L’Eglise est-elle menacée par la modernité ?

L’Eglise est-elle menacée par la modernité ?

Il n’est pas rare d’entendre des propos divergents sur la question ! C’est le faux débat du 21ème siècle… Les uns défendent une approche plus traditionnelle, les autres encouragent une approche plus moderne. 

L’Eglise est-elle menacée par la modernité ?

Oui Non Je ne sais pas
2237 participants
Sur un total de 2237 participants
Dites-nous en commentaire pourquoi avoir fait ce choix !

Pour les uns, il faudrait que l’Eglise soit plus ou moins figée dans un schéma conventionnel. Dieu n’a pas besoin de nos supports humains pour être célébré. L’argument principal de cette approche affirme que Dieu regarde au cœur et non à la forme de nos célébrations. Jésus n’avait pas de micro pour prêcher l’Evangile et les disciples ne disposaient pas de lieux de culte chaleureusement aménagés avec des lumières et des instruments de musique sophistiqués. Dès lors il n’est pas nécessaire que l’église soit trop moderne, car si elle devient moderne, elle devient forcément mondaine ! 

Pour les autres, l’approche est totalement différente. L’Eglise doit être témoin du Dieu qui s’est incarné dans l’histoire. En fonction de la génération dans laquelle nous vivons, nous devons proclamer et diffuser l’Evangile de façon adaptée et pertinente.

Le message de la croix demeure le message central et ne peut en aucun cas être dilué, mais la manière de le proclamer peut évoluer au fil des générations. En résumé, cette approche affirme que le fond ne peut pas changer mais la forme peut et doit s’adapter en fonction de la génération dans laquelle l’église est engagée. 

Il nous faut être témoin de Christ dans notre génération et pas dans celle de nos ancêtres ! 

Que dit la Bible sur notre manière de célébrer Dieu  ?

  • Est-elle pour ou contre la modernité ? 
  • Y a t il des choses qui honorent Dieu et d’autres choses qui le déshonorent ?

Forcément les Saintes Ecritures répondent à ces questions. Sans vouloir être exhaustif, je vous partage ici quelques éléments de réponses en utilisant  des arguments  bibliques, historiques et socio-culturels.

Arguments bibliques

1) « Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4.24)
2) Dieu (Père, Fils et Saint-Esprit) est le centre de nos réjouissances (Matthieu 4.10)
3) Dans la Bible, l’adoration communautaire est souvent présentée comme une fête célébrée en l’honneur de l’Eternel. Les fidèles célèbrent Dieu pour qui il est, et pour ce qu’il a fait en faveur des hommes. Nous pouvons également constater que dans la première alliance, les fêtes de l’Eternel ressemblaient à des concerts de louange et d’adoration. Le Dieu de la vie était célébré dans un élan de joie et de ferveur communautaire intenses (Esdras 3.10-13). Pour les moments de recueillement, Jésus lui-même préconise de les vivre dans l’intimité de notre chambre (Matthieu 6.6)

4) Les dispositions du coeur sont fondamentales, mais les supports inventés par les hommes peuvent être intégrés à la célébration (Psaume 150)
5) Ce qui déshonore Dieu c’est le manque d’amour, l’impureté, l’orgueil, la superficialité, la jalousie, les médisances, les calomnies, les rivalités etc... (Galates 5.19-21), mais il n’y a aucun texte biblique qui affirme que les supports / instruments et médias déshonorent Dieu !

Ce n’est donc pas le “type d’église” qui est déterminant, mais les dispositions de notre cœur !

Arguments historiques

6) Les formes que nous qualifions  aujourd’hui de « traditionnelles » ont été qualifiées de « modernes » quand elles ont été inventées. Il en va de même pour l’architecture de nos églises et pour les cantiques qui sont chantés chaque dimanche. Les cantiques que nous qualifions aujourd’hui de « traditionnels » étaient très « modernes » au moment où ils ont été chantés pour la première fois. Pour la petite histoire, le Réformateur allemand du 16ème siècle, Martin Luther a volontairement utilisé des musiques de cabarets / mondaines avec des paroles inspirées de l’Evangile pour le culte dominical. C’est ce qu’on appelle l’acculturation ! 
7) À ceux qui disent : « Jésus n’a pas utilisé de micro et les disciples ne disposaient pas de lieux de culte chaleureusement aménagés, donc il n’est pas nécessaire d’utiliser des médias modernes pour organiser le culte ».... Je répondrai simplement que Jésus n’habitait pas non plus dans une maison fournie en électricité, chauffage central et eau courante. Jésus et les premiers chrétiens ne se déplaçaient pas avec des moyens de transports modernes comme la voiture, le train ou l’avion... donc si nous voulons à tout prix « vivre » comme Jésus, il faudrait aussi renoncer à tout le confort que nous offre la vie moderne au 21ème siècle. Question de cohérence ! 
8 ) Il est faux d’affirmer que les premiers chrétiens n’ont pas utilisé de médias pour diffuser l’Evangile et célébrer Dieu ! 
- Le NT a été écrit en Grec Koïnè pour optimaliser la diffusion de la Parole de Dieu.
- Les Manuscrits bibliques sur parchemins et papyrus étaient les médias de l’époque. 
Lorsqu’au 15ème siècle l’imprimerie a été inventée, la Bible a été le premier ouvrage imprimé et diffusé à grande échelle. 
Plus tard, d’autres supports ont été au service de l’Evangile... la radio, la télévision et tout récemment Internet ! 

