Mon mari m’empêche de rester aux repas d’église

Mon mari m’empêche de rester aux repas d’église

Comme beaucoup d’églises le font, la mienne fait suivre une fois par mois le culte du dimanche matin d’un repas en commun.
Chacun ramène de quoi manger. C’est un moment de grande convivialité qui peut se prolonger tard dans l’après-midi.
Je n’y reste pas.

De nos jours, l’importance que l’on accorde aux repas n’est pas la même chez tout le monde. Chez nous, le seul repas que nous avons encore l’occasion de prendre régulièrement tous ensemble est celui du dimanche midi.

Manger ensemble répond au moins à deux besoins fondamentaux : se nourrir et être avec.
Se poser une fois par semaine, pour se restaurer physiquement, socialement et spirituellement, est un besoin inscrit dans l’être humain, chrétien ou pas (Genèse 2:2).
Le repas dominical et ses prolongations nous en fournissent l’occasion.
C’est pourquoi j’estime légitime l’attente de mon mari que nous mangions ensemble le dimanche à midi.

Par ailleurs, les repas d’église se prolongent. Je laisserais mon mari seul presque toute la journée. Alors il se lancerait dans des activités fatigantes, peut-être même en négligeant de manger…

1 Tim 5:8 : « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle. » Faire la volonté de Dieu, c’est privilégier ses proches. Je dois veiller à ne pas déposséder mon foyer de l’amour que je lui dois, au profit de mon assemblée (Marc 7:11-13).

Soit ! Je ne reste pas aux repas d’église… mais convenons que c’est douloureux.

Face au risque d’amertume devant cette difficulté récurrente, il faut lutter activement. Hébreux 12:15 : « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés ; »

La solution pour couper toute racine d’amertume est de faire du repas du dimanche midi partagé avec son mari une véritable fête.

A chaque repas d’église, je me rappelle cette anecdote rapportée par Alejandra, mon amie argentine:
«Un nouveau pasteur faisait connaissance avec une sœur pendant les préparatifs d’un repas en commun. Elle lui dit rapidement que son mari n’était pas chrétien.
– Mais alors, que fais-tu ici ? Retourne donc manger avec ton mari. Et mets-lui la nappe !»

Mon mari me prive du plaisir de manger à l’église ? « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. » (Romains 12:14) Bénir mon mari, c’est revenir souriante du culte le dimanche matin, c’est me réjouir de manger avec lui, c’est lui mettre une belle nappe.

C’est une attitude qui peut s’étendre à bien des domaines. Et cela rend heureux celui qui reçoit, tout comme celle qui donne.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

23 commentaires
  • Sandreta Il y a 2 années, 10 mois

    Merci beaucoup Isabelle pour cet enseignement.. Je fais partie de ces femmes qui ne restent pas déjeuner à l'Eglise les dimanches où cela arrive (comme c'était le cas aujourd'hui par exemple), cependant dans mon église ce sont plutôt des cafés-gâteaux, et cela peut durer jusqu'à pas loin de 14 heures.. J'ai parfois un peu "abusé" des bonnes choses, en restant longtemps, mon conjoint me le reprochait mais je m'en indignais, car c'était la seule activité que je faisais cette année en dehors de la maison... merci pour ce message car il m'exhorte à rester humble et à ne pas garder de l'amertume dans mon coeur si je me prive de certains moments à l'église, pour faire plaisir à mon conjoint. Et aussi à remettre les choses à leur place, grâce à ta connaissance de la Parole. Merci beaucoup, ce message m'aide à y voir clair sur l'attitude à adopter mais aussi sur comment le prendre, dans les sentiments à l'égard de mon conjoint...
  • colette64 Il y a 2 années, 10 mois

    Ton message me fait du bien sœur. Moi aussi j'aimerais partager le repas une fois par mois mais je rentre à la maison pour manger avec mon mari qui se dit Athée à mon grand désespoir. Pourtant il à vu le Seigneur me relever, guérir etc.Merci Seigneur pour ton soutien de chaque jours et ton pardon. Béni mes frères et sœurs qui connaissent le même problème. Tu es notre seul soutien.
  • Jean-Pierre HÉRIS Il y a 2 années, 10 mois

    Pour ma part et malgré mon âge je voudrais me rendre à des réunions bibliques ou autres mais les heures ne correspondent pas aux heures de visites des hopitaux et je me sentais responsable mais grâce à vous (1 Thimotée 5 -8 et Marc7 -11-13) je suis rassuré. MERCI pour ce message.
  • Afficher tous les 23 commentaires