Le Réveil...

Le Réveil...

Aujourd’hui dans beaucoup d’églises, de groupes de prières ou de mouvements chrétiens divers, on parle beaucoup de réveil, ou plutôt du Réveil avec une majuscule.
Si le sujet préoccupe plus particulièrement peut-être les chrétiens pentecôtistes ou charismatiques, il concerne à l’évidence l’ensemble de l’Eglise: comment rester réveillé spirituellement, quand une multitude de facteurs extrinsèques comme intrinsèques, nous pousse à nous endormir ou à nous rendormir ?

Je perçois personnellement un grand danger à rechercher « LE » Réveil, comme une sorte de solution miracle à tous nos problèmes quels qu’ils soient, une sorte d’intervention divine qui nous remettrait définitivement à flots.
Le risque majeur serait d’idolâtrer le réveil et ses acteurs, jusqu’à en oublier le but : le salut de plusieurs, et l’auteur: Dieu.

Les réveils ont, de tout temps, suscité des réactions fortement marquées: soit un enthousiasme qui peut très vite devenir incontrôlable, soit un rejet sans appel, soit toutes sortes de positions intermédiaires dont l’indifférence.
De plus, ils s’accompagnent souvent de réactions physiques déroutantes, dérangeantes, quelquefois accusées d’être non-bibliques, et de miracles qui remettent en question certains chrétiens « bien-pensants » qui croient que Jésus-Christ ne guérissait qu’aux temps bibliques…

Nous ne pouvons pas rester indifférents sur ce sujet, mais il est normal que nous nous posions des questions :

  • Quels sont nos motifs, mes motifs, pour désirer un réveil ?
  • Qu’est ce que nous sommes prêts, et qu’est ce que je suis prête à engager, si Dieu œuvre aujourd’hui de cette manière ?
  • Est-ce possible de demeurer dans une attitude d’écoute attentive de Dieu, sachant que nous avons tout reçu en plénitude en Christ ?


Car à mon goût, un réveil qui comporte toutes les garanties du sceau de Dieu, ne devrait pas devenir un beau souvenir pour vieux routards chrétiens rêveurs et inoffensifs: Te rappelles-tu quand !?…

Nous pouvons relire un texte de Charles Finney (1792-1875) 
Les réveils religieux : Discours de Charles-G. Finney, M.Weber Editeur, Monnetier-Morneix, 1951, 4è édition revue:
« Un réveil présuppose que l’Eglise est tombée dans un état de déchéance. Le réveil consiste dans l’abandon par l’Eglise de son relâchement, et dans la conversion des pécheurs.
Un réveil implique toujours une conviction de péché de la part de l’Eglise.
Les chrétiens déchus seront amenés à la repentance.
La foi des chrétiens sera renouvelée.
Un réveil brise le pouvoir du monde et du péché sur les chrétiens.
Lorsque les Eglises seront ainsi réformées, la réforme et le salut des pécheurs s’ensuivront.» 

Remarque : Quatre des cinq points mentionnés concernent les chrétiens, donc, selon C. Finney, un réveil touche d’abord les chrétiens, puis, quand l’Eglise est renouvelée, les incroyants.

Conclusion : La fin de toutes choses est proche; soyez donc sensés et sobres pour vaquer à la prière. Avant tout, ayez les uns pour les autres un amour constant, car l’amour couvre une multitude de péchés. 1 Pierre 4 /7-8

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com


Retranscrit par les mains d’Elisabeth, ce récit rend la vie des siens dynamique et pétillante. Il nous fait passer des rires aux larmes, des concepts les plus rudimentaires à la philosophie de la vie...

L’ouvrage pourrait s’intituler carpe diem tant Elisabeth, malgré les difficultés traversées et communes à beaucoup d’entre nous, a su puiser de l’espoir dans sa foi, son goût de vivre et ses amis.

Découvrez et procurez-vous le livre "Hors-Piste" en cliquant sur ce lien ! 

11 commentaires
  • rozange Il y a 2 mois, 3 semaines

    Aujourd’hui dans beaucoup d’églises, de groupes de prières ou de mouvements chrétiens divers, on parle beaucoup de réveil, ou plutôt du Réveil avec une majuscule. Si le sujet préoccupe plus particulièrement peut-être les chrétiens pentecôtistes ou charismatiques, il concerne à l’évidence l’ensemble de l’Eglise: comment rester réveillé spirituellement, quand une multitude de facteurs extrinsèques comme intrinsèques, nous pousse à nous endormir ou à nous rendormir ? Quels sont nos motifs, mes motifs, pour désirer un réveil ? Qu’est ce que nous sommes prêts, et qu’est ce que je suis prête à engager, si Dieu œuvre aujourd’hui de cette manière ? Est-ce possible de demeurer dans une attitude d’écoute attentive de Dieu, sachant que nous avons tout reçu en plénitude en Christ ? Amen...................
  • Auxservicesdesautres Il y a 12 années

    Dieu est à l'oeuvre et il cherche chacun de nous, et pour nous chrétien le réveil doit se vivre chaque jour. Nous sommes vite endormi et si on est pas vigilant , on se laisse vite détourner par les choses de la terre, par nos soucis, par nos tracas mais on oublie vite que des âmes vont en enfer et que nous devons témoigner à chaque occasion. Mais il n"est jamais trop tard pour se réveiller. Merci Seigneur
  • Pierre-olivier Hilaire Il y a 12 années

    Je rougis et suis amoureux. Je dormais en classe pour ne plus penser à Stéphanie, que je trouvais laide. Un copain, Romain, me réveillait en cours, je dormais les yeux ouverts. J'ai appris avec mon expérience que la beauté vient du cœur. Merci pour votre message qui m'a rappelé des souvenirs.
  • Afficher tous les 11 commentaires