Obéissance ou sacrifices?

Saül est roi d’Israël depuis un certain temps déjà. Le prophète Samuel lui donne des instructions très précises au sujet des Amalécites qui avaient agi méchamment envers le peuple d’Israël.


Aujourd’hui nous lisons : I Samuel chap. 15 versets 1 à 15


Le roi Saül devait complètement exterminer les Amalécites, du plus petit au plus grand, ainsi que tout le bétail. Il ne devait n’en laisser rien. (v. 2 et 3)  Alors le roi part en guerre contre eux et il en sort victorieux. Mais est-ce que sa victoire est vraiment complète? Pas si sûr que cela. Examinons ce qui s’est passé. Tous les habitants ont été tués mais Saül a épargné Agag, le roi des Amalécites. Il laissa également la vie aux meilleurs animaux des troupeaux. Ce n’était pourtant pas ce que le Seigneur avait demandé. Saül souffrait-il de « mémoire courte »? Quelle est la vraie raison de sa désobéissance aux instructions du Seigneur? Était-ce la première fois qu’il agissait ainsi?

Au moment où Samuel l’oignit comme roi, il lui avait dit de descendre à Guilgal et de l’attendre pendant sept jours. Lorsqu’il serait arrivé auprès de lui, il offrirait des sacrifices et un holocauste, après, Saül et le peuple d’Israël pourraient entrer en guerre contre les Philistins, leurs ennemis. (I Samuel 10 : 8) Voyons ce que Saül a fait. Dans I Samuel 13 : 8 à 12, il nous est dit que Saül a attendu pendant sept jours mais qu’au septième jour, le peuple, pris panique à l’approche des Philistins, commença à abandonner Saül. Alors, ce dernier, prenant peur à son tour, n’attendit plus Samuel et offrit lui-même l’holocauste à l’Éternel, chose qu’il n’avait pas le droit de faire. À cause de la crainte des hommes, Saül a désobéi au Seigneur et a fait quelque chose d’interdit.

Si on retourne à notre première histoire, nous retrouvons la même attitude. Lorsque Samuel demande à Saül pourquoi il s’était emparé du butin quand il aurait dû tout détruire, celui-ci lui fait une réponse étonnante, comme s’il ne réalisait pas sa faute : « J’ai bien écouté la voix de l’Éternel…mais le peuple a pris sur le butin des brebis et des bœufs…afin de les sacrifier à l’Éternel, ton Dieu. » (I Samuel 15 : 20 et 21) Le roi Saül a laissé le peuple désobéir au Seigneur et Samuel le tient pour responsable de ce péché. Lorsqu’enfin Saül reconnaît qu’il a péché, il révèle le motif de sa désobéissance : « …je craignais le peuple et j’ai écouté sa voix. » ( v. 24) La crainte des hommes règnait plus dans le cœur de Saül que la crainte de l’Éternel et cette crainte lui fit perdre les bénédictions que le Seigneur avait en réserve pour lui : «L’Éternel déchire aujourd’hui de dessus toi la royauté d’Israël… » (v. 28)

Pourquoi Saül ne réalisait-t-il pas que ce qu’il faisait était un péché? Je crois que c’était parce qu’il ne connaissait pas le Seigneur personnellement. Il ne faisait que suivre des rites religieux sans avoir un cœur sincère envers l’Éternel. Par deux fois dans cette histoire, Saül utilise l’expression « à l’Éternel, ton Dieu » : lorsqu’il explique à Samuel la raison de sa désobéissance (v. 21) et lorsqu’il le supplie de l’accompagner en présence des anciens et du peuple (v. 30). Pour lui, le Seigneur n’était pas « l’Éternel, mon Dieu », mais le Dieu de Samuel. Il y a une grande différence dans l’attitude du cœur envers le Seigneur quand on le connaît personnellement que lorsque l’on ne fait que suivre une religion. Quand on le connaît vraiment, Sa Parole devient notre règle de conduite. On désire Lui obéir.

Ma prière : Seigneur, je prie que la crainte de l’Éternel puisse régner dans notre cœur car cette crainte va nous diriger dans la bonne voie afin que nous te soyons agréables en toutes choses.

Verset clé : I Samuel 15 : 22b) : « Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers. »



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire