Mon enfant a des difficultés dans les apprentissages

Mon enfant a des difficultés dans les apprentissages

Mon petit " dys " en 10 points

Depuis le début de l’année, vous vous doutiez que votre enfant présentait des difficultés scolaires. Il n'arrive pas à lire correctement, ne comprend pas le sens des mots, confond des syllabes, n'intègre pas les règles de grammaire ou de calcul, est dépassé lorsqu'il y a plusieurs consignes, utilise les objets bizarrement ...

Pour certains d’entre vous, cela fait déjà quelques années que vous n’arriviez pas à mettre des mots sur ses problèmes (maladroit, distrait, paresseux…). Après le long parcours du combattant des bilans médicaux, orthophoniques, psychologiques et autres, votre médecin vous a expliqué que votre enfant était dys-quelquechose. ( -lexique, -calculique, -praxique -orthographique, …) Ce n’est qu’après 2 ans de retard d’apprentissage que " l’étiquette " sera posée mais il y a des choses à faire avant !

Votre enfant vient d’entrer dans le labyrinthe propre aux enfants " différents ". Pendant des mois, des années, voire toute sa vie, il va devoir " faire avec " et surtout " faire différemment ".

Gardons espoir. S’il n’a pas d’autre trouble associé, votre enfant ira beaucoup mieux dès qu’il quittera le milieu scolaire ! C’est la situation d’apprentissage qui le met en échec. Le problème principal réside dans le fait que l’enfant passe très vite de " mes résultats sont moyens ou médiocres " à " je suis nul " puis à " je ne serais jamais autre chose qu’un incapable ".

Votre attitude et celle de son entourage vont être prépondérantes.

Voici quelques pistes pour vous aider.

Le plus grand problème de votre enfant est que, même quand son problème est dépisté, " ça ne se voit pas ". Il peut dès lors adopter différentes attitudes. Il va devoir faire le deuil de la normalité, dans le sens où il ne répond pas à la norme de la société concernant ses apprentissages, norme principalement dictée par le système scolaire.

Il peut donc nier le problème, ce qui l’entraînera dans l’épuisement et l’échec.
Il peut être en colère et se comporter de façon à répondre à l’étiquette qui lui a été collée (de toute façon, puisque je suis un imbécile perturbateur, pourquoi changer ?), ce qui provoquera conflits et rejet.
Il peut passer par une phase de dépression, voire de révolte envers vous et envers Dieu (pourquoi suis-je comme ça ?).
Il peut aussi être soulagé qu’on le prenne enfin au sérieux dans ses difficultés.

De votre côté, vous pouvez l’aider :
1.Demandez-vous quel regard vous posez sur votre enfant. Arrivez-vous à l’apprécier inconditionnellement ? Comment le lui montrez-vous ? Arrivez-vous à ne pas être plus sévère ou plus laxiste qu’avec vos autres enfants ?

2.Sa difficulté brise-t-elle vos rêves d’insertion parfaite dans la société ? Quelles sont vos critères, vos peurs ? Arrivez-vous à ne pas les lui faire porter ou à ne pas en accabler votre famille ?

3.Quelles sont les qualités que vous lui reconnaissez ? Souvent les enfants " dys " sont plus sensibles aux autres, ils ont l’esprit curieux, ils sont intuitifs, ils ont beaucoup d’imagination, ils savent encourager, ils sont persévérants, ils ne supportent pas le mensonge et l’injustice. Comment les aider à en faire des atouts dans la vie ?

4.Reconnaissez ses difficultés comme réelles et ne l’accusez pas de fainéantise ou de bêtise. Ne lui dites pas " quand tu veux tu peux ! ". Un enfant " dys " est la plupart du temps aussi intelligent que les autres. Ne le comparez pas à un autre que lui-même.

5.Encouragez chacune de ses réussites. Si votre enfant est très insécurisé, il risque de vouloir toujours se comparer aux meilleurs. Ne lui masquez cependant pas la réalité, il sait très bien qu’il a des limites différentes de celles de ses camarades.

6.Entreprenez toutes les démarches médicales et de rééducations nécessaires. Il se sentira pris au sérieux, ce qui le soulagera. Mais ménagez-lui des temps de pause, de jeux ou de sport. Il a un programme plus fatigant que les autres enfants.

7.Discutez avec les rééducateurs, cherchez les outils pour aider votre enfant dans son quotidien à la maison, pour ses devoirs, dans ses activités. Ne vous substituez pas pour autant aux professionnels, ne l’accablez pas de travail.

