Former l’image de Christ

Former l’image de Christ

Mon ministère premier : ma famille

Il viendra un jour où à l’heure de ma mort, Dieu me demandera des comptes sur ce que j’ai fait ou pas avec les enfants qu’Il m’a confiés. 

« 1 Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. 2 Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. 3 Moi-même j'étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement; 4 et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. »
1 Corinthiens 2.1-5

Réécriture du verset :

« 1 Pour moi, mes enfants, lorsque je m’occupe de vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je vous élève. 2 Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. 3 Moi-même j'étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement; 4 et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. »

Dieu me demandera-t-il pourquoi j’ai usé d’un langage élaboré ou pourquoi je me suis sentie supérieure à mes enfants ? 

Souvent, la vie suit son cours et nous sommes obnubilés par notre carrière, notre ministère, notre destinée. Seulement, les premières personnes que Dieu nous confie : notre famille (époux, frère et sœurs, enfants).

Ma première cible à atteindre : mes filles

Lorsque personne d’autre ne voit, elles savent qui je suis réellement et de quelle manière je les traite. Qu’est-ce que je construis en elles ? 

Parfois, je croule sous la fatigue, le poids des responsabilités, les to-do lists, je me plains de mes enfants et aspire à une grande carrière. Mais, si je réalise que je suis là pour les servir (avec le papa, bien sûr s’il est présent) pour former Christ en elles, ça change la perspective.

Nos enfants sont les premières personnes en qui nous devons nous déverser. Les voilà, nos premiers disciples.

Ne pas les persuader, les aimer !

Quelquefois j’oublie que mon but premier est de former Christ chez mes filles. C’est ma priorité numéro une ! Pourtant, lorsque le quotidien frappe, je suis accaparée par la maison à tenir, les tâches ménagères, la vie en générale que j’oublie l’essentiel.

Quand les filles m’énervent ou font des bêtises, combien de fois ai-je usé de menaces pour avoir la paix dans la maison ? Je plaide coupable ! 

Dieu me demande d’aimer mes enfants comme Il m’a aimée. 

Comment Jésus agit-il envers moi ? Il manifeste sa bonté et sa patience, Il est sévère et juste, plein de compassion, Il ne se sent pas supérieur, même s’il sait tout et voit tout. Il me ramène sans cesse à son amour. Et c’est dans son amour et par son amour que je suis persuadée de ne plus vouloir pécher.

Prière :

Mon Papa du ciel, aide-moi à utiliser ma plume, mon imagination, mes dons, ma bouche et mes mains pour servir mes enfants. Que tout ce que je suis puisse être là pour les aider à former Jésus en elles !
Amen !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Tout chez Bérénice Flocon n'était que désert et montagne. Sa vie, elle l'avait passée seule, entourée de sa montagne d'ouvrages dans la bibliothèque où elle travaillait : La Cabane aux livres. Elle avait pour seuls compagnons, ses romans. L'amour, elle en rêvait à travers les mots. Un matin de novembre, alors que Bérénice se trouvait dans son grenier, elle tomba sur un carnet vert sapin. Un carnet qui bousculera le cours de son existence. Mais qui se dissimule derrière le mystérieux, amoureux, L.C, auteur du carnet ? "J'ai gravi la montagne et touché le ciel" est une comédie romantique dans laquelle on retrouve les saveurs de l'hiver : chocolat chaud, feu de cheminée, plaid duveteux. Mais surtout un roman qui amène le lecteur à se libérer des préjugés et à toucher le ciel. Procurez-le vous ici.

1 commentaire
  • frederic cobut Il y a 1 semaine, 3 jours

    Bonjour j ai aimer vous lire . J ai tout essayer mon premier parcours était un echec avec leur maman. Difficile a faire quelque chose connaissant pas.Dieu je peux vous dire encore pure tout c est détruit ' j ai demander pardon a Dieu ' maintenant qu il sont ado j essayé de leur parler et des les diriger mais il me ferme s'ouvrant la porte alors je prie pour que Dieu puis agir en eux et je continue a les aimes du mieux que je peux . Merci pour votre enseignement très enrichissant