"Les Deux Chemins" (Première Partie)

"Les Deux Chemins" (Première Partie)

J’aimerais vous transmettre ici, l’expérience d’un excellent ami, en qui j’ai une totale confiance. Je le connais depuis longtemps et je sais que son témoignage est vrai.

Il y a quelques années, cet ami, disciple de Christ depuis sa plus tendre enfance, a décidé de prendre sa vie spirituelle plus au sérieux par rapport à sa marche personnelle avec Dieu.

Longtemps, il a mené ce qui pourrait s’appeler une “double vie de chrétien”, c’est à dire, une foi vécue surtout lors des réunions de l’église et d’évènements particuliers de la vie où, en tant que croyants, nous crions “au secours” à Dieu, et une fois sa réponse reçue, oublions peu à peu de le maintenir à la première place.

Ces deux dernières années, cet ami a fait d’immenses progrès, consacrant à nouveau sa vie à Christ, mettant sa famille à la première place, changeant de travail afin de passer plus de temps avec eux…

Puis, il y a quelques semaines, pensant que tout allait bien depuis de longs mois, il s’est à nouveau autorisé à prendre quelques libertés, en secret, qu’il savait être constitutives d’une rupture de la confiance entre sa femme et lui, ainsi que vis à vis de ses engagements envers ses enfants.

Il savait parfaitement ce qu’il devait faire pour “bien faire”, mais cette fois-ci, n’en eut pas envie… Cela vous semble familier ?

L’acte en lui-même ne semblait pas devoir affecter qui que ce soit, hormis lui-même. Il n’a fait “de mal” à personne, n’a rien commis de légalement répréhensible, sauf que sa femme découvrit son geste, et que l’Eternel son Dieu, le vit aussi.

Le texte qui suit, est en quelque sorte la réponse que son Sauveur lui envoya, alors qu’il était en déplacement pour son travail, endormi dans une chambre d’hôtel.


11 Août 2015, 2 Heures 02 du matin.

“J’ai eu un rêve, une rencontre cette nuit, que je veux mettre par écrit afin de me souvenir de chaque détail:

J’ai rêvé que je voyais un “homme” assis sur mon lit. Il était grand et d’apparence magnifique. Ses yeux étaient clairs comme des perles, ses cheveux luisaient comme du coton d’un blanc éclatant. Il était tellement brillant que je ne pouvais regarder son visage. Je m’assis d’un saut sur le lit, effrayé, mais il tendit vers moi sa main, que je pris. C’est alors que je vis que sa robe brillait d’un blanc constellé de paillettes d’or.

Il me conduisit à la porte de la chambre qui s’ouvrit d’elle-même sur un chemin qui se divisait immédiatement en deux. Deux routes différentes sur lesquelles il était possible de marcher. Celle de gauche était accueillante et fréquentée, alors que celle de droite, tout aussi belle, attirait moins de monde. Il me guida sur celle de gauche.

C’était un chemin recouvert de pierres plates neuves, agréables à fouler, qui rendaient la marche aisée. Nous arrivâmes rapidement devant une chaumière dont la porte ouverte laissait entrevoir une salle remplie de personnes joyeuses. Les gens allaient et venaient, heureux, donnant le sentiment de passer un excellent moment ensemble.

“L’homme” ne me fit pas entrer à l’intérieur. Au lieu de cela, il me conduisit plus loin. En marchant, je me rendis compte que le chemin n’était plus aussi beau qu’au début. Des herbes sauvages poussaient çà et là, les arbres avaient un aspect abîmé, comme desséchés.

Nous arrivâmes rapidement dans un petit village. Il y avait là aussi des habitants, mais ils ne semblaient pas heureux. Ils avaient une apparence de désespoir et de tristesse. Ils semblaient perdus.

“L’homme” me fit marcher au travers de ce village, mais personne ne tourna la tête dans notre direction. Rapidement le jour tomba et l’obscurité nous entoura. Je me rendis alors compte que les arbres autour de nous étaient morts, sans aucune feuille.

Soudainement, je sentis la présence de visages ou de créatures de chaque côté du chemin, juste en dehors de mon champ de vision. Si "l’homme" avec lequel je marchais les remarqua, il n’en donna nullement l’impression.