8.Battez-vous pour que l’école prenne en compte ses difficultés, ne renoncez pas. Les enseignants n’y peuvent rien, mais ils n’ont pas appris à s’occuper d’enfants comme le vôtre. Ils ne sont pas des professionnels de la rééducation, ils ont besoin de coopérer avec les spécialistes. Votre enfant a des droits. N’hésitez pas à passer pour un parent pénible et à vous informer correctement, mais n’agressez pas les enseignants.

9.Revoyez vos priorités travail- famille : c’est un enfant plus fragile que Dieu vous a confié. Il a besoin que l’on prenne du temps pour lui sans qu’il s’en sente culpabilisé. Il n’est pas en train de vous " empêcher de … "

10.Parlez-lui du Seigneur. Les enfants en difficultés sont très sensibles à la présence de Dieu, ils se confient plus facilement en lui et voient son action là où d’autres s’attribuent le mérite de la réussite.

Il y a entre 1 et 3 enfants par classe qui présentent une difficulté d’apprentissage importante.
Nous pouvons, en tant que parents, mais aussi que proches, les aider à ne pas faire de l’échec une habitude. Voyons-les comme ayant un potentiel particulier, révisons nos critères de valeu
r.

Matthieu 18:5 " Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même. "

Isabelle M.









Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires
  • joe Il y a 2 années, 10 mois

    Bonjour, Je suis très touchée par votre article et je ne peux que vous encourager à persévérer comme l'exprime si bien le pasteur Eric Celerier dans un de ces derniers messages.Je parle avec un peu de recul ,étant la maman de trois (aujourd’hui jeunes adultes dys).Je suis sure que vos enfants sont merveilleux,plein de créativité,de sensibilité,de talents et de capacités qui ne demandent qu'a s'exprimer et s'épanouir.Je connais votre parcours de combattant mais je vous assure que cela vaut la peine.Croyez que ce que vous pensez être un handicap est peut être une grace,c'est ce que je pense aujourd'hui en voyant ce que deviennent mes enfants.Il s'agit d'enfants qui mettront peut-être un peu plus de temps sur les apprentissages scolaires mais qui révéleront tant de richesses! Pour tous ceux qui en doutent,pour tous les oiseaux ou enseignants de mauvaise augure que je pardonne car" ils ne savent pas ce qu'ils font!",je vous renvoie à ce lien http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=75 Courage à vous et à vos enfants extra ordinaires. Aimez les beaucoup,croyez en eux les promessesde Dieu pour eux sont infinies,le saviez vous encore la nasa recrute des dyslexiques pour leurs perceptions https://manwalkonearth.wordpress.com/2010/03/02/saviez-vous-qu%E2%80%99a-la-nasa/ Soyez tous bénis abondamment.
  • schouna Il y a 2 années, 10 mois

    Amen ! Ce texte tombe bien juste à propos, mon dernier 12 ans a de grosses difficultés d'apprentissage à l'école, je ne le crois pas dys. mais son parcours est chaotique, papa Absent! Il est considéré comme quelqu'un qui ne veut pas faire d'effort, ne s' intéresse pas, on l'a mis dans une classe normale alors qu'il sort d'une classe allégée ! Il n'a pas "voulu" profiter au mieux de la chance qu'il avait d'être dans cette classe aux dires des profs ! Alors vlan il a été mis avec des élèves "normaux"....accusé à tort par le père d'un de ses camarades de classe de l'avoir harcelé...donc voilà il se retrouve aec des 2, 3, 4 / 20 ! Perdu, ne comprends rien et on le considère comme quelqu'un qui ne sait jouer qu'à la Play station. ......pauvre enfant ! Que faire?
    • Karine Bidot Il y a 2 années, 10 mois

      Vous pouvez voir des professionnels il y a des médecins spécialisés personnellement j'ai contacté le centre référent du trouble du langage à Poitiers mais il y en a d'autres dans d'autres département ma fille a une dysphasie congénitale mon fils hyperactif seule la troisième y a échappé mais en revanche n'allait jamais voir les assistante sociale qui n'ont aucune formation dessus et bien souvent parce que votre enfant est différent ils ont tendance à placés car ne savent pas quoi faire pour aider votre enfant prier Jésus pour vous guider j'ai une méthode efficace qui se nomme la méthode makaton il y a des images et les mots qui vont avec que Dieu vous bénisse et vous guide
  • OPORTUNITE Il y a 9 années, 7 mois

    merci pour ces encouragements. ma fille est dans ce cas!! nous sommes en conflit constant ce qui créer une mauvaise ambiancce dans nos relations mère - fille j'ai remis notre vie entre les mains du seigneur et je lui apporte de l'mour et de la réassurance!! merci vraiment pour vos conseils!!
  • Afficher tous les 8 commentaires