Rien de tout cela n’est mauvais, pourvu que cela serve à glorifier Dieu et à répandre le message de l’Evangile efficacement. 
Gloire à Dieu pour les outils qui servent à diffuser l’Evangile ! 

Arguments socio-culturels

9) La Bible nous renseigne sur le contenu du culte, pas sur la forme. Il n’y a pas de textes dans le Nouveau Testament qui présentent  “l’unique façon” de célébrer Dieu. En réalité ce manque d’information n’est pas un vide. Cela laisse une marge considérable à la créativité et aux diverses expressions culturelles pour adorer Dieu. Au fil des siècles, la façon de vivre le culte s’est adaptée aux diverses cultures et générations. L’histoire nous apprend que  Dieu a été célébré dans toutes les générations et adoré dans toutes les cultures avec des supports différents. Dieu a toujours interagi au cœur d’une société humaine qui a toujours été en perpétuelle évolution et chamboulement. 
Les conventions socio-culturelles à l’époque des Patriarches, de l’Exode, de la monarchie, du temple et plus tard de l’Eglise ont toujours été intégrées. 

L’expression cultuelle a toujours su s’adapter aux diverses «cultures» dans toutes les générations !

Conclusion

Ce n’est pas la “modernité” dans l’Eglise qui représente une menace pour l’œuvre de Dieu !

La véritable menace, c’est de rendre la foi chrétienne austère, sclérosée, sèche, sans joie et sans vie. Ce ne sont pas les supports modernes qui déshonorent Dieu. Ne cherchez donc pas le problème du côté des lumières, des micros, des instruments modernes et des caméras dans l’église.

Comme le dit Jésus, « c’est ce qui sort du cœur de l’homme qui le rend impur. » 
(Marc 7.15)

Les mauvaises pensées et les mauvaises actions des hommes, voilà le vrai problème !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
151 commentaires
  • Un pseudo et cool Il y a 5 jours, 14 heures A voté(e) "Non"

    Ze cœur n'a pas l'obligation de technologies non plus.
  • Un pseudo et cool Il y a 5 jours, 14 heures A voté(e) "Non"

    Toutes musiques ou paroles de musiques sont-elles justes
  • Philippe Floirat Il y a 2 semaines, 3 jours A voté(e) "Oui"

    Bon, en bref, la notion de "modernité" est ici réduite à la technologie: la musique, la tuyauterie médiatique, etc. Je suis tenté de rajouter (c'est mon côté taquin) la tenue des prédicateurs: sneakers, T-Shirts moulants, oreillette et mise en plis à la Kendji Girac... Mais (excusez-moi) c'est vraiment voir uniquement la souris dans la pièce occupée par un éléphant ! Tous ces discours finalement très convenus et récurrents sur la nécessité d'adapter l'évangélisation au monde d'aujourd'hui omettent, à mon sens, une dimension fondamentale: ce monde est, comme jamais auparavant, celui prophétisé dans Esaïe 5:20. Or, j'ai de plus en plus l'impression que ce côté formel, dit "moderniste", vient recouvrir (un peu comme le glaçage sur un gâteau trop sucré) un évangile CONSENSUEL, où l'on évite soigneusement d'aborder les sujet qui fâchent. Par exemple: le mariage homosexuel, l'agressivité croissante des lobbies LGBT+++, les dégâts commis dans nos pays par un Islam politique conquérant, etc. Il me semble qu'il y aurait là matière pour bâtir un discours évangélique vraiment moderne ! Mais pendant ce temps là nous sommes trop occupés, visiblement, à discuter de la pertinence respective des guitares électriques et des pianos de grand-père, ou encore de l'utilisation ou pas d'internet, qui tient pourtant de l'évidence. Pauvre de nous...
  • Afficher tous les 151 commentaires