Ne mets pas maman en colère!

Ne mets pas maman en colère!

Récemment, un couple de personnes que je tiens en haute estime est entré dans la quarantaine et ils ont décidé de réfléchir à leur vie afin de partager les leçons qu’ils avaient apprises. C’est bien. Quarante ans semble une longue période de vie.
Quand mon fils aîné a atteint cet âge, je lui ai rappelé que l’américain vit en moyenne 80 ans. Donc, il était à moitié mort.

J’ai dépassé les quarante ans depuis quelques années, maintenant, alors j’ai pensé : « Si je devais formuler une liste de 67 leçons de vie, où commencerais-je ? »

J’ai voyagé dans le temps jusqu’à mon enfance tout en réfléchissant et la première leçon m’a sauté au visage en hurlant. Voilà ce qu’elle dit :

NE METS PAS MAMAN EN COLERE !

Tu apprends cette leçon très vite si tu veux avoir la possibilité de passer à la leçon numéro deux. Si tu as quatre ans et que tu espères avoir un peu de calme et de paix, il est généralement préférable de rester dans les bonnes grâces de la maîtresse de maison.

Tout ce que cela demande, des fois, c’est un câlin ou un bisou sur la joue. Les mamans sont toutes radoucies après cela, même quand elles savent que tu essayes de les manipuler.

Parfois, cependant, c’est plus sérieux. Elles s’attendent à ce que tu obéisses, à ce que tu arrêtes de pleurer, etc. C’est beaucoup plus difficile, mais si tu as quatre ans et que tu lis ceci, je te suggère de le faire.

Les mamans ont une façon bien à elles de te faire regretter de ne pas avoir obéi.

Beaucoup de choses vont se passer entre le moment où le docteur te tape les fesses et que tu aspires ta première goulée d’air et le moment où tu vas quitter maman et papa pour te lancer dans le vaste monde.

Certaines de ces choses te marquent profondément, pour le meilleur ou pour le pire. Certains passent le reste de leur vie à profiter des bonnes choses qu’ils ont reçues, tandis que d’autres boitillent sur le chemin de la vie, blessés à cause de ces années.

Les parents peuvent nous aider à connaître Dieu, nous donner une image positive de nous-mêmes, nous aider à apprendre la discipline qui nous permettra de réussir dans la vie et nous enseigner à gérer nos émotions.

Les blessures

Mais que se passe-t-il quand tu as souffert des abus, de la négligence ou de parents qui sont davantage préoccupés par leur succès que par leurs enfants ? Que se passe-t-il si tu dois vivre avec un parent alcoolique ou drogué ? Ou peut-être ont-ils des problèmes émotionnels qui font que la maison ressemble davantage à l’enfer qu’au paradis ? Ou une maladie grave ?

J’ai lutté des années pour remettre mon cerveau d’aplomb après avoir grandi dans un foyer où maman faisait des crises sévères de colère et de dépression. (Elle m’a aussi apporté beaucoup de bonnes choses.)

Les petits ressentent les choses plus vivement que les gens qui ont beaucoup d’expérience. Ils doivent encore construire une carapace de protection autour d’eux, alors les blesser est très facile. Certains portent ces cicatrices pendant toute leur vie.

Il y a plusieurs années, un jeune homme est venu me voir après une réunion et m’a confié : « Ma mère ne voulait pas d’un autre garçon quand je suis né. » Alors, elle l’a souvent habillé comme une fille et l’a traité comme telle. Le jeune homme était blessé. Je suis sûr qu’il pensait que la seule façon de gagner complètement l’amour de sa mère était d’être une fille et cela a grandement impacté son comportement.

Même si nous avons eu les meilleurs parents du monde, nous devons tout de même gérer certaines choses qui nous ont marqués.

