Notre espérance bénie, quelle grande richesse !

Notre espérance bénie, quelle grande richesse !

 Les vraies richesses ne sont pas matérielles!
Après avoir expliqué ce qu’est le véritable amour, l’apôtre Paul nous affirment qu’il y a trois trésors qui ne peuvent être dévalués.
Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l’espérance, la charité 1 Corinthiens 13:13
Une des plus grandes richesses qu’un hommme peut posséder sur cette terre, c’est bien sûr la foi, mais aussi l’espérance!

Quelle est cette espérance bénie?
C’est le retour de Jésus pour venir chercher les croyants et les emmener avec lui dans son ciel de gloire Dans la Bible, cette espérance est puissamment mise en valeur

- Jésus Lui-même en parle: Quand je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi (Jean 14:3). 

Jésus s'engage à revenir et nous attendons ce retour… mais il précise clairement le but de son retour: il va nous prendre pour nous emmener habiter là où Il est.
Notre espérance est d’aller au ciel, vivre avec Jésus après avoir été transformé à son image en un clin d’œil. Il parle ici de notre enlèvement pour la gloire éternelle.
Personne ne nous jamais parlé de cette manière. Quel réconfort pour notre avenir !

- La Sainte Cène nous rappelle sans cesse cette espérance: Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père (Matthieu 26 : 29).  
En instituant la sainte cène, Jésus se voyait déjà dans le ciel, et il nous y voyait aussi, prenant du vin ensemble avec nous!
L’espérance, c’est de partager cette vision: oui, nous boirons du vin dans le ciel avec Jésus.
Que ce sera glorieux! L’apôtre Paul rappelle la signification de la sainte cène: elle est un mémorial de ses souffrances à la Croix mais aussi une anticipation de Sa venue: Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne (1 Corinthiens 11:26).
Cette espérance, Dieu fait tout, pour que l’enfant de Dieu ne l’oublie jamais.
En prenant la sainte cène, avec juste raison nos yeux sont tournés vers la croix, vers le passé, mais nous devons aussi tourner nos yeux vers l’avenir, le retour de Jésus et notre entrée dans son ciel de gloire! Ce texte nous rappelle que c’est la mort du Christ pour nos péchés qui nous donne cette espérance bénie.

- Les êtres célestes en parlent aux disciples: Le jour de l’Ascension, Jésus ne disait pas « adieu » à ses disciples, mais « au revoir ! » Pendant que Jésus s’en allait, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel, du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel (Actes 1:10-11).  
Dieu a trouvé bon d’envoyer ces deux hommes, non pour parler du passé de Jésus, mais de son retour de notre espérance bénie. Vous avez bien lu, Dieu a envoyé, non des anges, mais des hommes! Qui étaient ces hommes? Certainement ceux qui parlaient avec Jésus lors de sa transfiguration, c'est-à-dire, Moïse que Dieu a enseveli lui-même, et le prophète Elie, enlevé sans connaître la mort. Dieu voulait aussi faire savoir que les morts ressusciteront, tel Moïse, mais d’autres comme Elie, ne connaîtront même pas la mort.

- Tous les apôtres nous parlent de cette espérance: Même Jude, dans sa courte épître, saisit l’occasion de nous parler du retour de Jésus: C’est pour eux qu’Enoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici, le Seigneur est venu, avec ses saintes myriades (Jude 14). 

Paul explique d’où nous vient la consolation dans nos épreuves et nous vous la communiquons: Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs… 2 Thessaloniciens 2:16-17 La vraie consolation, efficace et durable, ne peut venir que de cette bonne espérance. Dieu sait que chacun de nous avons besoin de cette consolation dans les temps difficiles que nous vivons. Rappelons-nous chaque jour cette glorieuse espérance bénie.


L'ATTITUDE DU CROYANT FACE A CETTE ESPERANCE
- Une espérance bienheureuse: Elle procure du bonheur, car le salut, nous le possédons déjà, Jésus a déjà payé le prix de notre accès à la gloire éternelle.
Paul affirme dans Tite 2:13: en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du Grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ.
Tous les jours, nous voulons remercier Jésus pour le prix de notre rachat payé à la Croix.
Ce qui nous rend bienheureux, c’est cette espérance d’être accueilli par Jésus lui-même dans le ciel pour le festin des noces de l’Agneau de Dieu.
Nos épreuves peuvent nous accabler, mais l’espérance, nous fait relever la tête et nous remplit de bonheur en disant : Amen ! Viens bientôt Seigneur Jésus !

- Une espérance qui nous purifie: En attendant cet immense bonheur, le chrétien doit se préparer. Comment? En s’éloignant de toutes les souillures et de toutes les convoitises de notre monde.
Nous ne pourrons pas nous présenter ce jour avec des vêtements sales, un cœur souillé ou des pensées impures, c’est pourquoi Jean écrit pour nous: Quiconque a cette espérance en lui, se purifie comme lui-même est pur (1Jean 3:3).
Jean nous parle de la marche dans la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur.
Même si cette pureté semble nous coûter, pensons à la gloire éternelle qui nous attend !

- Une espérance dans la communion: Puisque nous vivrons avec Lui éternellement, commençons déjà ici bas à rechercher sa présence et sa communion, c’est que nous conseille Jean: Demeurez en Lui; petits enfants, afin que lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement, Il ne nous trouve pas éloigné de Lui  (1Jean 2:28).  Cette communion se cultive de plusieurs manière: par la prière, par la lecture de Sa Parole et aussi par les réunions, car Jésus a promis que lorsque deux ou trois se rassemblent en Son Nom, Il est au milieu d’eux.

- Patientez en travaillant: Nous pouvons avec juste raison nous dire: Pourquoi le Seigneur tarde ?
Il a ses raisons et Il viendra à l’heure fixé par son Père. Soyez donc patients, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici le laboureur attend le précieux fruit de la terre… (Jacques 5:7-8).
Pendant cette attente, le laboureur ne se croise pas les bras, mais il travaille, il enlève les mauvaises herbes, il arrose, il remue le sol. Soyons donc actifs pour le Seigneur en attendant… il y a toujours quelque chose à faire pour le royaume de Dieu: témoignons, prions, prenons soin de ceux qui sont dans le besoin.
Et en travaillant, nous faisons fuir le sommeil qui pourrait nous envahir et bous faire manquer son avènement !

- Veillez ! Ce furent les dernières paroles de Jésus à ses disciples avant son arrestation et a crucifixion. Craignez qu’il ne vous trouve endormis à son arrivée soudaine!
Ce que je vous dis, je le dis à tous: VEILLEZ (Marc 13:35-37).  
Sur quoi faut-il veiller ? Sur votre vie spirituelle, votre vie morale, sur votre flamme, sur l'huile dans votre lampe. C’est une solennelle recommandation à tous sans exception.
Que ce serait dommage de rater cette espérance bénie !

Par la Parole de Dieu, par les paroles de Jésus, nous apprenons que cette espérance, c’est le plus précieux trésor qu’un être humain puisse posséder.
Alors, réjouissons-nous, préparons-nous chaque jour pour cette rencontre et surtout: veillons ! comme nous l’a dit Jésus.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires