Mon ami est en train de se noyer ...

Mon ami est en train de se noyer ...
" L'homme désespéré a droit à de la compassion de la part d'un ami, oui, même s'il cessait de révérer le Tout-Puissant ".
Job 6 . 14

Mon ami ne fait plus face. Il cède au découragement, néglige ses relations avec le Seigneur et ne se confie plus en lui. Peut-être cherche-t-il à masquer ses difficultés en conservant un langage qu'il croît « spirituel » ? Mais le fait est là, il est au bout du rouleau, il n'en peut plus.

Il est très déçu de moi, et moi de lui. Comment ai-je pu lui avoir accordé si longtemps ma confiance ? Je décèle d'autant plus facilement la racine de sa défaillance que je connais mieux mon ami... Et me voilà à le juger avec sévérité, à manquer de miséricorde à son égard !

Mon ami est comme un homme en train de se noyer. Si je manque de miséricorde, je m'éloigne de la berge en le laissant dans sa situation désespérée ; ou pire, je tends vers lui non pas la main salvatrice qu'il espère, mais un doigt accusateur qui repousse loin du bord le malheureux.

En effet, celui qui défaille ressent l'absence de miséricorde comme un rejet non seulement de celui qui était son ami, mais aussi de Dieu lui-même. Il comptait que l'amour de Dieu lui serait au moins manifesté par celui en qui il avait confiance, et voilà que cette main tendue lui fait également défaut.

Triste condition que celle de cet homme ! C'était celle de Job qui adressait les paroles du verset du jour aux trois amis qui, venus pour le consoler, l'enfonçaient davantage dans son désespoir par leur incompréhension. A la fin, elle frisera la dureté et la malveillance.

Le NouveauTestament nous exhorte très précisément à ce sujet : " Frères, si quelqu'un s'est laissé surprendre par quelque faute, vous qui vous laissez conduire par l'Esprit, ramenez-le dans le droit chemin avec un esprit de douceur. Et toi qui interviens, fais attention de ne pas te laisser toi-même tenter. Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux. De cette manière, vous accomplirez la loi du Christ " Galates 6.1-2.

Oh ! Soyons miséricordieux comme notre Père est miséricordieux (Luc 6.36), et devenons ainsi de véritables et bienfaisants relais de l'amour divin.


Extrait de la revue " Plaire au Seigneur à tous égards "



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires
  • sylvaine Il y a 6 années, 2 mois

    "Mon ami" indique une personne très proche, ce peut être "mon mari", "ma femme"... on connaît bien la personne, nous savons ce que nous traversons avec elle ou... à cause d'elle... nos sentiments peuvent alors intervenir : agacement, incompréhension, colère et finalement jugement. A ce moment là on commence à ressembler aux amis de Job. Ce n'est pas facile, il y a la crainte d'être entraîné dans cette glissade et donc impuissance à tendre la main, car sans s'en rendre compte nous ne tendons plus l'autre vers le Seigneur ou alors nous avons relâché l'étreinte... Il faut beaucoup de discernement, ne pas regarder à soi, avoir les yeux fixés sur le Seigneur. Pouvoir être miséricordieux nécessite vraiment de mourir à soi, pour pouvoir dire : "ce n'est plus moi qui vit, mais Christ en moi". Humainement parlant, c'est plus facile d'aider quelqu'un qui ne fait pas partie de de l'entourage. Aujourd'hui Seigneur, c'est ma prière : aide-moi, Père, à aider, à aimer, comme Toi tu aimes cette personne proche. Mets en moi un coeur miséricordieux, réalisant que tu m'as tendu la main et retiré de la fosse... Pour la Gloire de ton Saint Nom ! Amen !
  • topteddy Il y a 6 années, 2 mois

    Et toi qui interviens, fais attention de ne pas te laisser toi-même tenter. devenons ainsi de véritables et bienfaisants relais de l'amour divin.amen
  • FDM7777 Il y a 6 années, 2 mois

    Je pense qu'il faut faire la part de choses dans le fait de ne pas tendre la main, de se protéger contre les péchés envers lesquels on est soi-même faible et d'encourager le péché. La compassion ne doit pas devenir une façon d'encourager si le noyade est dû à un péché par exemple. Il arrive aussi aux gens de se décourager de la vie chrétienne et des difficultés de vivre différemment. A un moment donné on peut sentir l'homme basculer et si on peut on doit lui saisir la main à ce moment avant que le glissade devient fatal. S'il arrive quand même que la personne glisse trop loin, il faut certes encourager vers le retour vers Dieu sachant que tous les chrétiens sont en souffrance de cette différence avec les autres. Toutefois, gare à la contagion qui guette tous et certains en particulier.
  • Afficher tous les 5 commentaires