Il est vital de guérir. Si nous ne le faisons pas, nous risquons de reproduire les mêmes choses vis-à-vis de nos enfants. Une vérité très, très triste, est que les personnes abusées deviennent souvent des abuseurs. Nous devons guérir. Et même si je n’abuse pas de mes enfants, j’ai tendance à les élever de la façon dont mon « village » m’a élevé.

Nous pouvons ruiner une vie parfaite si nous traînons ces cadavres de souffrance derrière nous durant toute notre vie. Une dame approchant les 80 ans – une bonne vieille dame – a commencé à pleurer en racontant à ma femme quelque chose qui lui était arrivé quand elle avait quatorze ans.

Nous ne pourrons jamais devenir ce pour quoi Dieu nous a créés si nous sommes retenus par nos blessures.

Comment Guérir ?

Évidemment, une réponse d’une page ne va pas miraculeusement transformer les choses, mais je peux te donner un coup de coude vers la bonne direction.

1. Commence avec la guérison de Dieu. La prière. L’enseignement. Coupe la corde qui te retient au cadavre et enterre-le. Sache qu’une guérison commence par une relation avec le Seigneur Jésus. Voilà pourquoi Jésus est venu :

« L'esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, Car l'Éternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance;

 Pour publier une année de grâce de l'Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés;

Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu, Afin qu'on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l'Éternel, pour servir à sa gloire.

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines, Ils relèveront d'antiques décombres, Ils renouvelleront des villes ravagées, Dévastées depuis longtemps.

Des étrangers seront là et feront paître vos troupeaux, Des fils de l'étranger seront vos laboureurs et vos vignerons.

Mais vous, on vous appellera sacrificateurs de l'Éternel, On vous nommera serviteurs de notre Dieu; Vous mangerez les richesses des nations, Et vous vous glorifierez de leur gloire.

 Au lieu de votre opprobre, vous aurez une portion double; Au lieu de l’ignominie, ils seront joyeux de leur part; Ils posséderont ainsi le double dans leur pays, Et leur joie sera éternelle. »

(Ésaïe 61.1-7, LSG)

2. Refuse de répéter les mêmes erreurs. Ne blesse pas les autres de la même façon que tu as été blessé. Avec l’aide de Dieu, refuse-le ! Écoute les autres quand ils disent que tu les blesses. N’essaye pas de frapper quelqu’un qui t’a blessé quand tu étais faible en frappant quelqu’un qui est plus faible que toi.

3. Évite le piège qui consiste à agir d’une certaine façon simplement parce que c’est le contraire de ce que faisait quelqu’un qui t’a blessé. Par exemple, papa est peut-être allé à l’église tous les dimanches, super-pieux.

Mais à la maison, c’était peut-être un monstre dominateur. La réponse réflexe est de dire : « Oublie cette histoire d’église. Regarde mon père ! » Le problème n’était pas Dieu (bien que certaines églises locales puissent contribuer au problème). Le problème, c’était papa. Ne perds pas quelque chose de vital pour ta vie simplement parce que quelqu’un a usurpé le nom de Dieu pour te blesser.

4. Cherche de l’aide. Prie et cherche l’aide de Dieu. Les livres, les enseignements, les séminaires… tout cela peut t’aider. Mais la toute première et meilleure chose, ce sont les gens.

Trouve une église aimante. Trouve des amis qui vont t’écouter et parler avec amour des choses de ta vie. Trouve un conseiller chrétien – quelqu’un qui connaît la Parole du Seigneur et qui sait comment l’appliquer au comportement humain. Parle avec un pasteur gentil et sage qui priera avec toi.

5. Occupe-toi de guérir les autres. Les gens qui ont été blessés comprennent souvent les personnes qui souffrent mieux que quiconque. Dieu les console pour qu’ils puissent consoler les autres à leur tour.

Je ne sais pas trop quel est le numéro de cette leçon de vie, mais si tu veux pouvoir expérimenter dans ta vie tout ce que Dieu veut pour toi, guéris du passé. Apprends la leçon et utilise-là comme un tremplin pour avancer.

 

 

 

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire