pour nous tailler et nous ajuster pour sa gloire. Nous pouvons juste accepter ou résister. La réponse à ce choix déterminera l’issue de la crise : croissance ou dysfonctionnement.

Nos ressources spirituelles pour vivre la crise sont multiples et elles permettent à Dieu de nous équiper pour faire face aux difficultés de la vie

Le caractère de Dieu.
Son amour, contraire du mal, de la destruction et de la souffrance ainsi que sa bonté qui dirige nos vies pour notre bien sont notre sécurité. Nous pouvons passer des crises avec cette paix qui surpasse toute intelligence

« Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » (Rm. 8. 31-32)

La Parole de Dieu.
La Bible donne un sens à nos vies. Sa lumière est un réconfort dans ce monde et nous savons que nous serons gardés, dirigés…
   
« Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Rm 8. 37-39)

« Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » (Ph 4. 6-7)

La puissance de la prière.
Dieu agit par la prière. Des choses ne se verront pas sans prière et nous pouvons demander à Dieu de nous aider à traverser la crise. Dieu ne peut pas arrêter la crise si c’est son moyen de faire l’œuvre.
   
Le Saint-Esprit.
Il nous console et nous réconforte

« et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. » (Mt 28. 20)

Par la prière et avec l’aide du Saint-Esprit, la relation avec Jésus est rendue réelle mais il faut le laisser faire à sa façon.

Le corps de Christ
Il a été créé par Dieu pour que les croyants puissent vivre en assemblée et recevoir du soutien. Notre marche ne serait pas aussi intense ou profonde sans l’Église. Quand un membre souffre, tout le corps souffre. Le corps peut-être paralysé à cause d’un orteil cassé. C’est pour cela que l’interdépendance est efficace et que l’ensemble est plus fort que la somme de ses parties. Un membre ne peut pas fonctionner séparé du corps.

«  Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. » (1Co 12. 12)

Que Dieu vous bénisse et vous aide à traverser vos situations de crise ainsi que celles des gens qui vous entourent !

 

Franck Slowik

Franck Slowik a obtenu son Certificat en Leadership en mai 2003. Il est actuellement en troisième année du baccalauréat en Théologie Pratique. Il est impliqué dans l'Association des étudiants de l’I.B.Q. ainsi que dans le département des soins pastoraux à l’Église Nouvelle Vie de Longueuil. Marié avec Camille et papa de Matthias, ils viennent tous les trois de Dax, France (40).


0 commentaire