Mon mari m’empêche de rester aux repas d’église

Mon mari m’empêche de rester aux repas d’église

Comme beaucoup d’églises le font, la mienne fait suivre une fois par mois le culte du dimanche matin d’un repas en commun.
Chacun ramène de quoi manger. C’est un moment de grande convivialité qui peut se prolonger tard dans l’après-midi.
Je n’y reste pas.

De nos jours, l’importance que l’on accorde aux repas n’est pas la même chez tout le monde. Chez nous, le seul repas que nous avons encore l’occasion de prendre régulièrement tous ensemble est celui du dimanche midi.

Manger ensemble répond au moins à deux besoins fondamentaux : se nourrir et être avec.
Se poser une fois par semaine, pour se restaurer physiquement, socialement et spirituellement, est un besoin inscrit dans l’être humain, chrétien ou pas (Genèse 2:2).
Le repas dominical et ses prolongations nous en fournissent l’occasion.
C’est pourquoi j’estime légitime l’attente de mon mari que nous mangions ensemble le dimanche à midi.

Par ailleurs, les repas d’église se prolongent. Je laisserais mon mari seul presque toute la journée. Alors il se lancerait dans des activités fatigantes, peut-être même en négligeant de manger…

1 Tim 5:8 : « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle. » Faire la volonté de Dieu, c’est privilégier ses proches. Je dois veiller à ne pas déposséder mon foyer de l’amour que je lui dois, au profit de mon assemblée (Marc 7:11-13).

Soit ! Je ne reste pas aux repas d’église… mais convenons que c’est douloureux.

Face au risque d’amertume devant cette difficulté récurrente, il faut lutter activement. Hébreux 12:15 : « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; »

La solution pour couper toute racine d’amertume est de faire du repas du dimanche midi partagé avec son mari une véritable fête.

A chaque repas d’église, je me rappelle cette anecdote rapportée par Alejandra, mon amie argentine:
«Un nouveau pasteur faisait connaissance avec une sœur pendant les préparatifs d’un repas en commun. Elle lui dit rapidement que son mari n’était pas chrétien.
– Mais alors, que fais-tu ici ? Retourne donc manger avec ton mari. Et mets-lui la nappe !»

Mon mari me prive du plaisir de manger à l’église ? « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. » (Romains 12:14) Bénir mon mari, c’est revenir souriante du culte le dimanche matin, c’est me réjouir de manger avec lui, c’est lui mettre une belle nappe.

C’est une attitude qui peut s’étendre à bien des domaines. Et cela rend heureux celui qui reçoit, tout comme celle qui donne.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
24 commentaires
  • fadiga Il y a 2 années, 7 mois

    Amennn merci de nous rappeler l’amour familiale le Seigneur ne siège pas dans les conflits .
  • Sandreta Il y a 6 années, 10 mois

    Merci beaucoup Isabelle pour cet enseignement.. Je fais partie de ces femmes qui ne restent pas déjeuner à l'Eglise les dimanches où cela arrive (comme c'était le cas aujourd'hui par exemple), cependant dans mon église ce sont plutôt des cafés-gâteaux, et cela peut durer jusqu'à pas loin de 14 heures.. J'ai parfois un peu "abusé" des bonnes choses, en restant longtemps, mon conjoint me le reprochait mais je m'en indignais, car c'était la seule activité que je faisais cette année en dehors de la maison... merci pour ce message car il m'exhorte à rester humble et à ne pas garder de l'amertume dans mon coeur si je me prive de certains moments à l'église, pour faire plaisir à mon conjoint. Et aussi à remettre les choses à leur place, grâce à ta connaissance de la Parole. Merci beaucoup, ce message m'aide à y voir clair sur l'attitude à adopter mais aussi sur comment le prendre, dans les sentiments à l'égard de mon conjoint...
  • colette64 Il y a 6 années, 10 mois

    Ton message me fait du bien sœur. Moi aussi j'aimerais partager le repas une fois par mois mais je rentre à la maison pour manger avec mon mari qui se dit Athée à mon grand désespoir. Pourtant il à vu le Seigneur me relever, guérir etc.Merci Seigneur pour ton soutien de chaque jours et ton pardon. Béni mes frères et sœurs qui connaissent le même problème. Tu es notre seul soutien.
  • Jean-Pierre HÉRIS Il y a 6 années, 10 mois

    Pour ma part et malgré mon âge je voudrais me rendre à des réunions bibliques ou autres mais les heures ne correspondent pas aux heures de visites des hopitaux et je me sentais responsable mais grâce à vous (1 Thimotée 5 -8 et Marc7 -11-13) je suis rassuré. MERCI pour ce message.
  • pauline77 Il y a 6 années, 10 mois

    Ce n'est pas une question de sagesse ou de réflexion, mais une question personnelle. Pour moi, pour mon couple : seul Jésus sait. Or Il désire plus que tout dialoguer avec moi. Donc je lui demande : " Que veux-tu que je fasse ? " Et j'ai besoin de confirmations. Ecouter Jésus est si important, mais cela coûte... surtout du temps et de la patience.
  • violoncelliste Il y a 9 années

    mais une fois par mois de se priver de son mari pour privilégier la communion fraternelle, ce n'est pas bien grave, enfin je crois !
  • FB.georges.mg Il y a 9 années

    Le repas dans l'église est loin d'être obligatoire ou je ne sais qu'elle autre argument. Si des assemblées le font comme je l'ai connu, cela été pour ceux qui venaient de loin et qui désirer rester pour l'après midi à la réunion. L'important c'est de s'occuper tout d'abord de sa famille, d'éviter de provoquer. Il y a des familles qui ont des membres non convertis, il nous faut respecter chacun, n'oublions jamais "ne fait pas à autrui ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse". Tout doit être fait avec joie, la paix, amour véritable envers les siens. Certes pas facile, mais y tendre sera déjà un grand pas pour la gloire de Dieu.
  • giginedela Il y a 9 années

    Je suis touché par ta persévérance, les repas dans les églises sont des moments très important, mais je pense que même si ce n'est pas tout le temps même une fois par année ton mari devrait te permettre de participer aux repas d'église, cela contribuerait à ton épanouissement aussi en vers ton mari, sa prouverait aussi montré qu'il a de la considération pour toi et qu'il t'aime et qu'il sait faire la part des choses persévère tu le gagnera sans parole avec tes actions d'amour et de patience.
  • oguiz Il y a 9 années

    Témoignage pertinent. mais il est aussi très important pour les chrétiens de communier autour d'un bon repas. si les repas d'église sont faits tous les dimanches, c'est vrai que même un célibataire peut ne pas tous les honorer. mais si cela ce fait quelques dimanches, s'en priver pour cette raison-là serait quand même dommage. et pourquoi ne pas inviter le mari à l'un de ces repas? il est de notre devoir, à nous chrétienne, d'apporter l'évangile à nos proches. pour nous femmes déjà engagées avec des non chrétiens, il est très intéressant de les conduire dans nos univers. peut-être que s'il y participe un jour, et voit la joie qui anime ces rencontres, il comprendra pourquoi cela est si important pour nous. et il peut même être gagné à christ par ce moyen. je crois que c'est une erreur de tenir nos conjoints non ENCORE convertis hors de notre univers. ils ont le droit de goûter à la joie d'être enfants de DIEU. en tout cas chez nous, ces rencontres sont le lieu privilégié pour inviter ceux de nos familles et nos amis. et bcp ont été gagnés à Christ seulement à cause de la communion fraternelle qu'ils ont ressenti ces jours-là. en plus, l'Eglise qui est AUSSI VOTRE famille a besoin de vous. vous avez aussi des obligations présentielles envers votre communauté! que DIEU vous bénisse!
    • FDM7777 Il y a 9 années

      Chère amie, le devoir de chrétien est d'être au service des membres de sa communauté. Etre présents aux repas communs ne rime que rarement avec ce devoir. Si ce repas était centré autour de Dieu et Dieu seul, c'est-à-dire on mange en remerciant Dieu pour cela, on chante des louanges et on partage des témoignages glorieux ce que Dieu a fait dans la vie de X ou Y durant la semaine, ok mais ceci est un cas sur dix. Dans la réalité, c'est un repas juste comme un autre où l'on parle de soi, de sa famille, de son travail et d'autres choses. Si quelqu'un a un souci, une confidence à faire, ce repas ne se prête que rarement à cet objectif (beaucoup trop de monde). Ces repas sont pour la plupart des foires, une festivité où en plus ceux qui ont la famille ont plus de choses à voir (occasions d'échanger les astuces sur comment soigner les enfants, où les amener en promenade, quelle école à considérer). Vous avez peut être fait une bonne expérience mais je trouve honnêtement ces repas nul, une perte de temps. Nous avons tous des problèmes, en parler des fois en privé fait du bien mais ce repas devrait être plutôt une occasion de parler de la joie de Dieu, de transmettre quelque chose de positif, de rappeler que Dieu est grand et bon. Enfin ce repas devient dans 9 cas sur 10 une séance de thérapie collective quand ce n'est pas une soirée de ragots. Pourquoi pas instituer une règle : "quand je ne parle pas de Dieu, je ne parle pas du tout" et pour confidence sur les difficultés il y a des temps réservés avec les responsables ou les anciens ou qui on veut. Avec cette condition ces repas auront une chance de devenir des lieux de bénédictions où au lieu de se regarder les gens regardent Dieu.
  • FDM7777 Il y a 9 années

    On se doit en premier lieu a sa famille par alliance donc il est tout a fait legitime que le mari ou la femme doit rentrer pour prendre son repas avec sa famille. Aucune eglise ne peut remplacer la famille, on peut tourner dans tous les sens c'est la verite. En plus ce repas commun est souvent occasion de bavardage inutile, d'echange de ragots et de jugements sur ceux qui ne sont pas restes pour ce moment. Personnellement je n'echangerais pas un repas en famille contre un repas dans l'eglise. Cela est different quand on n'a pas veritablement de famille et alors l'eglise de plein droit vient la remplacer si on le souhaite.
    • jeremie2911 Il y a 9 années

      Si les repas ou les rencontres dans ton Église ne t'attirent pas, c'est qu'il y a un serieux problème. Il faudra prier pour ton Église. La Bible dit que Dieu déverse ses bénédictions lors que les frères et soeurs se retrouvent ensemble. Je ne pense pas qu'il le fait dans un environement qui ne glorifie pas son nom.
    • oguiz Il y a 9 années

      Si l'Eglise devient un lieu d'insécurité affectif, alors il y a vraiment problème. et notre devoir dans ce cas, c'est d'intercéder auprès du Père pour que notre communauté retrouve ses notes de noblesse. et je crois que l'Eglise n'est une famille de substitution, c'est une VRAIE famille. nous avons aussi des obligations envers elle à l'exemple de Paul qui se souciait réellement des communautés naissantes.
  • Abby Il y a 9 années

    Je suis dans la même situation que vous depuis plus de 25 ans. Ca prend beaucoup de sagesse pour garder un bel équilibre entre la famille et l'église. J'ai appris cependant qu'il faut aussi prendre notre place et pas laisser la place uniquement au mari non croyant. Vous avez grandement besoin aussi de communicon fraternelle pour tenir le coup avec un mari non croyant. Alors pourquoi pas, par exemple, y aller une fois par mois prendre le repas avec les membres de votre église et garder les 3 autres dimanche du mois pour dîner avec votre mari non croyant. L'idée est de ne pas oublier complètement vos besoins pour n'écouter que les besoins de votre époux non croyant. Apprenez lui à vous respecter, à tenir compte de vos besoins aussi, même si ceux-ci sont spritituels.
  • yaya67 Il y a 9 années

    Quelle sagesse ! Merci Isabelle Rivière pour cette exhortation. J'aurais cependant une question : que faire lorsque le mari est chrétien et qu'il n'est pas stable dans sa foi, y compris dans la régularité des cultes, de la lecture de la Bible et dans la prière ? Cela me déstabilise et je ne sais comment agir...
  • Susie Conway Il y a 9 années

    Réjouissons le cœur de notre Dieu en étant, joyeusement, là où Il veut que nous soyons ...
  • jeremie2911 Il y a 9 années

    Je pense qu'il faut faire comme Aglae, inviter le mari au repas à l'Église. Sinon, inviter quelques couples (ou familles) de l'Église à la maison afin que le mari fasse leur connaissance, il aura moins peur des gens de l'Église...
  • andre29 Il y a 9 années

    Merci pour ce message qui tombe à pic ! pour moi, ce n'est pas mon conjoint qui m'empêche de venir, mais le respect de mes enfants que je ne veux pas délaisser tous les dimanches, et nous nous voyons peu en semaine ..
  • Aglae Il y a 9 années

    et pourquoi ne pas lui dire de venir partager le repas en commun à l'église ? même s'il ne vient pas au culte avant, ça peut être une façon de l' "évangéliser" il me semble ... en tous cas de lui faire rencontrer des chrétiens dans un contexte détendu
    • chretienneavantlui Il y a 8 années, 11 mois

      Ha ! Ha ! Bien vu, chantier-en-cours ! Cela ne m'empêche pas de me réjouir avec celles pour qui c'est possible. L'essentiel a été dit plusieurs fois dans les réactions : garder l'équilibre pour ne pas entraver la marche du conjoint. La sagesse est de mise. Le commentaire de Zway m'a beaucoup plu ! Avançons en tenant la main du Seigneur.
    • jeremie2911 Il y a 9 années

      J'aime votre commentaire, Algael! Mieux encore, inviter certaines personnes respectueuses (et responsables) de l'Église à la maison afin que le mari fasse leur connaissance. Mon mari n'est pas sauvé mais il nous accompagne (avec les enfants) à l'Église presque tous les dimanches. Ce qui l'attire, ce sont ''aussi'' des couples (amis) qu'il a un jour rencontré à l'Église. Je sais qu'un jour viendra où il sera touché par le Saint-Esprit. En attendant, il est arrosé dimanche après dimanche par la douce parole de notre Grand Dieu.
  • claratou Il y a 9 années

    Dieu te comble davantage ma soeur, ce vraiment edifiant et riche, meme pour ceux qui ne sont pas maries mais qui sont charges de cuisiner pour leur famille les dimanche, moi j'en fait partie car ma famille n'est pas chretienne et je veillerai a ne pas delaisser ma famille au profit du repas commun de l'Assemblee car je suis chargee de cuisiner les dimanches. Merci pere car tu m'as parle a travers ce message et je suis benie. Gloire a toi au nom de Jesus Christ amen.
  • fungette Il y a 9 années

    QDVB, tres belle lecon.