Les épreuves qui viennent du péché N°21

Le jour où le péché et la mort seront définitivement engloutis, l’univers tout entier sera rempli de la gloire de Dieu. Satan et ses disciples seront, quant à eux, cantonnés à l’étang de feu. La mort, apparue dans le monde comme salaire ou conséquence du péché, sera le dernier ennemi à être vaincu. Nous vivons pour l’instant dans cette immense parenthèse où le péché fait encore ses ravages.

Dans les multiples équipes missionnaires que j’ai conduites ou auxquelles j’ai participé, j’ai constaté que la majorité des épreuves, toutes catégories confondues, venaient de nos propres paroles et de notre conduite. Contrairement à ce que l’on pense généralement, les plus grandes difficultés ne viennent pas des serpents, des araignées ou des moustiques, du climat, de la fatigue ou des maladies, des défis financiers, des pannes diverses ou de l’opposition des ennemis de l’Evangile, mais de ce qui sort de nos propres bouches ou émane de nos attitudes. Les conflits et les problèmes relationnels sont les raisons premières du découragement des missionnaires et, pour certains, de l’abandon de leur champ d’action.
La vie et la mort sont au pouvoir de la langue (Poverbes 18:21), elle profère bénédictions et malédictions. Jacques, dans sa lettre, avertit les chrétiens qu’elle peut devenir un venin mortel. Quelqu’un a dit: «Il y a plus de meurtres par la langue que par les fusils et les canons.» C’est pourquoi: «Celui qui veille sur sa bouche se garde des angoisses.» Proverbes 21:23.
Paul, quant à lui, nous exhorte prioritairement, et avec raison, à être des modèles en paroles et en conduite. Nous nous limiterons ici à ces deux aspects en suivant le conseil de l’apôtre.

Les paroles qui bénissent

Bénir: nous avons le droit de dire du bien de quelqu’un, même derrière son dos.
Encourager, aider, conseiller, enseigner et créer: nos paroles ont un pouvoir créateur. Le courage, la consolation, l’idée nouvelle, la solution, l’espérance, la joie et même la guérison peuvent sortir de notre bouche.
Prophétiser: mettre notre langue au service de l'Eternel. En fait, les neuf dons de l’Esprit sont en relation directe avec elle.
Evangéliser: «Comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler?» (Romains 10:14).Le salut de l’humanité dépend aussi d’une langue obéissante et sanctifiée. Paul donne la raison profonde de son exhortation à Timothée: «Car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent.» (1 Timothée 4:16) «Le salut vient de ce que l’on entend...»
Confesser les choses positivement: Connaissez-vous l’histoire de ce fabricant de chaussures qui envoya deux de ses émissaires prospecter indépendamment dans une peuplade lointaine? Quelques jours après, il reçut un message de chacun d’eux. Le premier déclarait: «Abandon du projet; ici, personne ne porte de chaussures!» Le second disait: «Envoyez immédiatement crédits et ouvriers; ici, personne ne porte encore de chaussures!» Le premier avait un regard pessimiste, qu’il aurait, bien entendu, défendu comme réaliste. La vision du second gestionnaire était aux antipodes: enthousiaste, il voyait là l’occasion inespérée de chausser une population tout entière! Les gens négatifs sont persuadés de regarder la réalité en face, mais leurs propos sentent la mort.
Nous pouvons compléter cette liste avec des domaines de poids tels que prier, édifier ou tout simplement communiquer avec amour.

Mise en page de Marianne Dubois

Carlo Brugnoli est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site: www.carlobrugnoli.net

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • christou Il y a 9 années, 4 mois

    très vrai parfois je reconnais que si j'avais plus fais confiance à la parole de DIEU que je connais et que le connaissais quand j'ai décidé de faire ce que je voulais ma situation serait differente aujourdhui mais je compte en L'AMOUR DE DIEU