Nous commencions à avoir de la difficulté à voir quoi que ce soit dans cette obscurité, et j’étais en train de me dire qu’il était temps pour nous de faire demi-tour, quand la lumière qui émanait de “l’homme” avec lequel je marchais, révéla soudainement une porte. Il y avait de nombreux cadenas dessus, que je me mis à compter. Mais avant que j’eusse le temps de finir, la porte s’ouvrit d’elle-même malgré les verrous.

Une bourrasque d’air chaud, accompagnée d’une odeur terrible me sauta soudain au visage. Cela sentait tellement mauvais, que je tournai la tête instinctivement pour essayer de l’éviter. Il régnait une obscurité totale dans ce lieu, mais l’homme me conduisit quand même à l’intérieur.

Sa lumière faisait reculer les ténèbres et j’aperçus des escaliers qui descendaient vers un lieu loin, très loin de nous. Alors que nous les descendions, je vis apparaître des êtres semblables à des créatures de chaque côté de nous, en périphérie de sa lumière. Lorsque “l’homme” qui me conduisait passait, les créatures situées de son côté, tremblaient et détournaient le regard; mais lorsque je passais, celles situées de mon côté me regardaient avec une haine que je n’avais encore jamais vue.

Nous descendîmes si profondément, que j’en perdis toute notion de temps. D’un seul coup, il y avait là, des rangées de cellules, comme dans une prison, mais par millions, aussi loin que je pouvais regarder. “L’homme” s’arrêta devant l’une d’entre elles et me fit signe d’y entrer. Je ne voulais pas y aller, mais eus peur que quelque chose de pire puisse m’arriver si je choisissais de lui désobéir. Alors, j’en franchis le seuil.

La chaleur était intense et l’odeur comme celle de corps en décomposition. Je fus immédiatement lié par de lourdes chaînes et me retrouvai incroyablement seul, dans une solitude comme je n’en avais jamais vécu.

Soudain, sortant des ténèbres arrivèrent un millier de petites créatures. Elles avaient un corps semblable à celui de sauterelles, mais avec des têtes humaines, horriblement déformées. Elles montèrent d’abord le long de mes jambes, m’infligeant une douleur comparable à celle d’intenses brûlures partout où elles passaient. Elles furent rapidement sur tout mon corps, mon visage et ma tête. C’est à ce moment que je pus les entendre dire “qu’elles étaient là pour me torturer pendant les premiers mille ans”.

Je me mis à hurler vers l’homme qui m’avait conduit là, mais aucun son ne sortit de ma bouche, alors je criai à Dieu de m’aider.

D’un seul coup j’étais à nouveau avec “l’homme”, à la croisée des deux chemins. Il me conduisit alors sur celui de droite… “


A suivre !



“C’est ce qui paraîtra le jour où, conformément à l’évangile que je prêche, Dieu jugera par Jésus-Christ le comportement secret des hommes.” Romains 2:16.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Le livre de Rachel Miquel Dufour est sorti !

A l’heure où le mot « sexe » est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi et que beaucoup se posent des questions sur comment aborder le sujet en couple, en famille et même entre amis, Rachel Miquel Dufour nous offre une vision de la sexualité équilibrée, avec un angle novateur… Sexualité et spiritualité pourraient donc être associées (?!). Découvrez "Hourra pour le va-jay-jay" (en partenariat avec Paul et Séphora)

12 commentaires
  • alephetjosue Il y a 4 années, 1 mois

    Bonjour. J'ai partagé ce message par mail et de vive voix avec tous ceux que j'ai pu . La Parole de Dieu est "vraiment vraie" et chaque aspect de ce "rêve" peut être prouvé par des écrits de la Bible; Merci Eric-Vincent de nous l'avoir partagé et merci surtout à cet ami de t'en avoir accordé la permission. Dieu vous bénisse! Nous attendons la suite... Dieu bénisse toute l'équipe du Top Chrétien.
  • Frederic Kawa Il y a 4 années, 1 mois

    Seigneur, aie pitie de moi, pardonne-moi mes mauvaises actions envers Toi. gloire a Toi Seigneur Jesus Christ. Amen.
  • sarayi Il y a 4 années, 1 mois

    Seigneur, garde-moi afin que je n'emprunte pas une voie qui me mène à la destruction.Amen
  • Afficher tous les 12 commentaires