Le sacrifice suprême (2e partie)

Dans la première partie, nous avons vu que Dieu avait demandé à Abraham d’offrir son fils Isaac en sacrifice. Au moment où Abraham allait sacrifier Isaac, l’Ange de l’Éternel l’arrêta et lui montra un bélier afin qu’il l’offre en sacrifice à la place d’Isaac. Maintenant, dans cette 2e partie, nous allons jeter un coup d'oeil sur Le sacrifice suprême par excellence, celui de Jésus.

Cette semaine nous lisons : Épître aux Philippiens chap. 2 versets 5 à 11

Bien des gens voient Jésus comme étant seulement un homme bon ou un prophète mais pas plus. Pourtant la Parole de Dieu nous dit clairement que Jésus est plus que cela. Au verset 6, on peut lire ceci : « lequel (Jésus), existant en forme de Dieu ». Il est donc de nature divine. Ceci signifie qu’avant de venir sur terre Jésus vivait au ciel avec Dieu le Père, recevant l’adoration de tous les êtres célestes créés. Jésus lui-même, priant le Père dans le jardin de Gethsémané, a dit : " Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût." (Jean 17 : 5)

Jésus, partageant la même gloire que son Père, n’avait donc pas besoin de compétitionner avec Lui. Il n’était pas jaloux du Père. C’est pour cela qu’il n’a pas hésité à venir sur cette terre en tant qu’un simple homme. Il s’est dépouillé, non de sa nature divine, mais de son droit d’exiger des hommes l’adoration et l’obéissance absolue. Au lieu de se faire servir, il est devenu serviteur (vers. 7) Jésus a dit : « C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.» (Matthieu 20 : 28) Toute sa vie, il a obéi à Dieu son Père et cette obéissance l’a amené jusque sur la croix. (vers. 8) À l’époque, il n’y avait pas de mise à mort plus humiliante que celle-là. Il s’est donné lui-même en sacrifice par amour pour nous afin que nous soyons sauvées. Un jour, Jésus avait dit à ses disciples qu’ « il n’y (avait) pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15 : 13) Ce n’était pas seulement que de belles paroles pour épater la galerie mais il en a fait la tragique démonstration. Il est allé jusqu’au bout, jusqu’à la mort.

Heureusement que l’histoire ne s’arrête pas là. Trois jours après sa mort, Jésus est sorti vivant du tombeau avec un corps glorifié. Pour montrer qu’il avait satisfait les exigences de la justice de Dieu, le Père lui a donné un « nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. ». (Philippiens 2 : 9 à 11) Alors viendra le jour où tous, petits et grands, qu’ils le veuillent ou non, vont se prosterner devant Jésus-Christ et reconnaître qu’il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Alléluia!

Ma prière : Seigneur Jésus, aide-moi à réaliser avec quel grand amour tu m’as aimée pour que tu aies décidé de quitter la gloire céleste afin de mourir sur une croix pour que je sois sauvée.

Verset clé : Philippiens 2 : 8 : « Il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. »

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire