Ma famille, mon ministère

Ma famille, mon ministère
Être maman, c’est : Grandir en même temps que son enfant

Cesse de te comparer

 Lorsque j’ai débuté ma vie de maman, j’ai très vite eu l’impression d’être accaparée H-24 avec les jumelles. Mes premiers pas en tant que mère, je les ai faits en double. Doubles tétées (j’ai allaité jusqu’à leur six mois), les couches, les coliques, les dents… en double. L’amour et la charge étaient multipliés par deux.

À un moment donné, je ne pouvais plus servir dans l’église tant j’étais prise. À l’époque, je n’avais pas compris que mon ministère premier, ce n’était pas à l’église, ni l’écriture, mais prendre soin des miens.

« Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle. » 1 Timothée 5.8

 Je me suis sentie frustrée et coupable de ne pas servir comme les autres femmes de l’église à plein temps. Je ne cessais de me comparer à unetelle, plus ointe et plus spirituelle.

Mais vous savez quoi ? C’était faux ! Il est capital de fleurir là où tu dois être. Dieu ne me demande pas d’être cette femme-là, mais de savoir ce qu’Il a mis entre mes mains et d’en prendre soin. 

Quand j’ai cessé de vouloir être comme les autres, lorsque j’ai arrêté de me comparer, j’ai vu ce que Jésus avait mis en moi. J’ai débuté ce processus libérateur de faire ce pour quoi je suis née : être maman, être une épouse et être auteure.

Mes filles me voient dans la vie quotidienne, j’espère être une source d’inspiration pour elles dans le futur et non un boulet. Je prie pour être là afin de les équiper pour leur futur : mariage, maternité et leur destinée.

C’est mon devoir, mon ministère premier : équiper mes filles pour leur futur !

Prendre soin de mes filles

 On n’égalera pas notre Seigneur, qui est notre berger par excellence, mais être une épouse et être maman, c’est aussi être un pasteur pour les siens. En tant que mère, on panse les blessures de l’âme, on écoute, on console, on ramène notre enfant lorsqu’il se perd à faire une bêtise.

 « C’est moi qui ferai paître mes brebis, c'est moi qui les ferai reposer, dit le Seigneur, l'Éternel. Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade » Ezéchiel 34.15

 De manière concrète, j’essaye de parler à mes filles de Dieu lorsqu’elles se comportent mal, je leur montre ce que dit Dieu. De la même façon, quand une des filles agit bien, je lui explique qu’elle a manifesté l’amour de Dieu…

Je ne crois pas qu’on puisse avoir une seule bonne façon d’éduquer ses enfants. Il y a un modèle et des conseils donnés dans la parole, sur lesquels je m’évertue à enseigner les filles. Pour autant, l’éducation dépend également de notre nationalité. La façon d’éduquer est différente d’un pays à un autre : en Chine, en Inde, en France, en Espagne, au Canada… bref ! Cessons de nous mettre un joug et faisons selon le modèle donné par notre Seigneur. Améliorons-nous de jour en jour, de semaine en semaine, d’année en année.

Ce qui compte à la fin de la journée est ceci :

 « C’est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes. Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs. » 2 Corinthiens 3.2-3

 Comme je le dis souvent dans des dévotions précédentes, nos enfants sont notre lettre, mon livre le mieux écrit, celui que tous pourront lire. L’encre avec laquelle je le fais : mon amour.

Défi du jour :

 Quelle est la vision de votre famille ? Écrivez les versets-clés qui vous aideront à tenir ferme dans les moments difficiles.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com

Tout chez Bérénice Flocon n'était que désert et montagne. Sa vie, elle l'avait passée seule, entourée de sa montagne d'ouvrages dans la bibliothèque où elle travaillait : La Cabane aux livres. Elle avait pour seuls compagnons, ses romans. L'amour, elle en rêvait à travers les mots. Un matin de novembre, alors que Bérénice se trouvait dans son grenier, elle tomba sur un carnet vert sapin. Un carnet qui bousculera le cours de son existence. Mais qui se dissimule derrière le mystérieux, amoureux, L.C, auteur du carnet ? "J'ai gravi la montagne et touché le ciel" est une comédie romantique dans laquelle on retrouve les saveurs de l'hiver : chocolat chaud, feu de cheminée, plaid duveteux. Mais surtout un roman qui amène le lecteur à se libérer des préjugés et à toucher le ciel. Procurez-le vous ici.

4 commentaires
  • Eveline Simonnet Bénévole du Top Il y a 3 semaines, 2 jours

    Si Dieu nous a donné des enfants, une famille, il est évident que notre premier devoir est d’en prendre soin. Lorsqu’on a déjà une vie engagée dans une église, dans un travail, dans une association, et que tout cela valorise notre ego, on a parfois des difficultés à reconnaître nos priorités... Cela demande une abnégation de soi, un certain retrait de la vie publique, et nous n’aimons pas cela.... Mais avec l’aide de Dieu, la compréhension se fait jour, et les priorités sautent aux yeux, tout devient alors plus facile. Merci Seigneur de m’avoir ouvert les yeux et toujours guidée vers mes priorités.
  • Crescence Il y a 3 semaines, 2 jours

    Ma famille mon Ministère: le titre seulement en dit tout. Que Dieu nous aide à bien gérer nos ministères.
  • Élie Il y a 3 semaines, 3 jours

    Amen
  • Afficher tous les 4 commentaires