Pourquoi moi, Seigneur ???

Pourquoi moi, Seigneur ???

Ces dernières semaines, trois femmes que j'aime ont vu leur monde basculer face à un diagnostic de cancer très agressif. Plusieurs amies luttent aussi contre la maladie et deux autres ont perdu leurs maris d'un cancer après des mois de combat,.

Bien malgré moi, mon cœur ne peut s'empêcher de se rappeler ma vie, il y a déjà presque 20 ans. À cette époque, j'étais prisonnière de mon lit 18 à 24 heures par jour, me déplaçant en fauteuil roulant. 

C'est pour mes amies que j'écris ceci, mais aussi pour vous qui traversez des moments sombres ou encore qui luttez contre la maladie.

Devant l'incompréhension de mon corps qui refuse de coopérer et l'injustice de la vie qui devient tout autre que ce que l'on a connu ou que l'on avait imaginé, il est tout naturel de me poser des questions comme "Pourquoi moi ?", "Pourquoi est-ce-que Dieu permet cette situation ?" ou encore "Est-ce vraiment vrai que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu ?" (Romains 8.28)

J'aimerais vous offrir 4 pensées qui me permettent d'être heureuse et sur lesquelles j'aime méditer lorsque la vie n'est pas facile :

1. Ne jamais oublier que je n'ai qu'une vie à vivre !

Même si les circonstances ne ressemblent pas à la vie que j’avais envisagée ou souhaitée, en acceptant ma nouvelle réalité, en m'y adaptant, il me sera plus facile d'être ouvert(e) à d'autres façons de faire et d'apprendre à vivre pleinement autrement ! Ces jours, mois, années ne reviendront jamais. Mais ce qui est mien est le moment présent.

J'aime ce passage biblique qui dit : "Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le; car il n'y a ni oeuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas." (Ecclésiaste 9.10)

2. Ne jamais perdre espoir ! 

Dieu n'a aucune limite ! Il n'est pas limité à la science médicale, à mes circonstances, à ce que mes yeux voient ou ce que je peux imaginer. Ce qui me semble impossible et même incurable, ne l'est que jusqu'à ce que ne le soit plus ! 

"Dieu peut faire bien au-delà de ce que l'on peut imaginer, penser et demander." (Éphésiens 3.20)

J'étais âgée de 23 ans, après presque cinq ans de maladie débilitante, mon médecin venait de signer un papier qui me déclarait invalide pour le restant de ma vie. Selon ce spécialiste, ma condition physique n'allait qu'empirer. Honnêtement, je me souviens m'être demandé comment mon corps pourrait aller moins bien ? 

Malgré mon état affaibli, je me suis mise à demander à Dieu un miracle, j'étais très jeune et même si j'avais élaboré des façons de faire qui me permettaient d'être heureuse malgré la maladie, je voulais plus ! Je voulais avoir des bébés et les voir grandir, je voulais servir Dieu avec ma vie, je voulais pouvoir faire mes trucs seule sans l'aide de mon mari, je voulais pouvoir sortir, voir mes copines et même faire du jogging...

Chaque jour je priais ainsi : "Papa, je ne t'ai jamais demandé un cadeau pour mon anniversaire. Mais cette année, je te prie que le jour de ma fête je sois complètement guérie."


Le 26 août 2001, jour de mon anniversaire, je me suis réveillée, je me suis levée et j'étais guérie. Rien, absolument rien n'est impossible à Dieu !

3. Trouver un sens à ma vie et à cette souffrance !

À certains moments, j'ai remercié Dieu, le cœur rempli de reconnaissance d'avoir répondu à mes prières, à d'autres moments, j'ai appris à lâcher prise et accepter que Sa volonté soit faite lorsque son plan ne ressemblait pas au mien. Lorsque sa définition de bon était différente de ma perspective de ce à quoi devrait ressembler ce qui est bon.

C’est dans ces moments d'incompréhension, de brisement que mon cœur s'est mis à ressembler un peu plus à Jésus. Et si c'était le but ultime de notre vie ? Ressembler à Jésus !

Il y a aussi un autre héritage qui naît des cendres de nos vies, de nos traumas et de notre douleur. Lorsqu'on les donne à Dieu, non seulement peut-il guérir nos cœurs, mais de plus, Il peut utiliser ce que l'ennemi avait utilisé pour nous détruire pour en faire quelque chose de magnifique ! 

Dans Esaïe 61.1-3 on peut lire que Jésus est venu : "pour apporter de bonnes nouvelles aux malheureux, pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté...pour consoler tous les affligés...pour donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu, une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire." 

4. Faire une différence malgré mes circonstances limitantes 

"Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous." (Galates 6.10)

Je vous laisse avec cette dernière pensée. Il est si facile de me replier sur moi-même, de contempler ma douleur, de ruminer sur les circonstances adverses de la vie qui me submergent. Mais il y a un secret peu connu qui peut me permettre de traverser les crises de ma vie d'une autre façon. 

Levez la tête juste un instant. Regardez autour de vous, vous êtes entouré(e) de gens qui souffrent, parfois même bien plus que vous ! 

En levant les yeux au-delà de vos difficultés, et avec la force que vous avez, vous pouvez faire une différence dans leur vie. Comment ? Souvent, ça peut être aussi simple qu'être l'oreille dont ils ont besoin. Ou encore leur démontrer de l'amour, de la compassion, de la compréhension. Votre vie, votre amour, vos gestes aussi petits soient-ils peuvent faire une grande différence et avoir une portée inestimable. 

Je vous laisse sur cette célèbre citation de Mère Térésa :

"Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte dans l'océan. Mais si cette goutte n'existait pas dans l'océan, elle manquerait."

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

📚 Un livre exceptionnel !

Nous avons réuni dans un livre, rien que pour vous, les 100 meilleures "Pensées du Jour" du Top !
Pour quelques jours encore, le tarif de ce très beau livre est réduit pour vous permettre de le découvrir et de l'offrir à vos amis.
Plus d’infos en cliquant ici !

8 commentaires