Mission impossible !

Mission impossible !
Marc 2/1 à 5 : "Quelques jours après, Jésus revint à Capernaüm. On apprit qu’il était à la maison, et il s’assembla un si grand nombre de personnes que l’espace devant la porte ne pouvait plus les contenir. Il leur annonçait la parole. Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes. Comme ils ne pouvaient l’aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Mon enfant, tes péchés sont pardonnés."

Introduction :


La lecture de ce passage de l'évangile de Marc ne peut nous laisser indifférent !
Lorsque nous considérons l'histoire qu'il nous relate, nous sommes placés devant une magnifique leçon de spiritualité, de foi, de fraternité.
En effet, ces versets nous poussent à réfléchir sur ce que doit être, aujourd'hui encore, la mission de base de l'Eglise.
L'Eglise a-t-elle pour mission d'accueillir que des braves personnes, des gens propres dans tous les sens du terme, des hommes et des femmes qui vivent avec sagesse et qui sont bien habillés ?
Ou, se doit-elle d'accueillir des blessés de la vie qui ont un désir profond de s'en sortir ?


1- Jésus était à la maison !


L'apôtre Marc commence son récit en nous informant que Jésus était de retour à Capernaüm et qu'il était à la maison.
Capernaüm dont nom veut dire "village de consolation" était un endroit où Jésus aimait venir. Peut être était-ce en raison de la signification de son nom qui résume si bien le ministère du Seigneur...!

Mais que voulait dire l'apôtre Marc en déclarant que Jésus était de retour à la maison ?
Jésus avait-il une résidence à Capernaüm ?
Avait-il une villa sur la rive Ouest du lac ?
Non, Jésus n'avait pas de résidence privée à Capernaüm. On pense que c’est certainement dans la maison de Simon (Pierre) et d'André qu'il trouva à s'héberger à chaque fois qu'il venait dans ce village.

L'information que Jésus était à la maison attira une grande foule !
En effet, quelques jours auparavant le Seigneur avait guéri de nombreuses personnes et avait chassé beaucoup de démons. Sa renommée le précédait et la foule était attirée par les miracles qu'il accomplissait.
Ne croyez-vous pas que la réputation est pour une grande part dans l'évangélisation ?
Quelle réputation l'Eglise a de nos jours ?
Quelle image transmet-elle ?
Attire-t-elle ou au contraire écoeure-t-elle ?

Proverbes 22/1 : "La réputation est préférable à de grandes richesses"

La réputation du Seigneur était sa meilleure carte de visite.
Sans affiche, sans annonce radio, sans publicité, la foule était présente au rendez-vous !
C'est le Saint Esprit qui dirigeait le service de communication! Il convainquait les gens de péché, de justice et de jugement.

Alors, quelle joie de savoir Jésus de retour à la maison !
Mais s'il était de retour, c'était donc qu'il s'était absenté !
Pourtant les besoins dans le village étaient nombreux.
Dites-moi, Jésus s'est-il absenté de votre vie ces derniers temps ou est-il encore présent ?

Jésus était de retour à la maison !

Pour les habitants de Capernaüm de savoir que Jésus était de retour était une nouvelle merveilleuse.
Ils pouvaient reprendre espoir et saisir tout à nouveau la grâce de recevoir guérison et délivrance.
Comme pour les habitants de Capernaüm, j'aimerais vous annoncer que Jésus est de retour à la maison !
Ne pensez pas que le Seigneur vous ai abandonné ou délaissé.
Il est de retour à la maison ! Alors qu'allez-vous faire ?

A Capernaüm, la foule s'était pressée devant la maison où Jésus se trouvait.
Il y avait une si grande quantité de personnes que l’espace devant la porte ne pouvait tous les contenir. Alors tassés, serrés les uns contre les autres, ils écoutaient avec intérêt le message que le Seigneur leur annonçait.
Merveilleux message que celui que Jésus délivrait. C'était un message puissant qui bouleversait les cœurs et qui replaçait les consciences tout en redonnant espoir.
L'évangile prêché par le Christ produisait toujours des résultats dans les vies.


2- Savoir amener à Jésus !

C'est alors qu'un groupe de personne arrivèrent, devant la maison de Simon Pierre et d'André, transformée en église de fortune pour l'occasion.
Au milieu de ce groupe se trouvait un paralytique porté par quatre hommes.

Curieux cortège, me direz vous ?

Dans ce village de Capernaüm se trouvait un pauvre homme paralytique. Un homme dont la vie n’avait plus grand sens, dont le quotidien ressemblait plus à un calvaire qu’à tout autre chose. Un homme qui, s’il avait perdu tout espoir de voir sa vie changer, était néanmoins entouré d’hommes fabuleux.
En effet, quatre hommes décidèrent d’aller le chercher et de l’apporter jusqu’à Jésus, même si pour cela, il leur fallait traverser le village en portant le pauvre malheureux sur son lit !
Il fallait saisir l'instant qui passe et ne pas rater cette occasion.

Savez-vous que chaque réunion ratée est au minimum une bénédiction ratée ?

Nos quatre hommes décidèrent donc d'aller chez le paralytique du village pour l'amener au Seigneur. Quelle idée originale !
Il aurait pourtant été plus facile d'amener le Christ chez le paralytique plutôt que le contraire.

Qu'auriez-vous fait à leur place ?

Pour ces quatre hommes la question a été vite réglée, il fallait emmener le malade au Seigneur. Pas besoin d'attendre que le Christ vienne, ils allaient eux-mêmes transporter ce pauvre homme jusqu'au Seigneur. Pas une minute à perdre !

Et vous, avez-vous du temps à perdre ?
Attendez-vous Jésus ou vous avancez-vous vers lui avec une foi ferme avec comme seul but de recevoir une de ses grâces ?
C’est étrange comme parfois on perd du temps...!
Même en matière de foi nous perdons du temps  !
On pense souvent que les choses vont s’arranger d’elles mêmes. On hésite à déranger le Seigneur et on cherche d’abord notre secours dans l’homme. Misérables que nous sommes !

J’admire les "fabuleux évangélistes" que sont ces quatre hommes !

Avaient-ils avancé un discours persuasif pour décider le paralytique ?
Comment ont-ils réussi à entraîner ce pauvre invalide dans cette aventure de foi ?


Avaient-ils assisté à des séminaires de formation à l'évangélisation ? Je ne pense pas, mais néanmoins force est de constater qu'ils furent étonnamment compétents.

Lorsque nous regardons à l'attitude de ces quatre hommes, nous pouvons affirmer qu'il faut réunir certaines qualités pour parvenir à amener quelqu'un au Seigneur.

La première chose c'est de voir le besoin.

Pourquoi proposer quelque chose à quelqu'un qui n'a aucun besoin ou qui reconnaît n'en avoir aucun ? Ne perdez pas votre temps !
Jésus n'est pas venu pour les biens portant mais pour les malades.
Il déclara dans Marc 2/17 : "Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs."

Il n'y a pas pire perte de temps que de soigner une personne bien portante !
L'évangéliste est comme un médecin urgentiste, il ne doit soigner que des gens dont le problème qui les atteint est à caractère urgent !
Pensez-vous qu'un urgentiste passe son temps à distribuer de l'aspirine ou du sirop ?
Si vous voulez amener une personne au Seigneur, cherchez d'abord quelqu'un qui a vraiment besoin d'être soigné et qui appelle au secours !

Chacun de nous sommes engagés dans une mission d'urgence qui consiste à amener des personnes en état de "mort spirituelle" au Seigneur Jésus pour qu'il leur redonne la vie !

La deuxième chose consiste à proposer à la personne de l'emmener rapidement au centre de soin le plus proche !


Après avoir trouvé la personne dont le besoin nécessite une intervention rapide, il faut parvenir à la convaincre que son état nécessite des soins urgents !
Tous vous avez certainement déjà vu et entendu que parfois certaines personnes refusent leur l'hospitalisation.
Qu'elle est alors l'attitude des personnes qui apportent les premiers secours ?
Ils vont jusqu'à contraindre la personne et donc agir même s'il le faut contre sa volonté.
La responsabilité de l'équipe d'urgence est engagée, ils ne peuvent se désengager.

Luc 14/23 :
"Le maître dit au serviteur : Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d'entrer, afin que ma maison soit remplie."

Nous manquons parfois d'autorité et oublions la notion d'urgence dans la façon dont nous évangélisons. Nous avons peur de choquer, nous prenons beaucoup de précautions mais nous finissons par laisser mourir des foules de personnes à cause de notre manque de persuasion ! Notre responsabilité est engagée que nous l'acceptions ou non !
Si nous ne sommes pas conscients de l'état dans lequel la personne se trouve, nous n'arriverons jamais à la convaincre d'accepter l'aide du Seigneur.

Les quatre hommes eurent certainement les bons mots pour que le paralytique accepte d'être conduit jusqu'à Jésus.
Mais notre homme n'avait pas le moyen d'aller de lui-même à Jésus, il fallait donc le transporter. Pour cela, il fallait user d'ingéniosité et parvenir à lui facilité le plus possible le trajet.
Amener une personne à Jésus réclame un minimum d'organisation et une prise en charge responsable.
Ils décidèrent de transporter l'homme sur son lit !

Aujourd'hui nous ne sommes pas choquer de voir des ambulanciers ou des pompiers transporter des personnes sur des civières,..., mais que diriez-vous si vous deviez croiser quatre personnes traversant la ville en portant une autre personne sur son lit ?

Peut être seriez-vous étonné, consterné, vous moqueriez-vous ?

Nos quatre hommes, se moquant de l'opinion des gens, soulevèrent le lit avec le malade et commencèrent leur périple au travers du village.


3- Passer les différents obstacles


Emmener une personne au Seigneur ne se fait pas sans difficulté !
L'investissement est souvent important et l'effort considérable surtout lorsque l'on conçoit que devant nous, de nombreux obstacles vont se dresser...!

Nos quatre hommes et leur ami paralytique arrivèrent à la maison où se trouvait Jésus.
Ils pensaient certainement qu'ils avaient désormais parcouru la partie du chemin la plus difficile et ils ne s'attendaient donc pas à devoir redoubler d'effort pour parvenir à atteindre le Seigneur.

Quel obstacle allait-il découvrir devant eux ? La foule !

Le premier obstacle fut celui de la foule, c'est à dire de toutes les personnes qui étaient réunies pour écouter le Seigneur.
A cause de ces personnes, ils ne purent parvenir à aborder le Seigneur.

Ce récit est pour moi propice à certaines questions...
Nous découvrons que rien jusque là n'avait pu empêcher notre équipage d'atteindre son but si ce n'est la foule des personnes qui écoutaient Jésus.
Ne trouvez-vous pas étrange de devoir être confronté à un tel obstacle ?!
La question qui découle de notre verset pourrait être: "Est-ce que parfois l'obstacle le plus grand n'est pas celui qui est formé par ceux et celles qui viennent écouter le Seigneur et empêche par leurs comportements les autres d'entrer ?"

Pourquoi la foule ne s'est-elle pas écartée pour laisser passer le malheureux et ses brancardiers ?
Toutes ces personnes avaient-elles les yeux tellement tournés vers l'intérieur qu'elles ne voyaient même plus les besoins qui étaient derrière elles ?
Est-ce parce qu'elles ne voulaient pas céder leur place ?
Etaient-elles conscientes de leur attitude ?
Se rendaient-elles compte quelles étaient une entrave pour le paralytique ?

Les quatre porteurs allaient devoir contourner l'obstacle ou abandonner leur mission.
Ils décidèrent de contourner l'obstacle !
Se saisissant des quatre coins du lit, ils reprirent leurs efforts pour tenter une mission plus que périlleuse. Leur mission était maintenant : "mission impossible"!

Quelle idée bizarre va les traverser à ce moment précis ! Ils entreprirent de monter sur le toit de la maison tout en portant le lit et son occupant. Et ils commencèrent aussitôt leur opération de démolissage de toiture !

Nous avons démoli une partie du toit de notre église avec nos frères il y a quelques jours. L'entreprise n'est pas une mince affaire !
Les gravats, la poussière que tout cela occasionne est phénoménale.
Je ne peux m'empêcher de m'imaginer la tête de ceux et celles qui ont commencé à voir tomber du plafond les débris qui en s'amoncelant sur le sol laissaient apercevoir la lumière du soleil au travers du toit.
Quelle tête devait faire les propriétaires de la maison alors qu'on transformait leur habitation en hôtel des courants d'air ?!
Je crois que Simon Pierre et André devaient relire à ce moment précis les clauses de leur contrat d'assurance habitation !

Le trou était maintenant tellement grand qu'un lit entier aurait pu passer au travers !
A peine cette idée traversait l'esprit de ceux qui se trouvaient dans la maison qu'un lit commença sa longue descente.

Dites-moi, qu'est-ce qui peut retenir des hommes dont la foi est le moteur de leurs actions ?
Rien ! Aucun obstacle ne peut entraver leur marche et les empêcher d'atteindre leur but.
Ce ne sera en tout cas pas une foule qui fait bloc, l'ascension d'un mur, la démolition d'un toit ou la descente en rappel d'un paralytique sur son lit qui les arrêtera !


4- La foi est toujours récompensée !


Alors que le malade amorça sa procédure d'atterrissage dans le salon de Simon et d'André le Seigneur eut une réaction.
Verset 5 :"Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés."

Ce verset 5 est révélateur de quelque chose de très important que nous devons bien considérer. C'est que la guérison du paralytique n'est pas le résultat de sa foi personnelle, mais de celle cumulée et prouvée par les quatre hommes qui venaient d'accomplir quelque chose de risqué !
Vous seriez-vous laissé entraîner dans une telle aventure ?
Comprenez-vous que l'unité est un gage de bénédiction ?
Certains pasteurs n'ont pas hésité à donner de nom à ces quatre hommes dont la Bible ne fait aucune mention.
Ils les ont appelé Sympathie, Entraide, Ingéniosité et Persévérance.

Quelle belle équipe !

Au travers de ces quatre hommes nos découvrons tout ce qu'un chrétien devra mettre en place pour parvenir à amener une âme au Seigneur.

Êtes-vous sympathique ?
Faites-vous preuve d'un esprit d'entraide ?
Êtes-vous ingénieux et persévérant ?

Alors vous avez toutes les qualités d'un évangéliste.

Mettez-vous donc dès maintenant à la recherche de quelqu'un qui a un véritable besoin et entreprenez vous aussi votre "mission impossible" !

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires