Être ou ne pas être un bon parent ?

Être ou ne pas être un bon parent ?

Ce matin, j’ai eu droit à un spectacle majestueux au lever du jour. C’est le moment de la journée que j’apprécie le plus : l’aube🌤. Le ciel si sombre s’illumine au fil des minutes comme si Dieu là-haut était en train de tourner un interrupteur. La toile noire a changé de couleur, elle est devenue pastel avec des touches de rose et de parme. Les arbres nus se découpent à la perfection dans cette bulle de douceur et leurs branches noires dansent dans la brise fraîche. Soudain, des cris. Une flopée de corbeaux fend la voûte, ils virevoltent en grand nombre en croassant les uns plus fort que les autres. C’est magique !

Être parfaite (n’a aucun intérêt)

 Et puis, la machine est lancée et c’est la course🚴🏽‍♀️ pour préparer les jumelles pour l’école. Finie la quiétude de tout à l’heure. On court dans la maison à la recherche de la chaussure disparue ! D’une oreille distraite, j’écoute Cassie 😭gémir que son lait est trop chaud. Encore en pyjama, je m’affaire à finir la lunch box, à hurler aux filles au sous-sol de s’habiller rapidement et bien sûr à trouver à Cassandre une solution. Je fais trois choses à la fois, sans en apprécier aucune, je n’aime pas être dans la rapidité.

Je me mets une pression folle pour devenir une maman parfaite. Dans mon idéal, j’aimerais que mes filles soient bien habillées, polies et sages, prêtes à l’heure, sans crises de larmes de dernière minute. C’est souvent l’inverse ! Elles sont pleines de vie, oublient de dire bonjour et reviennent avec des trous dans leurs pantalons. Leur chambre est un champ de bataille où je passe mon temps et mon énergie à ranger derrière elles (après leur « rangement »). Et, parfois, Abigaëlle pleure parce que ses cheveux sont en pétard juste avant d’aller à l’école. 😧😨😩

Je souhaiterais ne jamais leur crier après. Être cette maman parfaite et câline, celle qui lit des histoires avant de dormir et prie avec ses filles. Tout cela, sans oublier d’être soignée et bien vêtue et ce, dès 6 h du matin. Encore une fois, ce n’est pas comme ça ! 

Je fais ce que je peux (par Sa grâce) !

 Ce midi, avec Cassandre, nous avons déjeuné un plat de spaghettis bolognaise. Durant ces moments-là, j’aime partager avec elle, avoir de vraies conversations du haut de ses 4 ans. Inspirée, je lui demande :

— Selon toi Cassandre, comment être une bonne maman ?🧐

D’emblée sans réfléchir, elle répond :

— Il faut bien travailler pour avoir de l’argent. Nettoyer la maison. Jouer avec ses enfants. Et toi maman, tu es beaucoup beaucoup une bonne maman.😍😘

Sa réponse est criante de vérité. Elle m’a reboostée pour la journée.

La réalité est simple aux yeux d’un enfant. Ils comprennent qu’on doit travailler pour payer les factures. Ils voient qu’on fait des efforts pour que la maison ait une bonne atmosphère et surtout qu'on prend du temps pour eux. 

Finalement, ce qui compte, ce n’est pas d’être ou ne pas être parfaite ! C’est de faire de mon mieux chaque jour pour instruire mes filles vers le chemin du Seigneur🙏.

Joël 1.3 « Racontez-le à vos enfants, et que vos enfants le racontent à leurs enfants, et leurs enfants à la génération qui suivra ! »

Transmettre la vérité

Être parent, c’est comme une course de relais.

Je suis en pleine course (en tant que maman), un jour ce sera celle des filles. La course des mamans ! J’ai la vérité à bout de bras, je la tiens en moi et à chaque occasion, j’ai le privilège de la transmettre à mes enfants. Un loupé, une vérité ! Une erreur, une valeur ! Un péché, un verset ! Quand elles seront adultes, elles auront la charge de passer le relais à leurs enfants et ainsi de suite !

« Seulement, prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont vues, et qu'elles ne sortent de ton cœur ; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants. » Deutéronome 4.9

 Leçon du jour :

À toi d’écrire de quelle façon tu vois ton rôle de parent !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com

Tout chez Bérénice Flocon n'était que désert et montagne. Sa vie, elle l'avait passée seule, entourée de sa montagne d'ouvrages dans la bibliothèque où elle travaillait : La Cabane aux livres. Elle avait pour seuls compagnons, ses romans. L'amour, elle en rêvait à travers les mots. Un matin de novembre, alors que Bérénice se trouvait dans son grenier, elle tomba sur un carnet vert sapin. Un carnet qui bousculera le cours de son existence. Mais qui se dissimule derrière le mystérieux, amoureux, L.C, auteur du carnet ? "J'ai gravi la montagne et touché le ciel" est une comédie romantique dans laquelle on retrouve les saveurs de l'hiver : chocolat chaud, feu de cheminée, plaid duveteux. Mais surtout un roman qui amène le lecteur à se libérer des préjugés et à toucher le ciel. Procurez-le vous ici.

2 commentaires
  • Crescence Il y a 2 mois, 1 semaine

    Merci pour ce beau message qui nous poussent à réflechir sur notre rôle de parent. Par une auto-évaluation j'ai déjà noté les points à améliorer. MERCI
  • rozange Il y a 2 mois, 1 semaine

    t puis, la machine est lancée et c’est la course🚴🏽‍♀️ pour préparer les jumelles pour l’école. Finie la quiétude de tout à l’heure. On court dans la maison à la recherche de la chaussure disparue ! D’une oreille distraite, j’écoute Cassie 😭gémir que son lait est trop chaud. Encore en pyjama, je m’affaire à finir la lunch box, à hurler aux filles au sous-sol de s’habiller rapidement et bien sûr à trouver à Cassandre une solution. Je fais trois choses à la fois, sans en apprécier aucune, je n’aime pas être dans la rapidité. La réalité est simple aux yeux d’un enfant. Ils comprennent qu’on doit travailler pour payer les factures. Ils voient qu’on fait des efforts pour que la maison ait une bonne atmosphère et surtout qu'on prend du temps pour eux. Je suis en pleine course (en tant que maman), un jour ce sera celle des filles. La course des mamans ! J’ai la vérité à bout de bras, je la tiens en moi et à chaque occasion, j’ai le privilège de la transmettre à mes enfants. Un loupé, une vérité ! Une erreur, une valeur ! Un péché, un verset ! Quand elles seront adultes, elles auront la charge de passer le relais à leurs enfants et ainsi de suite !« Seulement, prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont vues, et qu'elles ne sortent de ton cœur ; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants. » Amen!!!!!!!!!!!!!